RETRAIT DU CPE - victoire ou défaite ?

Mot-clefs: Archives
Lieux:

 


RETRAIT DU CPE - victoire ou défaite (11 avril 2006)





11 avril 2006


RETRAIT
DU CPE


Victoire ou défaite ?


http://mai68.org/ag/978.htm

http://kalachnikov.org/ag/978.htm

http://www.chez.com/vlr/ag/978.htm

http://www.monhebergement.fr/do/ag/978.htm


     Les
activistes, ayant pris goût à la contestation, sont prêt
à tout pour que le mouvement continue car en lui, et grâce à
lui, ils ont découvert ou redécouvert la vraie vie,
et la simple idée d'un retour au train train quotidien leur est insupportable.


    Certains
disent, comme moi, que nous venons de remporter une première et belle
victoire (voir le post-scriptum N°2)


    Mais,
d'autres prétendent que nous n'avons rien obtenus et vont parfois jusqu'à
dire qu'il s'agit encore d'une défaite :


    http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=58215


    Effectivement,
dire que l'on n'a pas encore gagné peut permettre de continuer la mobilisation,
mais c'est tout de même un peu décourageant ; et, finalement,
certains se diront : « À quoi bon... ». Et,
de toute façon, La continuation dans de telles conditions, avec une prétendue
défaite préliminaire, est forcément une continuation dans
la tristesse.


    Tandis
qu'en expliquant qu'on vient d'obtenir une première et belle victoire,
comme je le fais, non seulement c'est encourageant, ce qui a tendance à
éviter de perdre certains partisans ; mais, surtout, cela permet
de continuer dans la joie.


    Comment
choisir alors, on continue dans la tristesse en perdant les plus pessimistes,
ou dans la joie avec un maximum de monde ?


    Le
mieux est de dire la vérité en la prouvant. Pour cela, nul besoin
d'un grand discours ou d'une belle analyse sur ce qui est ou n'est pas retiré,
sur ce qui est ou n'est pas remplacé et par quoi. Pour savoir s'il s'agit
d'une victoire ou d'une défaite, il suffit de regarder la gueule tirée
par Chichi le 10 avril 2006 :


La tristesse du dictateur déchu

Lien
vers l'original



    Regardez
la tristesse du dictateur déchu : Chirac a bien du mal à
retenir ses larmes ! Cela prouve bien que pour lui, c'est une défaite,
une grande défaite : prétendant qu'il fallait en finir avec
le slogan de mai 68 "interdit d'interdire", et espérant
qu'on ne s'apercevrait pas qu'entre autorité de l'État et démocratie,
il fallait choisir, il a voulu nous imposer l'autorité de l'État,
C'est-à-dire son autorité à lui, Jacques Chirac !
Il nous a pris pour des cons !


    Mais,
c'est nous qui avons gagné ; et, une telle victoire, obtenue dans
de telles conditions, malgré une obstination forcenée de l'ennemi,
et malgré une répression digne des pires dictatures fascistes,
une telle victoire est une grande victoire !






Merci pour votre attention,

Meilleures salutation,

do

http://mai68.org




Post-scriptum
:


1°)
Comme on nous a refait le coup du "Personne dans les autres pays ne comprend
votre mouvement de contestation, le monde entier fonctionne comme on vous dit
qu'il faut fonctionner, nous n'allons tout de même pas, en France, être
les seuls à fonctionner autrement", c'est le bon moment pour écouter
à nouveau la fameuse chanson du "mouton noir" dont la non moins
fameuse "Compagnie Jolie Môme" nous avait fait cadeau à
l'époque du Référendum sur la constitution de l'Europe
:


http://cie-joliemome.org/musique/le-mouton-noir-24-04-05.mp3


2°)
Une première victoire qui en appelle bien d'autres !


"Le
chemin de mille lieux commence par un pas." (Lao Tseu)

Le premier pas était le plus difficile, il était l'essentiel,
il est accompli !

Ils ont reculé d'un pouce, ils reculeront sur toute la ligne !

CE N'EST QU'UN DÉBUT, LE COMBAT CONTINUE !

PAS DE NÉGOCIATION !

UNE SEULE SOLUTION : LA RÉVOLUTION !


3°) Stratégie
pour le mouvement :


http://mai68.org/journal/N107/8avril2006.htm