Chronologie des émeutes de novembre 2005 / agglo grenobloise

Mot-clefs: Archives
Lieux:

 
Cette chronologie est partielle, pour la simple et bonne raison qu'elle est basée sur une lecture non-exhaustive du
Dauphiné Libéré
du 4 au 16 novembre 2005. Seuls les événements « locaux » sont relatés, mais toutes les éditions locales du Daubé (petit nom du
Dauphiné Libéré
) n'ont pas été consultées. Bref, l'objectif de cette chronologie est de donner un aperçu de ce qui s'est passé pas loin de chez nous... histoire de ne pas oublier. Et de se souvenir comment « nos dirigeants » et les médias à leur botte réagissent en cas de révolte un peu trop soutenue...

Nota bene: Les incendies de poubelles ne sont pas notifiés (trop nombreux, hé hé).


---------------------------------------------------------------------------------------------------


Préambule



Extrait du
Dauphiné Libéré
(Daubé) du 20 octobre 2005:

« Gare aux violences urbaines.

Hier, Nicolas Sarkozy a réuni les chefs et responsables des 29 GIR (Groupes d'intervention régionaux créés en mai 2002) pour faire une "évaluation de leur action et fixer de nouveaux objectifs". Parmi eux, "une guerre sans merci aux violences urbaines" dans les quartiers réputés sensibles, qu'il veut faire propres "comme un sou neuf". »

Une semaine plus tard, suite à la mort de deux jeunes à Clichy-sous-bois (Seine-Saint-Denis), un mouvement de colère s'étend au fil des jours dans presque toutes les régions de France...


-------------------------------------------------------------------------------------------


Les faits locaux médiatisés


Nuit du mardi 1er au mercredi 2 novembre 2005:


Annecy: Deux voitures incendiées (« C'est à une pâle imitation des événements de la banlieue parisienne que ce sont essayés quelques desesperados - sic - entre Doussard et Sevrier », Daubé du 4 novembre).

Nuit du mercredi 3 au jeudi 4 novembre:


Annecy: Une voiture incendiée.

Nuit du samedi 5 au dimanche 6 novembre:


Haute-Savoie (Rumilly, Annemasse, Scionzier, Thiez, Bonneville, Le Crozet, Sallanches, Saint-Pierre-en-Faucigny, ...): Dix-sept voitures incendiées (« "Autonomistes" du cocktail Molotov, les pyromanes essaiment ici ou là (...). 3 heures (2h47 exactement), c'est l'heure de la plus culottée des provocations: la voiture d'un gendarme incendiée à côté de la brigade Rumilly... », Daubé du 7 novembre). « Un jet de cocktail Molotov sur la Compagnie de gendarmerie de Bonneville » (Daubé du 7 novembre).

L'Isle-d'Abeau: Deux voitures incendiées.

La Tour-du-Pin: Une voiture et un box incendiés.

Gex (Ain): Deux véhicules incendiés.

« le chef de l'Etat a rappelé très fermement que "le dernier mot doit revenir à la loi" » (Daubé du 7 novembre).

Nuit du dimanche 6 au lundi 7 novembre:


Agglomération grenobloise (Grenoble, Echirolles, Saint-Martin-d'Hères, Fontaine, Saint-Martin-le-Vinoux, Saint-Egrève): Incendies d'une soixantaine de véhicules, d'un engin de chantier, d'un centre social municipal, circuits électriques d'un parking anéantis (« Les pouvoirs publics s'attendaient à ce que le phénomène né après le drâme de Clichy finisse par gagner Grenoble », Daubé du 7 novembre).

Haute-Savoie (Annecy, Annecy-le-Vieux, Annemasse, Thonon-les-Bains, Ville-la-Grand, Saint-Julien-en-Genevois, Cran-Gevrier, Sallanches): Seize véhicules incendiés. « On brûle la voiture du maire de Saint-Julien-en-Genevois », autrement dit Jean-Michel Thénard, PS, info du Daubé du 8 novembre).

Beaurepaire: Trois cars incendiés (« Divers tags ont également été relevés sur place (...) s'adressant directement au ministre de l'Intérieur ou revendiquant un lien avec les émeutes dans les banlieues de la couronne parisienne: "3-8 solidaire avec le 9-3" », Daubé du 8 novembre).

