La guerre a commencé : Les collabos sont en place.

Mot-clefs: Archives
Lieux:

mercredi 28 septembre 2005, {{Jean Dornac, altermonde-levillage
Pour comprendre ce que je vais écrire et, par avance, déjouer les interprétations manipulatoires et odieuses, je vous demande de lire et de bien vous imprégner de cette phrase qui résume la pensée de Samuel Huntington que, pour ma part, je considère comme un homme profondément raciste et dangereux pour la paix de toute l'humanité :
« Théoricien du « clash des civilisations », il souhaite diviser l'humanité en civilisations distinctes, écraser le monde arabo-musulman, puis la Corée et la Chine, enfin l'Europe »
.


Cette division est en marche, quoi qu'on en dise, quoi qu'on en pense. Cette division est une guerre déjà en action, en deux phases parallèles suivant les pays et continents considérés :
{{- Armée, violente et criminelle contre le monde arabe et musulman, Irak, Afghanistan, et bientôt Iran et Syrie ;
- Larvée et financière contre le reste du monde actuel, tant que ce monde ne résiste pas.}}

Pour le reste du monde,
donc tout ce qui n'est pas musulman
, l'arme se nomme «
mondialisation financière et marchande
». Il s'agit d'appauvrir le plus possible une grande masse de citoyens des divers pays, de ramener l'argent ainsi volé dans les coffres des multinationales de tout genre et, par voie de conséquence, dans le giron des USA. Il s'agit, en même temps,
de créer une autre masse importante de « citoyens-légumes »
, drogués à la télévision et ses émissions de « décervelage »
et enfin, une petite élite de possesseurs
, de profiteurs du système, les plus sûrs soutiens de la dictature qui se met en place au niveau mondial.

Enfin, dans tous les pays épargnés, pour l'instant, par la guerre, par la sauvagerie militaire,
il faut des « collabos »
, des gens convaincus, convaincants dans leurs mensonges, {{aussi dépravés mentalement que le sont les dirigeants et idéologues américains.

Recentrons-nous sur la France}}

Qui sont les « collabos » de la dictature mondiale en France :
En tout premier, Nicolas Sarkozy
. Je le dis sans hésiter, quoi qu'il pourrait m'en coûter, car tous ses actes, paroles et écrits en témoignent. Nous verrons cela par la suite. Ensuite, tous les ministres et députés qui le soutiennent aveuglément ainsi que le « haut » patronat. Mais encore, par « obligation », les policiers, gendarmes, services secrets, télévisions privées comme publiques, le plus grand nombre de journaux et radios commerciales.

Et, fait extraordinaire, si l'on connaît un peu l'histoire récente de la seconde guerre mondiale, nous retrouvons le même type de personnages à la tête de la collaboration actuelle qu'en cette époque sinistre :
{{- Politiciens et élus ambitieux et sans morale ;
- Industriels et patronats voraces et sans morale ;
- Journaux qui se vendent au plus offrant et distillent bien volontiers la propagande officielle en y ajoutant pour aujourd'hui les télévisions.
- On peut encore y ajouter un nombre important de lâches qui se tourneront toujours vers ceux qui semblent être les plus forts...}}

Les mêmes ingrédients abominables servent donc des causes identiques : {{la domination du monde par une bande d'idéologues racistes, sans conscience, menteurs et manipulateurs hors normes.

Pourquoi j'affirme cela, en particulier pour Nicolas Sarkozy ?}}

Nicolas Sarkozy aligne ses ukases sur les décisions de l'équipe d'idéologues néoconservateurs qui entourent et, je le pense, manipule un GW Bush qui ne demande pas mieux dans la mesure où cela sert les intérêts de son clan. La preuve ?
- De son clan politique, Sarkozy fut le seul à affirmer et approuver les règles néolibérales contenues dans le traité constitutionnel européen rejeté par les Français.
- Il veut mener la même guerre idéologique et militaire, au sens uniquement policier pour l'instant, contre le monde musulman, dénoncé comme « terroriste » d'office.
- Il procède avec les mêmes méthodes de mensonges et de manipulations que l'équipe Bush.
- Il veut un système de surveillance de toute la population française, identique à ce qui se met en place aux USA et dans les autres pays noyautés.
- Il est possédé par la même soif de pouvoir absolu que l'équipe américaine.
- Et son mépris des pauvres et des immigrés n'a rien à leur envier.

