appel à soutien du squatt DeCebtrum (Pologne)

Mot-clefs: Archives
Lieux:

 
appel à soutien d'un squatt d'activité expulsé il y a quelques jours en Pologne

Eviction du squat DeCentrum

Pendant l'apres-midi du mardi 25 octobre 2005, la police est allée au squat DeCentrum (a Białystok) accompagnée par des fonctionnaires municipaux et le propriétaire, munis d'un mandat judiciaire pour l'évacuation des lieux, ces invités n'ont pas sonné, et ils ont abimé la porte du squat. Lorsque l'un des squatters a refusé de partir en douceur, des gardiens de la ville l'ont enlevé du piece vers le couloir, ou deux gardiens le tenaient, il a été frappé dans le visage, il a reçu un coup de pied d'un troisieme dans l'abdomen, et l'on a menacé de lui jeter dans l'escalier. Les squatteurs-rices ont enlevé du matériel de l'immeuble. Ils et elles déclarent leur intention de ne pas perdre leur squat sans résistance et appellent aux actions de soutien. Cette année, d'autres squats ont eu des ennuis avec les autorités : Attaque brutale sur le squat fabryka - report on the raid , enregistrement : l'arrivée, - plainte au téléphone , destruction de la barrière. Attaque policière sur le squat Elektromadonna : reportage, Raid sur le squat Spółdzielnia - reportage.

DÉCLARATION DU COLLECTIF DECENTRUM

Le squat DeCentrum a la rue Częstochowa, 14/2, a Białystok a existé depuis 5 ans. Dans notre ville, nous remplissons le rôle d'un Centre culturel alternatif : nous organisons des concerts de groupes de partout dans le monde (jusqu'ici, 100 concerts environ), ce qui, étant donné la situation des institutions culturelles dans notre ville, est une réussite non-négligeable.

Dans DC il y a eu aussi des expériences des groupes locaux, des expositions des artistes exceptionnel-le-s de la galérie OUT OF CONTROL (ex. en tant que composante des Jours de l'art moderne 2005), ainsi que des ateliers pour des enfants, de l'enseignement gratuit etc. Grace a DeCentrum, Białystok joue un rôle important dans la scene alternative en Pologne, nous promouvons la ville au monde entier a travers nos contacts.

Pourtant, le point principal de nos activités, c'est l'action FOOD NOT BOMBS - depuis quatre ans, tout les dimanches a 14h a la rue Suraska, nous donnons des repas chauds végétariens a tou-te-s qui en ont le besoin. Nous achetons l'alimentation grace a l'argent recueilli aux concerts DeCentrum. Le squat est le lieu ou nous préparons les repas, mais maintenant que nous avons perdu notre lieu, la suite de nos actions est mise en question et 80 personnes environ perdent chaque semaine la possibilité d'obtenir un repas chaud.

DeCentrum a aussi été un lieu ou quelques personnes ont vécu tous les jours, maintenant ils et elles n'ont de toit sur la tete.

DeCentrum n'est pas seulement un immeuble, mais plutôt un groupe de gens engagé-e-s dans les questions sociales et au développement culturel de Białystok. Le destin de notre ville est tres proche de nos coeurs, et nous souhaitons vivre ici normalement, développant nos passions, maintenant il est certain que plusieurs parmi nous, a cause de manque d'activité et de lieu ou réaliser nos idées allons choisir la route de l'émigration. Nous essayons de faire quelque chose pour nous-memes et pour d'autres sans demander un financement des autorités ni des sponsors. Nous investisson tout notre temps, nos émotions et notre énergie construisant quelque chose que certains nomment « la société citoyenne ». Nous faisons des choses avec nos propres mains, ce qui sans doute est controversé et met mal a l'aise nombreuses personnes.

La décision par les autorités de la ville de Białystok d'évacuer notre domicile est une erreur et nous avertissons que c'est court de vue. La ville devrait ne seulement soutenir un initiatif tel que le nôtre, mais devrait au moins ne pas le déstabiliser. Il est évident que ce type d'espace anarchique est dérangeant aux intérets des autorités de la ville, ce qui a été montré par l'envoi chez nous de l'engrenage répressif policier. Les fonctionnaires municipaux sur place n'avaient pas grand chose a dire aux journalistes, comme s'ils n'avaient pas la moindre idée de ce qui se passait.

Malgré la perte de l'immeuble, nous n'allons pas céder, nous avons quelque chose qu'aucune autorité ne puisse pas enlever - elle ne pourrait pas évacuer l'esprit DeCentrum.

NOUS ALLONS REPRENDRE L'IMMEUBLE A 14/2, RUE CZĘSTOCHOWA

Depuis l'expulsion, nous avons mis en place différentes formes d'action pour récupérer DeCentrum. Aidez-nous en bourrant les boîtes des fonctionnaires haut-placés de notre ville de courriers de protestations vous pouvez trouver cette lettres en versions polonaise et anglaise sur indymedia.pl). Voici les différentes adresses (la première est celle du maire) :

prezydent@um.bialystok.pl Przewodniczacy.Rady@um.bialystok.pl AWroblewska@um.bialystok.pl ebierc@um.bialystok.pl amatys@um.bialystok.pl atrzeciak@um.bialystok.pl