La Tour-du-Pin: Incendie et pillage d'une école. Incendie d'une grange et de 720 ballots de paille.

Villefontaine: Une voiture et une moto incendiées.

Gex (Ain): Huit véhicules incendiés.

Journée du lundi 7 novembre:


Grenoble: Début d'incendie au collège de la Villeneuve.

Nuit du lundi 7 au mardi 8 novembre:


Haute-Savoie (Annemasse, Annecy, Annecy-le-Vieux, Ambilly, Thonon-les-Bains, Bonneville, ...): Seize véhicules incendiés, une école primaire incendiée à Bonneville, « un engin incendiaire a été lancé (...) "en direction d'une salle de prière" musulmane à Annemasse » (Daubé du 9 novembre).

Agglomération grenobloise (Grenoble, Fontaine, Echirolles : Incendies d'une vingtaine de véhicules, d'un engin de chantier, d'un cabanon de chantier. Deux engins incendiaires lancés sur un tram à Echirolles, sur une voiture de la Sémitag (société de transports en commun de Grenoble) et sur une école. Caillassage de flics à Voiron (« Un peloton entier de gendarmes mobiles, des cars de CRS, des voitures de police - nationale et municipale - (...). Ce déploiement de force a-t-il suffi à dissuader les casseurs ou est-ce l'intervention de Dominique de Villepin au journal de 20 heures qui a finalement ramené les jeunes des cités au calme ? Nul ne le sait. », Daubé du 8 novembre).

Reste de l'Isère (Eybens, Pont-de-Claix, Voiron, Bourgoin, Saint-Quentin-Fallavier, Vienne, Pont-Evêque, ...): Incendies de vingt-cinq voitures, d'un camion et d'une remorque.

Saint-Maurice-l'Exil (Isère): « Une poubelle flambe devant la mairie » (Daubé du 9 novembre).

Pierrelatte (Drôme): Seize véhicules incendiés, trois véhicules vitres brisées, un engin de chantier incendié. « Deux commerces du centre-ville ont vu leurs vitrines voler en éclats » (Daubé du 9 novembre).

Le Roc (Drôme): Une vingtaine de véhicules incendiés.

« Le recours au couvre-feu » (Couverture du Daubé du 8 novembre).

« "Quand je vois comment les policiers et les pompiers se font caillasser, ça me révolte. Je leur tire mon chapeau, je n'aimerais vraiment pas être à leur place!" » (Daubé du 8 novembre).

« - Mohamed, un papa: "(...) S'en prendre à une école ou à n'importe quoi mérite d'être sévèrement puni" » (Daubé du 8 novembre).

Nuit du mardi 8 au mercredi 9 novembre:


Agglomération grenobloise: Une vingtaine de voitures incendiées. « Cette nuit, c'est une dizaine de voiture - sic - qui étaient incendiées dans le parking d'un hôtel Mercure » (Daubé du 9 novembre). Une école a été caillassée à Echirolles, « des détritus ont été incendiés devant la porte d'entrée » (Daubé du 10 novembre). Une autre école a été partiellement incendiée, à Saint-Martin-le-Vinoux. Un véhicule, un garage, un local technique et deux boxes incendiés à Meylan.

Vienne: Un entrepôt incendié.

« Violences urbaines: L'état d'urgence entre en vigueur. La République se mobilise » (Couverture du Daubé du 9 novembre).

« En fait, les allumés du briquet et du cocktail Molotov et autres stakhanovistes de l'allumette ont fort à faire pour échapper aux patrouilles de police qui ont investi les "quartiers" en masse » (Daubé du 9 novembre).

Extrait de citation de Dominique de Villepin dans le Daubé du 9 novembre: « "montrer à chacun que la loi reste la plus forte" ».

Extrait de citation de Nicolas Sarkozy dans le Daubé du 9 novembre: « "Lorsqu'on parle d'incivilités, moi je préfère qu'on parle d'émeutes, d'émeutiers et de casseurs" ».

Nuit du mercredi 9 au jeudi 10 novembre:


Isère (Grenoble, Fontaine, Echirolles, Saint-Martin-d'Hères, Seyssinet-Pariset, L'Isle-d'Abeau, ...): Une vingtaine de véhicules incendiés. Une grande surface commerciale "La halle aux chaussures" incendiée à Saint-Martin-d'Hères (« "C'est triste. C'est comme si on avait mis le feu à ma maison. Vous vous rendez compte, on passe la plus grande partie de nos journées ici. C'est chez nous. Et voilà", a indiqué Mickaël Minair, le responsable du magasin », Daubé du 11 novembre).