Que faisaient d'autres les Pierre Laval, Marcel Déat, Jacques Doriot, Robert Brasillach, etc. ? Que faisaient-ils d'autres sinon s'aligner sur les volontés des nazis, précédant même leur volonté par la « livraison » des juifs et la propagande abominable exercée contre ce peuple.

Nicola Sarkozy, avec tous ses complices, hélas, déjà nombreux, importe, le plus vite possible, l'idéologie de ses maîtres à penser et,
en tout premier lieu l'écrasement du monde arabo-musulman. Il nous livre à ceux qu'il n'est plus possible de considérer autrement que des ennemis, les dirigeants américains,
si vous songez à la phrase concernant Huntington. Il le fait avec d'autant plus de vigueur et de violence qu'il sait pertinemment le fond atroce de racisme d'une partie des Français contre les Arabes et qui, malheureusement, sous l'effet de la propagande d'Etat, s'étend imperceptiblement mais certainement à tout le monde musulman,
et tout cela dans le sens souhaité par Huntington.
Et il redouble de violence, sachant que sa vulgarité même est ce qui le sert le mieux pour prendre le pouvoir, vulgarité qu'on retrouve chez tous les racistes et sous toutes les lattitudes.

- C'est cette mentalité exécrable qui justifie les rafles de ces derniers mois ;
- L'enlèvement, dans les écoles, de gamins qu'on renvoie sans remords, vers une possible mort et une misère certaine ;
- L'abandon de gamins en France sans leurs parents expulsés vers la misère ;
- C'est ainsi qu'on voit apparaître des lois ou des projets de loi d'exception...

Je place, bien sûr, à ce niveau, le projet du ministre de la justice (sans majuscule parce que cela ne le mérite et ne le justifie plus) avec ses bracelets électroniques pour les coupables d'agression sexuelle
avec effet rétroactif.
Comme à leur façon de procéder habituelle, ces collabos s'appuient sur la peur des gens pour faire passer des projets dont le seul but est d'enfermer rapidement toute la population dans une prison sans barreau mais une prison bien réelle. Pour l'instant, ne sont visés que ces responsables de crimes sexuels,
mais il faudrait être parfaitement naïf pour imaginer que cela s'arrêtera là.
L'odieux est atteint lorsque ce ministre indigne demande à l'opposition de ne pas faire de recours au Conseil Constitutionnel sachant pourtant parfaitement l'illégalité de sa mesure.
Mais on est collabo ou on ne l'est pas...


Pour être en parfaite conformité avec l'idéologie américaine et afin de protéger celle-ci de toute critique, nos collabos s'évertuent à tenter de remettre en nous, dans notre esprit, mais plus encore dans l'esprit de nos enfants,
tous les principes nationalistes les plus arriérés :

- C'est ainsi qu'on voit le retour de la marseillaise à l'école ;
- L'exaltation du colonialisme barbare en Algérie car nous devons trouver naturel les crimes américains en Irak et ailleurs, comme nous devons être préparés à trouver naturels les crimes colonialistes français à venir ;
- Le respect absolu du drapeau ;
- La discipline en tous milieux puisqu'il faut préparer de la « chair à canon » bien obéissante et parfaitement aveugle.

C'est Vichy adapté à notre époque
et au service de l'ennemi actuel ; c'est le retour de l'abominable trilogie : «
Famille, travail, patrie
». Il faut comprendre, et c'est urgent, le niveau et la nature du danger auquel nous sommes désormais confrontés.

