faillite et presque victoire contre les puces rfid

Mot-clefs: Archives
Lieux:

les nécros scientistes ne passerons pas
une presque victoire contre les puces rfid faillite presque annoncée des puces rfid cependant ne désarmons pas les nécro technologistes et nécros scientistes n'ont pas dis leur dernier mot et surtout pleurent quand il y a des marchés de plusieurs milliards de dollars ou d'euro a la clef Le ministère de l'intérieur US déconseille l'identification humaine par RFID.

Le rapport sur l'utilisation de la RFID pour l'identification humaine quevient de rendre public le comité en charge de la vie privée au Department ofHomeland Security (DHS) américain devrait, à ce titre, faire date.

On y lit en effet que "la RFID offre peu de bénéfices comparée à ce qu'elle induit en termes de vie privée et d'intégrité des données. Elle aurait même plutôt tendance à accroitre les risques en matière de sécurité et de protection des données personnelles, sans avantage commensurable en termes de performances ou de sécurité nationale (.) Pour ces raisons, nous déconseillons l'utilisation de la RFID pour l'identification et la traçabilité des êtres humains".

Rappelant que "la RFID n'identifie pas les individus", mais qu'il s'agit d'un moyen commode de lire des données, le DHS tient à préciser que cette facilitation ne signifie pas pour autant, contrairement à ce qui est communément admis, que cela peut contribuer à accélérer la procédure d'identification. Celle-ci relève en effet de la biométrie, dont la prised'empreinte, et la lecture, ralentit en fait le processus. Afin de limiter les risques de sécurité, le département d'Etat a ainsi conditionné la lecture des passeports électroniques au fait d'entrer un code PIN, rendant quasi-superflu l'utilisation même de la RFID.

le passe Navigo de la Ratp en étant un exemple criant

La cryptographie s'avère en effet nécessaire, à double titre. D'une part parce que la RFID rend impossible le fait de savoir qui a eu accès à quelles données, quand et à quelles fins, et qu'il convient d'éviter toute lecture ou interception furtives des données par un tiers non autorisé. D'autre part parce qu'il convient aussi de limiter les risques d'altération ou decontrefaçon des données, si d'aventure elles étaient néanmoins interceptées, et clonées. Or, rappelle le DHS, il existe d'autres technologies remplissant, à moindre risque, ces deux conditions : encres spéciales,hologrammes, micro-impression, codes barre, pixelisation, puces avec contact. sans pour autant exposer les détenteurs de tels identifiants auxrisques de sécurité et d'atteintes à la vie privée inhérents à la RFID.

Au final, l'utilisation de la RFID poserait plus de problèmes qu'elle n'en résoudrait, d'autant que les risques de surveillance illégale ou illégitime sont loin d'être encore clairement cernés : alors que nous sommes de plus en plus entourés d'objets dotés de puces RFID rendant possible la traçabilité, à leur insu, des individus, de leurs mouvements et activités, bien malincelui qui peut prédire les conséquences que cela engendrera.

Si, malgré tout, un système basé sur la RFID devait être adopté, le DHS recommande, entre autres :

de rendre publiques, à la manière des logiciels open source, l'intégralité de ses spécifications afin de permettre à la société civile d'en vérifier la pertinence, et l'intégrité,

de doter de tels systèmes de mécanismes de désactivation définitifs ou temporaires, voire de filtrage ou de blocage des flux de données, afin de laisser la possibilité aux individus de ne pas être surveillé, d'indiquer au moyen d'icônes clairement identifiables et à la manière des systèmes devidéosurveillance, les endroits où se trouvent les scanners RFID, de déconnecter de l'internet les bases de données des identifiants RFID, et den'en autoriser l'accès qu'aux personnels, et scanners, du DHS, de mettre en place une campagne d'information afin d'expliquer à l'opinion ce qu'est (ounon) la RFID, et quels sont les droits et protections accordées aux individus.

Puce RFID

Des puces pour identifier les malades, les cadavres, et les immigrés

la nécro science nous vous le disions n'est pas préte de lacher

Le rapport du DHS, faut-il le préciser, ne concerne aucunement les implants sous-cutanés, mais bien l'utilisation de la RFID en tant que telle aux fins d'identification des êtres humains (contrôles d'accès, passeports et cartes d'identité électroniques) par le gouvernement et les services publics de police et de sécurité. Et si les USA, dans la foulée des attentats du 11 septembre, ont réussi à entraîner une bonne partie des pays occidentaux à insérer des puces RFID dans leurs pièces d'identité, le secteur privé n'est pas en reste, loin de là.