Grenoble: « Les policiers ont aussi été pris pour cible. Peu après 23 heures, une plaque d'égout est soudaintombée sur le pare-brise d'une voiture du commissariat central. Les fonctionnaires de police n'ont pas été blessés mais la voiture a été sérieusement endommagée. Selon nos informations, la plaque d'égout aurait été jetée depuis une passerelle surplombant une rue du quartier de l'Arlequin » (Daubé du 11 novembre).

Beaurepaire: Tentative d'incendie d'un restaurant scolaire.

La Balme-les-Grottes: Incendie d'« un véhicule servant au transport de chevaux » (Daubé du 11 novembre).

Vertrieu: Une voiture incendiée.

« Par ailleurs, les moyens considérables déployés sur le terrain par les services de police et de gendarmerie tout au long de la soirée, conjugués à l'action citoyenne de nombreux habitants qui n'ont pas hésité à descendre dans la rue pour surveillerleurs véhicules et discuter avec les jeunes, ont vraisemblablement dissuadé les "casseurs" » (Daubé du 10 novembre).

« "Vous rendez-vous compte de la gravité des faits. C'est de la guérilla urbaine", avait lancé le procureur en requérant 30 mois de prison » (Daubé du 10 novembre).

Nuit du jeudi 10 au vendredi 11 novembre:


Agglomération grenobloise (Grenoble, Saint-Egrève, Voreppe, Meylan, Fontaine, Echirolles): Nombre indéfini de voitures incendiées...

Grenoble: Incendie partiel d'une bibliothèque municipale et du Service pénitentiaire de probation et d'insertion (Spip).

Vienne: Une voiture incendiée. Tentative d'incendie d'un bureau de poste.

« Depuis le début des violences urbaines, 35 personnes ont été interpellées par les policiers isérois. 17 étaient des mineurs » (Daubé du 11 novembre).

Citation de Jacques Chirac, dans le Daubé du 11 novembre: « "Il y a une loi en France et cette loi doit être respectée. Il faut respecter la loi, toute la loi" ».

Citation de Nicolas Sarkozy, dans le Daubé du 11 novembre: « "Ce sont des voyous, des racailles, je persiste et je signe" ».

Nuit du vendredi 11 au samedi 12 novembre:


Isère (Grenoble, Echirolles, Fontaine, Vienne, Meylan, ...): Trente-trois véhicules incendiés. Incendie partiel d'une poissonnerie à Meylan. Tentative d'incendie d'un gymnase à Grenoble.

Annonay (Ardèche): Deux voitures incendiées.

Haute-Savoie (Scionzier, Bonne, Seynod, La Roche-sur-Foron, Douvaine, Passy, : Six véhicules incendiés, un local d'une entreprise de déménagement incendié, tentative d'incendie de l'hôtel Edelweiss au Plateau d'Assy, un entrepôt et une boucherie détruits.
« Un sanglier attaque une boucherie !
Bonne. Vendredi après-midi, alors que l'établissement était fermé en raison du 11 Novembre, un sanglier en profite pour casser la vitrine et s'introduire dans les lieux... (...) Malgré les dégâts, le sanglier n'est pas parvenu à trouver la caisse, et c'est bien là l'essentiel. Toujours en fuite à l'heure actuelle, la bête se terrerait dans un bois voisin...» (Daubé du 13 novembre).

« Encore un garçon de 12 ans interpellé » (Daubé du 13 novembre).

Nuit du samedi 12 au dimanche 13 novembre:


Agglomération grenobloise (Grenoble, Fontaine, Echirolles, Saint-Martin-le-Vinoux, Saint-Egrève, ...): Une vingtaine d'incendies de véhicules, un cabanon incendié. Tentative d'incendie de la maison de l'enfance Prémol à Grenoble. Caillassage de flics à Saint-Martin-le-Vinoux.

Valence: Incendies d'une voiture, d'une caravane et d'un hangar.

Drôme (Loriol-sur-Drôme, Romans, Granges-lès-Beaumont, Epinouze): « Seuls sept véhicules ont été détruits » (Daubé du 13 novembre).

