[Nantes] Manif "pour un accueil digne des exilé-es"

Mot-clefs: / squat logement immigration sans-papieres frontieres
Lieux: Nantes

le samedi 15 décembre 2018 à 15:00

au Miroir d'Eau, devant le Château

47576880_333236453932167_3775923947137138688_n-medium

Personne à la rue : pour un accueil inconditionnel !

Depuis plus d’un an, la situation des exilé-es à Nantes, comme dans tant d’autres villes, marquée par l’errance administrative, est un éternel recommencement : sans accueil, sans toit, les exilé-es dorment à la rue dans des camps, comme à Daviais, aux Fonderies ou à Vertais, dans des squats que les autorités, tour à tour la mairie et la préfecture, expulsent. Quelques uns, parfois une dizaine, parfois quelques dizaines, sont mis à l’abri temporairement. Mais à chaque fois il y a aussi ceux laissés sur le carreau ; absents par peur de la police, dubliné-es et sans-papiers, qui vont se mêler aux nouveaux arrivants. Ils se remettront donc à occuper un lieu ; un square, un parc, et le cycle occupation-expulsion reprend.

Pour arrêter ce dysfonctionnement, il faut que la ville de Nantes et sa région mette en place ce que font déjà les associations et collectifs sur le terrain : un véritable accueil digne et inconditionnel.

Pour cela, nous voulons :

- La transparence des budgets votés en ce qui concerne les exilé-es par la ville pour savoir où va l’argent.

- Que l’argent des impôts ne serve pas à du gardiennage et à ériger des grilles, car avec 500 000€ (le budget gardiennage des squares pour éviter les occupations) on peut faire bien mieux que garder des parcs

- Création d’une maison d’accueil de jour les familles, les mineurs et les hommes seuls ouvertes tous les jours

- Un centre d’hébergement inconditionnel, aussi pour les familles, car actuellement des femmes enceintes, des familles avec des jeunes enfants dorment dans un gymnase sans chauffage et sans eau chaude en plein hiver. Parce que ne pas dormir à la rue n’est pas une question de papier, le droit au logement est droit inconditionnel.

- La création de trois nouveaux CADA

- La gratuité automatique des transports en commun pour les exilé-es, quelque soit leur situation administrative

- Une réelle prise en charge médicale avec des permanences santé régulières

Et bien sur la fin des accords de Dublin et des papiers pour tous et toutes !

Manifestation samedi 15 décembre à 15h au Miroir d'Eau, devant le Château

Commentaires