Amal Graafstra, auteur d'un livre intitulé RFID Toys ("jouets RFID") et qui s'est implanté, en guise de clefs, une puce RFID dans chaque main, sait pertinemment qu'on peut lui voler ses identifiants. Mais il n'en fait pas un problème majeur de sécurité, pas plus que de vie privée, et ne craint pas non plus de se faire couper les mains.

Partant du principe que la technologie est neutre, que ce sont ses usages qui peuvent s'avérer problématiques, il préfère se focaliser sur les aspects pratiques, et plus particulièrement ludiques, de tels implants électroniques, qui auraient été adoptés, à ce jour, par quelques 2500 personnes dans le monde.

Ce qui faisait encore peur il y a quelques années, et en effraie encore beaucoup aujourd'hui, participe ainsi d'un phénomène de mode dont le symptôme fut l'ouverture, dans deux boîtes de nuit de Rotterdam et Barcelone, d'espaces VIP réservés à une clientèle ainsi "pucée".

Surfant sur la vague sécuritaire et le développement de nécros technologies de contrôle et de surveillance, le distributeur mexicain de Verichip avait annoncé le lancement de VeriKid, une puce spéciale enfant, couplée à des scanners installés dans certains points stratégiques, et destinée à lutter contre les enlèvements.

Le projet semble avoir avorté, mais Verichip a déjà pucé le ministre de la justice mexicain et plusieurs des membres de son équipe, ainsi que des employés de CityWatcher, une société de vidéosurveillance américaine.

Interrogé par Annalee Newitz au sujet du piratage de sa puce sous-cutanée, John Proctor, directeur de la communication de Verichip, reconnaît qu'elle ne devrait jamais être utilisée seule, mais couplée à une vérification des papiers d'identité. Ce qui n'empêche nullement la société de continuer à en vanter les mérites pour ce qui est du contrôle d'accès, et plus encore.

Refusons d'êtres les cobayes de verychip

Ayant gagné une partie de l'opinion publique à sa cause, la société cible aujourd'hui le secteur de la santé, afin de stocker le dossier médical dans le bras de certains malades (plus de 200 médecins et 90 hôpitaux participentà ce jour à son programme Verimed d'identification des patients).

Verichip vient également de proposer ses services en matière d'identification des cadavres lors des catastrophes naturelles, et des universitaires belges, poussant la logique un peu plus loin, viennent quant à eux de proposer d'implanter une puce RFID dans les dents, et de façon préventive, la dentition constituant la principale technique d'identification des cadavres anonymes.

Controle raciste et necrotechnologies la nouvelle etoile jaune de sinistre mémoire en version puce Rfid

En réponse à Georges Bush, qui venait d'évoquer le développement de mesures high tech afin d'endiguer l'immigration clandestine, Scott Silverman, président du conseil d'administration de VeriChip, vient enfin de proposer d'implanter ses puces dans les bras des travailleurs immigrés.

Il est temps de nous réveiller imaginez ce que ces technologies auraient pus faire si elles avaient existées aux mains de fous dangereux comme hitler mussolini franco pinochet ou staline

imaginez ce qu'elles pourraient faire dans les mais de tarés comme bush sarkozy blair ou n'importe quels saigneurs du g8

DETRUISONS LA BIOMETRIE ET LES NECROS SCIENCES AVANT QU'ELLES NE NOUS DETRUISENT

Comment les empêcher de nuire c'est très facile reprenons les vieilles méthodes de l'ami anar Pouget le Sabotage

Rien de plus simple que de saboter une usine qui fabrique des nanos processeurs et des puces rfid

Une poignée de poussière ou de sable dans les laboratoires ou leurs conduits d'aération et de ventilation suffit

un grain de poussière ou de sable dans une chaîne qui fabrique ce genre de saletés c'est comme mettre un galet dans les rouages d'un moteur d'une voiture puisque une pièce nanométriques ou une puce rfid c'est de la taille d'une bactérie voire d'un atome

n'oubliez pas que ces pièces sont fabriquées justement par des employés en combinaisons stériles dans des salles stériles et étanches avec sas d'entrée et filtres de toutes sortes

Soyons des grains de sables anti nano nécrotechnologies et anti rfid