Prmier mai à guingamp et rennes

Mot-clefs: Archives
Lieux: Guingamp Rennes

premier mai à rennes et guingamp et gurunuhel
Bevet devezh etrebroadel al labourerien !

Kamaraded, Kamaradezed

Evit derc'hel gant al lañs zo gant SLB abaoe un nebeut sizhunvezhioù a-drugarez d'hon emouestl er stourm a-enep d'al lezenn diwar-benn kevatalded ar chañsoù e roomp emgav deoc'h evit ar c'hentañ a viz mae (gouel etrebroadel al labourerien). Setu m'hon eus dibabet reiñ daou emgav (Hon izili ha mignoned a gavfe re hir mont da Roazhon pe Gwengamp a bedomp anezhe da vont d'ar manifoù lec'hel all).

-Gwengamp 10e30 dirak ar vediaoueg evit ur vanif kenaozet gant SLB, CGT, AC, FSU

-Roazhon 11e dirak an ti-gar.

Goulenn a raimp e vefe :

-Paouezhet gant ar gKIN. -Tennet al lezenn (en he fezh ha n'eo ket hepken ar gKIK) a denn eus kevatalded ar chañsoù. -Laosket da vont didamall ar stourmerien a rebecher dezhe fedoù er maez al lezenn bet c'hoarvezet e-doug ar stourm enep d'ar gKIK.

Ar poent diwezhañ mañ zo pouezus tre, dre mard eo bet tamallet tri ezel eus SLB en deizioù diwezhañ. Ur pred skoazell a vo aozet gant UB SLB Treger-Goeloù da 1e gm (goude ar vanif) e Gurunhuel a-benn harpañ anezhe, deuit niverus (10 euros ar pred pellgomzit evit mirout ho plas 06 65 23 31 20)

Bezomp unvan betek an trec'h !

Evit SLB: Morgane Cotten. (evit gouzout hiroc'h m.cotten@no-log.org 0665233120 )

[Voir le site] slbskolveur@no-log.org slbbzh@free.fr slbmelestradur@wanadoo.fr

Vive la journée internationale des travailleurs !

Camarades,

Pour continuer avec le dynamisme qui caractérise l'action du SLB depuis plusieurs semaines en raison de notre investissement dans le combat contre la loi sur l'égalité des chances nous vous donnons rendez vous pour le premier mai (Journée Internationale des Travailleurs). C'est pourquoi nous vous donnons deux rendez vous pour cette journée :

-Guingamp 10h30 devant la médiathèque sur l'échiquier dans le cadre d'une manif coorganisée par SLB, CGT, AC, FSU

-A Rennes à 11h place de la gare.

Nos membres et sympathisants qui trouveraient trop long d'aller jusqu' a Rennes ou Guingamp sont invités à se rendre dans la manifestation la plus proche de leurs domicile.

Nous mobiliserons sur les thèmes suivants :

-Retrait du CNE -Retrait de l'intégralité de la loi sur l'égalité des chances (pas seulement le CPE). -Abandon des poursuites contre les manifestants anti-CPE.

Ce dernier point est très important car trois membres du SLB ont été mis en examen ces jours derniers c'est pourquoi nous vous invitons à prendre part à un repas de soutien à 13h à Gurunuhel le 1er mai organisé par l'UL SLB Tregor-Goelo (réservez vos places, 10 euros au 0665233120)

Pour le SLB: Morgane Cotten. (Pour en savoir plus m.cotten@no-log.org 0665233120 )

A toutes fins utiles nous rappelons que les drapeaux d'organisations politiques fussent elles indépendantistes ou autonomistes sont interdits dans notre cortège.

Depuis 2001 le SLB (en langue Bretonne, Syndicat des Travailleurs de Bretagne-Sindikad Labourerien Breizh) organise quelques centaines d'adhérents sur l'ensemble du territoire Breton (Loire Atlantique incluse). Nous syndiquons majoritairement dans l'enseignement immersif en langue Bretonne (écoles Diwan) où nous avons recueilli près de 60 % des voix des salariés, mais nous avons de plus en plus d'adhérents isolés dans d'autres secteurs d'activités. Nous souhaitons proposer aux salariés de Bretagne (sans discrimination d'origine !) une alternative syndicale pour s'organiser afin de vivre, travailler, décider et lutter en Bretagne. Si nous pensons qu'il faille proposer une telle alternative c'est que de très nombreux salariés ne se retrouvent pas dans les autres syndicats. Nous pensons aussi qu'il faut rompre avec une pratique syndicale parisianiste peu revendicative et ultracentralisée. Nous travaillons avec nos camarades du LAB basque, du Syndicat Occitan de l'Education, du STC Corse, de l'Union Générale des Travailleurs Guadeloupéens et l'Union des Travailleurs Kanaks et Exploités pour l'abolition de la loi sur la représentativité syndicale qui exclue les nouveaux syndicats tels les nôtres. Comme eux nous refusons la logique libérale tout autant que le centralisme français.