Jarcieu (Isère): Un véhicule incendié.

« Selon Jean-Claude Borel-Garin, le Directeur départemental de la sécurité publique contacté hier, le bilan de l'action des services de police après une semaine de violences urbaines en Isère est de 41 personnes arrêtées, dont 20 mineurs (huit d'entre eux sont âgés de moins de 16 ans). Parmi ces 41 mises en cause, sept personnes (toutes majeures) ont été écrouées (...). A ce chiffre, il faut également ajouter la condamnation à des peines d'emprisonnement des trois auteurs de l'incendie de l'école de La Tour-du-Pin, qui avaient été arrêtés par la gendarmerie. On ajoutera enfin que pour combattre plus efficacement encore les incendiaires, le préfet a pris hier un arrêté interdisant la distribution et le transport de carburant au détail » (Daubé du 13 novembre).

« Drôme: la vente d'essence au détail interdite aux mineurs » (Daubé du 13 novembre).

« A Meylan, quatre autres incendiaires ont appris, dans la nuit de samedi à dimanche, que l'on ne peut pas gagner à tous les coups lorsque l'on a décidé de jouer avec les allumettes (...). Trois furent menottés. Le quatrième s'enfuit. Mais lui aussi fut identifié rapidement et arrêté dans la matinée d'hier (...). Quatre garçons pas du tout dans le vent » (Daubé du 14 novembre).

« Les CRS "vont rester dans les banlieues" pour "reconquérir ces territoires", a affirmé hier le préfet Christian Lambert, directeur central des Compagnies républicaines de sécurité » (Daubé du 13 novembre).

Nuit du dimanche 13 au lundi 14 novembre:


Grenoble: « Deux policiers blessés dans l'explosion d'une poubelle » (Daubé du 14 novembre).
« Violences urbaines. Le préfet lance un appel à la raison » (Daubé du 15 novembre).
« La police sous le choc » (Daubé du 15 novembre).
« "C'était un peu avant minuit. J'étais en train de lire dans mon lit. J'ai entendu un grand bruit, et puis il y a eu des hurlements. J'ai eu peur et j'ai préféré ne pas ouvrir mes volets", explique encore une habitante de l'immeuble » (Daubé du 15 novembre).

« Les expulsions d'étrangers ayant participé aux violences urbaines sont imminentes » (Daubé du 14 novembre).

« Emeutes en Algérie.
Alger. De "violentes" émeutes ont éclaté dimanche en Algérie. Les faits se sont produits à Laghouat, à 400 km au sud d'Alger, quand un jeune homme a été tué par un policier lors d'une altercation selon des journaux d'Alger. Des centaines de jeunes ont attaqué des bâtiments publics, incendiant notamment le siège de la police de l'un des quartiers de la ville, après l'enterrement de la victime, pour dénoncer cette "bavure". Le policier a été arrêté » (Daubé du 15 novembre).

Journée du lundi 14 novembre:


Echirolles: « Incendie de chantier accidentel » du nouvel hôtel de ville (Daubé du 15 novembre).


------------------------------------------------------------------------------------


Quelques citations suivies d'une espèce de conclusion


« Alors que l'état d'urgence est prolongé de trois mois, Chirac crée un service civil » (Couverture du Daubé du 15 novembre).

« Vingt-neuf personnes ont été interpellées en France pour violation de couvre-feux » (Daubé du 15 novembre).

« Les violences devraient coûter environ 200 millions d'euros aux compagnies d'assurances, selon la Fédération française des sociétés d'assurances (...).
Véhicules incendiés: Environ 8700 dans toute la France depuis le début des violences, avec un pic de 1400 pour la nuit du 6 et 7 novembre (...).
Interpellations et condamnations(*): 2767 personnes ont été interpellées, le plus jeune âgé de 10 ans. Au total, au moins 590 personnes ont été écrouées, dont 107 mineurs. Au moins 375 majeurs ont été condamnés à des peines d'emprisonnement ferme (...).
Forces de l'ordre: Environ 12000 policiers et gendarmes déployés au total en France » (Daubé du 15 novembre).

« Michel Sardou va bien » (Daubé du 15 novembre).

« Peut-on supprimer les allocations ? » (Daubé du 15 novembre).

