Cauma Generau / Grève Générale

Mot-clefs: Archives
Lieux:

 
COMUNICAT DE PREMSA - COMMUNIQUE DE PRESSE

(en occitan et en français)

Pau, lo 08 de març de 2006


- La RESISTéNCIA qu'ei ua question de DIGNITAT
CAUMA GENERAU


Que persegueish d'aficar mesprètz, lo govèrn UMP / Medef, de cara au rejèct en massa deu CPE e de la precaritat. 67 universitats sus 84, 1014 licèus sus haut o baish 4 000 que lutan (ocupacion, agitacion etc…) e que s'organizan. Lo principi de basa e la fòrça qui an qu'ei dens los foncionar en Amassada generau sobirana.

Los quate darrèrs grans dias de mobilizacion qu'amassan 1 million puish 1,5 million de manifestants-as, puish 3 millions dus còps en seguida. Organizacions, sindicats e per delà totas las personas qui veden dens lo CPE e lo CNE l'afirmacion d'un modèle neo-liberau au quau hè necèra la precaritat tà foncionar e perseguir d'enriquir los delinquants financièrs : bèths accionaris, rentièrs… Ua delinqüéncia qui s'apea suus sistèmis politics de uei.

Per la fin lo 71 % de la poblacion de l'Exagòne qu'ei contra lo CPE.
A maugrat de tot, lo govèrn UMP / Medef que contunha dens lo mesprètz. Dens lo contèxte actuau, Anaram Au Patac e tots los e las qui arrefusan de har arrepèr e de's sosméter un còp mei qu'apèra au desatelatge generau reconductible.

Aqueth soalh de luta que hè necèra de'u passar tà har plegar un govèrn suu quau s'apea la logica neo-liberau.

La risca màger qu'ei dens las sornas negociacions e dens presas de decision au còr de confortables salons parisencs enter lo govèrn e quauques burèucrates sindicaus, luenh de la volontat de la basa, deu pòble.

De cara a d'aquera trencadura, Anaram Au Patac qu'apèra los sindicalistas de basa e tots los salariats-das a prémer e tornar har pujar la revendicacion de desatelatge generau reconductible tau retrèit deu CPE e CNE, tà començar… L'apetit que vien en minjar.

La premuda aquera qu'a de passar per la via obèrta dens las universitats e los licèus : las amassadas generaus sobiranas.

Tà Anaram Au Patac lo mòde de foncionar aqueth que permet de miar alternativas au neo-liberalisme. Qu'ei l'aprentissatge de la sobeiranitat, de l'autònomia tà bastir l'Occitània, l'Euròpa, deus pòbles, sociau e solidaria, que volem. Se transformam las frustracions en fòrça de bastir que podem perpausar e hargar ua societat qui's chepica deu son aviéner.

Cap aus paerets repetats deu govern a la repression e a las violencias policieras, Anaram Au Patac qu'apera a solidarizà's dab tots l@s qui lutan : estudiants, liceans, precàris, sindicalistas…



- La RESISTANCE est une question de DIGNITE
GREVE GENERALE


Le gouvernement UMP / Medef continue d'afficher son mépris face au rejet massif du CPE et de la précarité. 67 universités sur 84, 1014 lycées sur environ 4 000 sont en lutte (occupation, agitation etc…) et s'organisent. Leur principe de base et leur force réside dans le fonctionnement en Assemblée Générale souveraine.

Les quatre dernières grandes journées de mobilisation réunissent 1 million puis 1,5 million de manifestant-es, puis 3 millions deux fois de suite. Organisations, syndicats et au-delà toutes les personnes qui voient dans le CPE et le CNE l'affirmation d'un modèle néo-libéral qui a besoin de la précarité pour fonctionner et continuer à enrichir les délinquants financiers : gros actionnaires, rentiers… Une délinquance qui s'appuie sur les systèmes politiques actuels.

Au total 71 % de la population de l'Hexagone est contre le CPE.
Malgré tout, le gouvernement UMP / Medef continue d'afficher son mépris. Dans ce contexte, Anaram Au Patac et tous ceux et celles qui refusent de reculer et de se soumettre une fois de plus, appellent à la grève générale reconductible.

Ce seuil de lutte est nécessaire à franchir pour faire plier un gouvernement sur lequel s'appuie la logique néo-libérale.

Le risque majeur réside dans la sournoiserie de négociations et de prises de décisions au cœur de douillets salons parisiens entre le gouvernement et quelques bureaucrates syndicaux, loin de la volonté de la base, du peuple.

Face à cette coupure, Anaram Au Patac appelle les syndicalistes de base et tous les salarié-es à faire pression et faire remonter la revendication de grève générale reconductible pour le retrait du CPE et CNE, pour commencer… L'appétit vient en mangeant.

Cette pression doit passer par la voie ouverte dans les universités et les lycées : les assemblées générales souveraines.

Pour Anaram Au Patac, ce mode de fonctionnement permet de construire les alternatives au néo-libéralisme. C'est l'apprentissage de la souveraineté, de l'autonomie pour bâtir l'Occitània, l'Europe des peuples, sociale et solidaire, que nous voulons. Si nous transformons nos frustrations en force de construction nous pouvons proposer et bâtir une société qui se soucie de son avenir.

Face aux appels répétés du gouvernement à la répression et aux violences policières, Anaram Au Patac appelle à se solidariser avec tous ceux et celles qui luttent : étudiant-es, lycéen-nes, précaires, syndicalistes…

Email Email de contact: info_AT_anaram.org