[Toulouse] Vive la belle ! Soirée de solidarité

Mot-clefs: prisons
Lieux:

le samedi 14 novembre 2020 à 14:00

Ariège et Toulouse, infos à suivre

Vivelabelle-medium

Vive la belle ! Soirée de solidarité

Journée de solidarité avec les anarchistes poursuivi.e.s dans le cadre de l’opération "Scintilla" à Turin, en Italie.

 

Ce monde se base sur l’accumulation de toujours plus de profit que les puissants emmagasinent en développant toujours plus de barrières (mentales comme physiques).
Il en découle des dommages collatéraux engendré pas leur domination nocive, et leur capitalisme brutal.
On a pu le revoir récemment avec l’émergence du coronavirus et sa gestion sanitaire et répressive, qui est venue venue exacerber les rapports d’oppressions déjà existants.
La gestion des flux migratoires a conduit l’Europe à devenir toujours plus une forteresse militarisée où les morts s’entassent le long des côtes ou des sentiers de randonnée transfrontaliers. Les États créent et instrumentalisent la peur de l’étranger, donnant libre cours à la montée en flèche d’idées réactionnaires et servant de caution pour ses drônes, barbelés, caméras, enfermements, déportations. En même temps, ils ont besoin d’une main d’œuvre exploitable à merci pour garantir leur enrichissement.
Le pouvoir, démocratique ou non, cherchera toujours à se maintenir en place grâce aux prisons, à la justice, aux lois et aux flics... Écrasant celles et ceux qui ne peuvent ou ne veulent vivre selon les règles de son jeu de merde, où ses dés pipés tombent toujours sur le contrôle et la dépossession des liens de solidarité.

Autant d’obstacles qui s’interposent devant les tentatives de vivre le plus possible en liberté.
C’est dans cette perspective que s’inscrivent de nombreuses luttes et actes de révoltes contre les frontières, les CRA, contre la prison.

A Turin, depuis une dizaine d’années, de l’agitation est née dans certains quartiers de la ville contre les rafles régulières de sans-papiers, contre ce monde surveillé et grillagé, en solidarité avec les retenus des CRA et notamment lors des multiples révoltes incendiaires, mais pas que. A travers l’auto-organisation et l’action directe, une assemblée, des saluts solidaires, des tracts, affiches ou encore diverses campagnes contre les entreprises qui se font un business sur la gestion des centres, cette lutte a permis de nouer de fortes solidarités et de tenter de continuer la propagation de la conflictualité face aux frontières, de diffuser des messages clairs dans les rues de la ville.
Le 7 février 2019, en parallèle de l’expulsion de l’Asilo Occupato à Turin, 6 personnes sont incarcérées sous l’accusation d’« association de malfaiteurs à visée subversive ». Cette enquête, nommée « Scintilla », recense 21 attaques contre les collabos de la machine à expulser italienne entre 2015 et 2018, et prend comme base la brochure « I CIEli bruciano », faisant une liste de ces mêmes collabos. Les inculpé.e.s sortent après une détention de quelques mois pour la plupart, allant jusqu’à un an pour l’une d’entre elles/eux.

La 7ème inculpée, introuvable le 7 février 2019, est arrêtée le 26 juillet 2020 à Saint-Etienne, après 1 an et demi de cavale. Elle est aujourd’hui incarcérée à la prison de Vigevano, en Italie.
Elle écrivait, un mois après son incarcération :

« […] Je profite des témoignages de solidarité qui me rejoignent aujourd’hui après tant de silence.
Malgré les publications sur le thème, qui sont précieuses, on considère encore trop souvent la cavale comme une aventure romantique et on pense souvent aux compagnon-nes concerné-es comme libre. Au cours de cette année et demi, je n’ai jamais manqué de solidarité et d’un soutien chaleureux, je n’ai manqué de rien, mais on est pas libre quand on est privé-e de sa vie. […] »

Si de nombreuses discussions et témoignages existent sur la prison, il nous revient de briser le silence et d’appréhender la clandestinité comme une possibilité, choisie ou non, pour quiconque se met en lutte. Le pouvoir affine ses armes à grande échelle, que l’on pense aux mandats d’arrêts européens ou aux collaborations des polices/justice européennes. A nous d’aiguiser de même nos réflexions et pratiques pour ne laisser personne dans l’ombre de la répression et tenter de couper les fils du contrôle et de l’identification !

Rendez-vous le 13 Novembre en Ariège pour une discussion sur la cavale et une bouffe de soutien

Rendez-vous le 14 Novembre à Toulouse
14h Ouverture des portes
14h30 Discussion sur la cavale
18h Point info sur la répression en Italie
19h30 Bouffe
21h Karaoké / DJset

en soutien aux anarchistes poursuivi.e.s dans le cadre de l’opération « Scintilla » à Turin

Plus d’infos à venir, notamment sur le lieu !

Commentaires