https://vimeo.com/user53480235: Militarisation de la police et violences d'état

Mot-clefs: Resistances contrôle social luttes salariales / quartiers populaires lutte loi loitravail anti-repression travail loi_travail étudiant-e-s lycéen-ne-s mouvement
Lieux:

A l’occasion de l’émission "Matinale ou Borborygme" - "l’émission qui radicalise en douceur" Pierre Douillard-Lefevre, l’auteur de "l’arme à l’oeil" est venu causer de la militarisation de la police, du maintien de l’ordre et plus globalement des violences d’état.

Pour les personnes qui souhaiteraient écouter uniquement son intervention, elle commence vers 27mn50sec.

Présentation de l’éditeur :

"Automne 2014, un manifestant est tué par une grenade lancée par un gendarme à Sivens. L’armement de la police fait, pour la première fois, la une de l’actualité. Loin de susciter des réactions à la hauteur, ce drame est l’occasion pour le pouvoir de renforcer ses stratégies de maintien de l’ordre en faisant interdire et réprimer implacablement les mobilisations qui suivent. La mort de Rémi Fraisse n’est ni une « bavure », ni un accident. Elle est le produit d’une logique structurelle, qui s’inscrit dans un processus d’impunité généralisée et de militarisation de la police en germe depuis deux décennies.

Sur fond d’hégémonie culturelle des idées sécuritaires, la police française se dote de nouvelles armes sous l’impulsion des gouvernements successifs : taser, grenades, flashballs, LBD. On tire à nouveau sur la foule. D’abord expérimentées dans les quartiers périphériques, puis contre les mobilisations incontrôlables, les armes de la police s’imposent aujourd’hui potentiellement contre tous. « En blesser un pour en terroriser mille », telle est la doctrine des armes de la police.

Cet essai passe en revue l’armement de la police pour comprendre ce que les armes disent de notre temps, quelles sont les logiques politiques qu’elles suggèrent, au-delà des spécificités françaises d’un maintien de l’ordre présenté comme irréprochable.

Pierre Douillard-Lefevre est blessé au visage lors d’une manifestation, par le tir d’une nouvelle arme de la police : les Lanceurs de Balles de Défense. Nous sommes en 2007, il a 16 ans. Depuis, il lutte aux côtés d’autres blessés contre la militarisation et l’impunité des forces de l’ordre. Diplômé en histoire et sociologie, il a contribué en tant que dessinateur à une Bande Dessinée collective, Les Désobéisseurs, Vide Cocagne, 2013

P.-S.

Matinale ou Borborygme est un des programmes qui ont été diffusés à l’antenne de radio croco, média de lutte créé dans le cadre de la mobilisation contre la loi travail (et son monde), et plus spécifiquement dans un pemier temps dans les murs de la Maison du Peuple Occupée à Rennes."

 

Lien Voir l'original ->