[Rennes] De la prison pour notre compagnon, des basses contre la répression

Mot-clefs: Resistances culture art
Lieux: Rennes

le samedi 23 janvier 2021 à 13:00

Rennes

140628901_4018490731509170_8066271376255620295_n-medium

Samedi dernier, la rue a revêtu son plus bel habit. De beaux défilés tout en couleurs dans près de 50 villes en France, dansant au rythme de la musique poussée à plein volume. Une contestation bruyante et éclatante pour soutenir Tristan, en prison pour une fête, pour obtenir justice pour Steve ainsi que pour faire pression contre les lois liberticides.Dans l'immense majorité des marches pour les libertés, les chars ont pu défiler dans une ambiance festive et déterminée. Nous tenons à remercier toutes celles et ceux qui se mobilisent contre la loi sécurité globale pour leur accueil et leur solidarité.

Pourtant à Limoges et Montpellier, 3 chars ont été saisis sans la moindre justification après les manifestations. À Paris, 18 chars n’ont même pas pu rejoindre le départ prévu, le préfet de police Didier Lallement et le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin les assimilant publiquement à une rave party illégale, bien que partie prenante de la manifestation déclarée. Une tentative mensongère de discréditer nos revendications et nos modes d'expression, d'empêcher toute convergence et de justifier les entraves aux libertés individuelles dont ils se sont rendus coupables. Des policiers grimperont même à bord des véhicules pour faire descendre les personnes en les bastonnant vigoureusement sans raison légitime et en cassant volontairement des instruments de musique. Clés de sol contre clés de bras... 10 camions remplis de matériel seront saisis, avant d'être restitués au compte-goutte dans la semaine sans poursuites. Une manœuvre absurde dénoncée par l'ensemble des organisations prenant part aux marches pour les libertés.

Il est évident que le gouvernement ne s'attendait pas à une telle mobilisation et qu'il compte bien faire tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher la contestation de croître. Loin de nous intimider, cela ne fait que renforcer notre détermination et la solidarité de celles et ceux que nous avons rencontré sur notre chemin. Manifester est notre droit le plus légitime et nous comptons bien en faire usage !

Par ailleurs, nous avons appris ce mardi que la demande de mise en liberté de Tristan a été refusée, sur réquisitions du parquet et du juge d'instruction alors même que l’ARS de Bretagne a déclaré que le rassemblement du réveillon n’avait causé aucun cluster. Le procureur de Rennes Philippe Astruc étouffe le meurtre de Steve depuis plus de 18 mois mais emprisonne à la va-vite un teufeur suspecté d'avoir fait danser. C'en est trop !

C’est un nouvel affront pour une jeunesse d’abord délaissée puis criminalisée par toute une classe politique qui se cherche un bouc-émissaire pour faire oublier son incompétence dans la gestion de la crise sanitaire. Nous n’accepterons plus que toute une partie de la population soit sacrifiée, ses besoins méprisés et sa culture discriminée !

Chaque jour de nouveaux comités de soutien se créent et préparent de nouvelles actions partout en France. Fort.es d’une mobilisation qui ne cesse de croître, nous appelons à ne pas ranger les sound systems, les pancartes et banderoles tant que nous ne serons pas entendu.e.s. Nous avons laissé le gouvernement aller bien trop loin dans l’application de ses mesures liberticides et nous refusons de continuer d'en subir les conséquences !

C’est dans ce contexte que nous appelons à une mobilisation pour exiger la libération de Tristan et justice pour Steve, ce samedi 23 janvier à Rennes, ainsi que dans d'autres villes à l'initiative de comités locaux (Tours, Bordeaux, Dijon, Lille...).

Le 30 janvier, nous appelons de nouveau à rejoindre l'ensemble des cortèges des marches pour les libertés dans toutes les villes de France ! Pour défendre nos droits, nos libertés, nos cultures et nos modes de vie contre les lois liberticides. Pour libérer Tristan, pour stopper les poursuites démesurées contre les inculpés de la Maskarade et enfin arracher justice pour Steve !

Les comités de soutien aux inculpés de la Maskarade,
La Coordination Nationale des Sons.

