Reunion publique Rennes BZH

Mot-clefs: Archives
Lieux: Nantes Rennes

réunion publique à Rennes liée a la mise en place d'un projet de plate-forme politque pour les élections législatives et cantonales en Bretagne
BZH

Breizh hor bro

Bertaèyn nott paeï

Bretagne notre pays

Nous sommes une Nation, nous avons le droit de décider!

C'est sous le nom simple et efficace « BZH », que différent-e-s individu-e-s et militant-e-s breton-ne-s se sont rassemblé-e-s pour commencer à mettre en place une plateforme politique en vu des échéances législatives et cantonales de 2007 et 2008, permettant d'affirmer et de défendre clairement les droits sociaux et politiques du peuple breton.

Pourquoi ?

Le 3juin à Rennes plus de 6000 personnes ont manifesté pour affirmer le souhait et le besoin des bretons et des bretonnes de gérer leurs affaires et leur avenir. Notamment dans les domaines élémentaires comme la culture, la politique linguistique, le territoire breton, l'éducation, où le centralisme français a déjà causé de graves problèmes.

Alors que pour la première fois, le 3 juin, le Conseil Culturel de Bretagne mobilisait sur un mot d'ordre politique (« le transfert de compétences de l'Etat à la Région »), la nécessité pour les Breton-ne-s de posséder une structure moderne affirmant clairement notre droit à l'autodétermination se fait de plus en plus sentir. Le droit à l'autodétermination, c'est le droit international et légitime pour chaque peuple de décider de son statut politique et institutionnel. C'est ce qui s'est récemment passé au Montenegro avec un vote par referendum sur l'indépendance. Nous observons qu'aucune force politique présente au conseil régional de Bretagne ne revendique ce droit, malgré leur participation à la manifestation du 3 juin.

Cette volonté d'émancipation des bretons est réelle :

- 67% des habitants de la Bretagne réunifiée souhaitent plus de pouvoir, et 23% sont favorables à l'Indépendance (CSA 2000).

- L'attachement à la langue bretonne (brezhoneg) est hégémonique (92% des bretons veulent la conserver. TMO 2001). Nous étions 15 000 à Rennes en 2003 pour défendre le brezhoneg et le gallo

- Des vœux de réunification de la Bretagne émanant du Conseil Général de Loire-Atlantique et de la Région Bretagne de nombreux conseils municipaux ont été formulés ces dernières années, suite aux manifestations de 2001, 2003 et 2005 ayant rassemblés plusieurs milliers de personnes à Nantes et Saint-Nazaire.

Il nous faut désormais concrétiser politiquement ces revendications ! Tout en répondant aux attentes sociales de nos compatriotes.

- En matière d'environnement, où nous n'avons plus à subir les choix productivistes de Paris (marées noires, dégazages, nitrates, …).

- Dans le domaine du travail, où les revenus salariaux moyens des bretons restent dans l'ensemble inférieurs de plus de 2000 euro à la moyenne hexagonale (1000 euro inférieur hexagone hors Ile-de-France. INSEE).

- En terme de logement, où un nombre croissant de personnes vivant ici ne peuvent ou ont du mal à se loger du fait la spéculation immobilière, alors même que 15% des habitations en Bretagne sont des résidences secondaires !

- En ce qui concerne la parité Homme/Femme, pour une même qualification une bretonne gagne de milliers d'euro de moins à l'année (ex. : une ouvrière qualifiée gagne 2548 euro de moins à l'année en moyenne qu'un ouvrier qualifié)

En Bretagne nous possédons une très forte pratique associative, notamment dans des domaines progressistes comme l'écologie, le commerce équitable, les échanges internationaux ou encore la création de coopératives d'agriculture biologique. L'espace breton doter d'une institution souveraine apparaît donc comme une formidable opportunité pour organisée une alternative à la mondialisation culturelle et au libéralisme économique.


Donc si vous êtes pour :

_La réunification de la Bretagne

_L'officialisation du breton et un
plan de sauvetage du gallo

_L'autodétermination

_Un meilleur partage des richesses

_Un environnement protégé

_Des services publics de proximité
gérés par nous-mêmes.