« Wals, 21 ans, Saint-Martin-d'Hères: "Des parents démissionnaires ? Oui et non. Comment calmer un gosse qui s'est fait traiter de racaille, qui vit dans un taudis et qui choisit de répondre à des événements graves par la violence, quand on est une maman et qu'on a d'autres gamins à s'occuper à la maison ?" » (Daubé du 16 novembre).

« Michel Destot, député-maire de Grenoble [2]: "La violence est inacceptable, quelles qu'en soient les motivations" » (Daubé du 16 novembre).

Moi: « La violence de qui ? "inacceptable, quelles qu'en soient les motivations" ? Quand t'envoies des flics armés jusqu'aux dents expulser des squatteur-euse-s ou des sans-papiers, réprimer des activistes ou des révolté-e-s quel-le-s qu'illes soient, etc., elle devient acceptable la violence, non ? Rassure-moi... » (dans aucun Daubé... bah non).

« Michel Destot, député-maire de Grenoble: "Les forces de police en particulier ont fait preuve d'un grand professionnalisme dans le rétablissement de l'ordre" » (Daubé du 16 novembre).

Moi: « Quel ordre ? Celui des Chirac, Sarkozy, Villepin ? Celui de l'UMP et du PS, de la droite et de la gauche ? Celui de la "République" ? Celui des riches, des blancs, des dominants... Celui qui protège la propriété aux mains de quelques-uns (dont l'Etat) aux dépens de la très grande majorité de la population ? Celui qui protège l'exploitation salariale de presque tou-te-s par quelques-uns (dont l'Etat) ? Celui qui nous dépossède de nos vies, mais pas de la tienne alors ça va, c'est de celui-ci dont tu parles ? Sympa, ton "ordre"... » (dans aucun Daubé non plus...).

Les faits relatés ici ne sont donc pas exhaustifs. Il suffit d'habiter le coin pour le savoir. Habitant le quartier Saint-Bruno, je remarque par exemple que les quelques voitures qui y ont été brûlées durant cette période ne sont pas mentionnées dans le Dauphiné Libéré... Par ailleurs, comme on l'a appris suite à ce mouvement de colère, la "moyenne" habituelle serait en France d'environ une centaine de voitures brûlées par nuit. Dans la nuit du 30 novembre au 1e décembre, un camping-car s'est embrasé à Saint-Bruno. Le sentiment d'injustice ne disparaîtra pas avec le perfectionnement de la société sécuritaire... bien au contraire. Peut-être qu'un jour le contrôle policier sera tel que les délits seront extrêmement rares (et probablement extrêmement violents aussi, puisque poussés à bout), mais dans le fond, rien n'aura changé. Il y aura des riches, des pauvres. Des castes qui ne disent pas leur nom, surtout depuis l'anéantissemnt idéologique de la lutte des classes... Pourtant, c'est bien une partie du sous-prolétariat qui a clâmé sa colère à travers cette révolte.

Tant qu'il y aura de l'argent, il n'y en aura jamais assez pour tout le monde.

Tant que la société sera organisée autour de la propriété privée, il y aura des voleurs et des voleuses.

Plus nous serons dépossédé-e-s de nos vies, plus il y aura des élans de destruction.

Ils ont raison de se protéger. Nous sommes nombreux, nombreuses, à être frustré-e-s et en colère.

Il nous manque la conviction que l'on peut bouleverser l'ordre du monde de façon prolongée, au-delà du coup d'éclat.

Il nous manque des perspectives,

et comme ils ont aussi bien réussi à nous séparer, nous cloisonner, nous catégoriser,

il nous manque une conscience aiguisée de nos intérêts communs, nous qui sommes finalement tou-te-s voué-e-s à l'intégration (par la soumission à la propriété et à l'esclavage salarié), ou à la désintégration (par la répression et la prison).

Alors oui,

vive l'insurrection généralisée,

bordel !

Pierre Lanset,

quartier Saint-Bruno,

2 décembre 2005,

il est 5 heures,

Grenoble s'éveille,

je n'aurai jamais sommeil...


Note:

[1] D'après Laurent Bonelli, dans Le Monde diplomatique n°621 de décembre 2005, il y a eu « près de 4700 personnes interpellées, plus de 400 condamnées à de la prison ferme (au 25 novembre) ».

[2] Avez-vous entendu parler d'une boîte aux lettres brûlée ? Celle de Michel Destop se serait embrasée en ce chaud mois de novembre...