Commentaires

> rdv 13h cdg

La manif contre la loi sécurité globale est à 13h charles de gaule https://expansive.info/Nouvelle-journee-de-mobilisation-le-samedi-23-janvier-2561

> Arrestations dans le cadre de l'enquête sur la free-party a Lieuron

Une série de 6 interpellations avec perquisitions ont eu lieu au domicile et sur le lieu de travail de plusieurs personnes ce mercredi 20 janvier, avec placement en garde-à-vue des arrêtés sur différents commissariats et casernes de gendarmerie d'Ile et Vilaine.

Au cours de ces perquisitions, plusieurs ordinateurs, téléphones et matériel de son ont été saisis et placés sous scellés.

A ce jour, trois arrêtés ont été libérés sous différentes conditions :
- pour deux d'entre eux, ils sont mis en examens pour une large série de chefs d'inculpations, et ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire
- pour l'un d'entre eux, il a été placé sous le statut de "témoin assisté" (c'est à dire qu'il n'est pas mis en examen mais doit se tenir à disposition de l'enquête) sans contrôle judiciaire. Il est intéressant de noter que ce dernier a gardé le silence lors de toutes ses nombreuses auditions, ce qui prouve que ne rien déclarer n'aggrave en aucun cas sa situation au poste (bien au contraire).

Pour les trois autres, la garde-à-vue a été prolongée et ils seront très probablement présentés devant un juge d'instruction demain dans la journée, on vous tiendra au courant pour la suite.

Comme nous le pressentions, ces arrestations sont le fruit d'une longue enquête qui a démarré bien avant la teuf à Lieuron, et dans laquelle de nombreuses personnes ont été mises sous surveillance avec les moyens habituels des flics : recherche sur les réseaux sociaux, géolocalisations, écoutes, surveillance des véhicules etc...

Nous insistons donc sur le fait que cette enquête ne fait que commencer, avec des vagues successives d'arrestations basées sur les premiers éléments collectés par les flics.
Il est donc de notre responsabilité à tous de ne fournir aucun nouvel élément permettant de nouvelles vagues d'arrestations : on demande donc à toutes les personnes qui s'opposent à cette répression sans précedent d'éviter à tout prix de communiquer des informations incriminantes par téléphones ou sur les réseaux sociaux.

Comme toujours, nous rappelons les fondamentaux pour se défendre collectivement face à cette attaque de la justice contre le monde de la teuf :

1- PREPAREZ VOS GARANTIES DE REPRESENTATION : vous pouvez consulter notre guide ici https://defensecollective.noblogs.org/se-defendre/les-garanties-de-representation/

2- SI VOUS ETES CONVOQUES, N'Y ALLEZ PAS ET APPELEZ AU PLUS VITE L'INFOLINE JURIDIQUE: 0770034219

3- APPRENEZ PAR COEUR LE NOM DES AVOCATS DE LA DEFENSE COLLECTIVE ET NOTEZ SI POSSIBLE LEUR NUMERO DE TELEPHONE SUR VOTRE JAMBE
(particulièrement valable avant les manifs)

4- VOTRE TELEPHONE EST UNE MINE DE RENSEIGNEMENT POUR LES FLICS (et pas seulement contre vous) : UTILISEZ SIGNAL (en restant évasifs pour les choses sensibles) ET SURTOUT METTEZ UN CODE A AU MOINS 10 CHIFFRES ET LETTRES SUR VOTRE TELEPHONE (et si les flics vous demandent de l'ouvrir, répondez leur "je n'ai rien à déclarer" !)

N'hésitez pas à nous contacter pour toute info sur le numéro de tel, par facebook ou par mail sur defense.collective@riseup.net

A SAMEDI !

> TRISTAN LIBRE, LA LUTTE CONTINUE

Suite aux mobilisations dans toute la France en soutien aux inculpés de la Maskarade, le parquet de Rennes a enfin décidé de libérer Tristan.

La contestation menée depuis plus de deux semaines et la pression sonore de la rue ont permis de mettre fin à une décision de justice abusive prise par Philippe Astruc.

Cependant, Tristan ainsi que les 8 autres inculpés sont encore poursuivis par de nombreux chefs d'accusation et risquent toujours 10 ans de prison.

Nous avons remporté cette bataille, mais l’instruction suit son cours pour condamner les organisateurs d’une simple fête devenue affaire d’Etat.

Nous appelons donc toujours à une mobilisation massive ce samedi à Rennes et le 30 dans toute la France.

Le combat continuera tant que toutes nos revendications n'auront pas été prises en compte !