_Une démocratie locale

_Un parlement breton élu démocratiquement

_Une économie solidaire au service des
personnes et non des profits financiers

_Une société sans discriminations

_Que nous puissions défendre nos
intérêts économiques devant les
instances internationales.


Venez le 20 juin2006 à 20 h Maison de quartier Villejean pour le lancement du premier comité local BZH à Rennes. D'autres réunions publiques auront lieu en Bretagne dans les mois qui viennent pour élaborer ensemble ce projet de plateforme. A l'issue de ces mois de débats nous serons à même de présenter une alternative crédible aux électeurs et électrices, permettant de réellement prendre note destin en main.

Pour nous contacter b-z-h@no-log.org





Breton-ne-s nous sommes une nation, nous avons le droit de décider
BREIZH HOR BRO !

Le 3juin à Rennes plus de 6000 personnes ont manifesté pour affirmer le souhait et le besoin des bretons et des bretonnes de gérer leurs affaires et leur avenir. Notamment dans les domaines élémentaires comme la culture, la politique linguistique, le territoire breton, l'éducation, où le centralisme français a déjà causé de graves problèmes.

Alors que pour la première fois, le 3 juin, le Conseil Culturel de Bretagne mobilisait sur un mot d'ordre politique (« le transfert de compétences de l'Etat à la Région »), la nécessité pour les Breton-ne-s de posséder une structure moderne affirmant clairement notre droit à l'autodétermination se fait de plus en plus sentir. Le droit à l'autodétermination, c'est le droit international et légitime pour chaque peuple de décider de son statut politique et institutionnel. C'est ce qui s'est récemment passé au Montenegro avec un vote par referendum sur l'indépendance. Nous observons qu'aucune force politique présente au conseil régional de Bretagne ne revendique ce droit, malgré leur participation à la manifestation d'aujourd'hui.

Cette volonté d'émancipation des bretons est réelle :
- 67% des habitants de la Bretagne réunifiée souhaitent plus de pouvoir, et 23% sont favorables à l'Indépendance (CSA 2000).

- L'attachement à la langue bretonne (brezhoneg) est hégémonique (92% des bretons veulent la conserver. TMO 2001). Nous étions 15 000 à Rennes en 2003 pour défendre le brezhoneg et le gallo

- Des vœux de réunification de la Bretagne émanant du Conseil Général de Loire-Atlantique et de la Région Bretagne de nombreux conseils municipaux ont été formulés ces dernières années, suite aux manifestations de 2001, 2003 et 2005 ayant rassemblés plusieurs milliers de personnes à Nantes et Saint-Nazaire.

Il nous faut désormais concrétiser politiquement ces revendications ! Tout en répondant aux attentes sociales de nos compatriotes.

- En matière d'environnement, où nous n'avons plus à subir les choix productivistes de Paris (marées noires, dégazages, nitrates, …).

- Dans le domaine du travail, où les revenus salariaux moyens des bretons restent dans l'ensemble inférieurs de plus de 2000 euro à la moyenne hexagonale (1000 euro inférieur hexagone hors Ile-de-France. INSEE).

- En terme de logement, où un nombre croissant de personnes vivant ici ne peuvent ou ont du mal à se loger du fait la spéculation immobilière, alors même que 15% des habitations en Bretagne sont des résidences secondaires !

- En ce qui concerne la parité Homme/Femme, pour une même qualification une bretonne gagne de milliers d'euro de moins à l'année (ex. : une ouvrière qualifiée gagne 2548 euro de moins à l'année en moyenne qu'un ouvrier qualifié)

En Bretagne nous possédons une très forte pratique associative, notamment dans des domaines progressistes comme l'écologie, le commerce équitable, les échanges internationaux ou encore la création de coopératives d'agriculture biologique. L'espace breton doter d'une institution souveraine apparaît donc comme une formidable opportunité pour organisée une alternative à la mondialisation culturelle et au libéralisme économique.

C'est donc pour cela que sous le nom simple et efficace « BZH », que différent-e-s individu-e-s et militant-e-s breton-ne-s se sont rassemblé-e-s pour commencer à mettre en place une plateforme politique en vu des échéances législatives et cantonales de 2007 et 2008, permettant d'affirmer et de défendre clairement les droits sociaux et politiques du peuple breton.

Email Email de contact: b-z-h_AT_no-log.org