http://lesmaterialistes.com/::: PIR : une marche de la «dignité» anti-communiste !

Mot-clefs: antifascisme
Lieux:

                         «Indigènes de la République» : une marche de la «dignité» anti-communiste

 

Cette ligne de « l'autonomie » n'a rien à voir avec l'autonomie prolétarienne face aux institutions ; elle est une autonomie « raciale ». On a ici une idéologie national-révolutionnaire, soutenu logiquement par l’État du Qatar dans sa diffusion de sa version de l'Islam (celle des Frères musulmans) afin de construire une bourgeoisie bureaucratique à son service.

Houria Bouteldja, dirigeante historique du Parti des Indigènes de la République, a tenu également à la fin un discours qu'on ne peut pas définir autrement que comme national-révolutionnaire.

Aussi cet intellectuel Saïd Bouamama. lié à la Coordination Communiste présente dans le Nord de la France et diffusant en réalité un marxisme révisé au plus haut point, jusqu'à le dénaturer en « anti-impérialisme » au service de fractions petites-bourgeoises d'origine immigrée. On ne sera donc pas étonné de voir que dans l'appel initial à la manifestation de samedi, on retrouve une référence à Aimé Césaire, qui a trahi le communisme pour tenir déjà un discours « indigéniste », c'est-à-dire racialiste à l'intérieur du capitalisme lui-même.


Il s'agit de « racialiser », et à cet effet de nier l'universalisme et le caractère prolétarien de la cause révolutionnaire. Ce n'est pas un confusionnisme, d'ailleurs, comme l'affirment certains anarchistes qui voient bien qu'il y a un problème. C'est une expression petite-bourgeoise, qui s'allie au Qatar et à son idéologie afin de se promouvoir économiquement et socialement au sein de la société capitaliste.

 

Le Parti des Indigènes de la République, c'est le parti des petits commerçants d'origine immigrée qui ouvrent des kebabs et qui ont besoin d'un public captif, en utilisant la religion pour cela. Sous un aspect ils sont opprimés par la bourgeoisie, de l'autre ils n'ont qu'un rêve : devenir eux-mêmes bourgeois.

Le style de vie et l'approche culturelle des gens défendant le Parti des Indigènes de la République n'a par ailleurs rien de progressiste. Ces gens rejettent l'héritage culturel démocratique, ils sont des adeptes forcenés de la consommation capitaliste (iphone, fast-food, etc.), ils sont contre l'ouverture d'esprit tranquille et urbain (et à ce titre ils sont farouchement opposés aux gays et lesbiennes), ils contre le métissage, ils méprisent les luttes en faveur des animaux, l'écologie est le cadet de leur souci, etc. etc.

 

Lien Voir l'original ->