Sarkozy est un homme aux abois, de plus, c'est un homme qui a peur comme l'atteste le placement de micro sous sa table lors de son installation, l'an dernier, à Bercy. Outre ses problèmes personnels familiaux qui n'arrangent rien, se profile une baisse tragique pour ses ambitions de sa cote de popularité dans les sondages (voir l'un des derniers numéros de Marianne). Je vois, dans ce dernier fait, bien peu commenté par la presse et les médias complices du collabo en chef, sa hargne à vouloir nous convaincre d'un grave danger imminent d'actes terroristes majeurs sur le sol français.

Pour l'instant, nous en sommes à une manipulation très importante au travers de son discours, et au travers des articles de journaux ou de reportages télévisés comme sur FR3 hier soir, toutes ces manipulations cherchant à nous faire avaler qu'effectivement nous sommes en danger et qu'il faut, pour cela, adopter toutes les lois liberticides possibles et accepter en même temps les rafles et autres crimes contre des humains innocents, justes coupables d'être nés étrangers et, circonstance aggravante, d'être en plus pauvres... Ce que je veux espérer, c'est qu'ils n'en arriveront pas à créer un acte terroriste pour justifier leurs lois abominables. Déjà, il y a plus que de simples questions à se poser sur les auteurs et les commanditaires des « attentats » du 11 septembre 2001 à New York...
Nous devrons être particulièrement attentifs sur ce point et ne rien laisser passer si par malheur quelque chose de cette nature devait se préciser...


Nicola Sarkozy, sans la moindre preuve à l'appui de ses dires, a lancé ainsi sur les ondes :
« La menace terroriste existe, elle est à un niveau très élevé ».
Il avait dit, auparavant, cette phrase délirante, marquée d'un évident sceau néoconservateur américain : « New York, Madrid, Londres. Forcément, on pense à Paris, à Berlin et à Rome ». Hormis Paris et Berlin, toutes les capitales désignées sont
celles dont les dirigeants se sont rendus coupables de complicité active dans le crime contre l'Irak
,comme par hasard. Pour Paris, il espère toujours, s'il est élu dans deux ans, rendre notre pays effectivement complice des crimes américain comme il espère encore, un peu au moins, qu'Angela Merkel, à Berlin, pourra officialiser la complicité allemande. C'est le sens de la phrase suivante, d'ailleurs : « Les cibles désignées sont les démocraties ». Mais les démocraties sous le sens donné par l'équipe d'idéologues entourant Bush,
c'est-à-dire quelque chose qui n'existe plus que comme force d'asservissement ou d'écrasement du reste du monde.


Pour bien appuyer sur le souhait de tous les idéologues américains, Huntington en tête, et nous en rendre complices à notre tour,
il montre l'ennemi qui n'est non plus présumé coupable, mais obligatoirement coupable, parce qu'il le veut ainsi.

Sarkozy ajoute : « En ce moment même, on se demande pourquoi un certain nombre de jeunes Français sont au Pakistan dans des écoles religieuses. En ce moment même, nous savons qu'il y a une dizaine de jeunes Français qui sont en Irak, prêts à faire les kamikazes ».
Où sont les preuves ? Nous n'en saurons rien.
Comme tout petit aspirant dictateur, il ajoute sans hésiter : « Nous voulons savoir qui part où, pour combien de temps ».

Il faut bien de telles affirmations pour tenter de remonter dans les sondages, pour faire plaisir aux maîtres américains et pour faire voter et plus encore pour faire accepter des lois tuant la liberté. On comprend bien que pour ces manipulateurs nés, il faut tout ce bruit, toute cette campagne soigneusement médiatisée
y compris des arrestations qui tombent fort à propos...


Donc, notre collabo veut, je dis bien,
veut
le contrôle des déplacements vers des pays qu'il dit «
à risques
». Cherchez pas,
c'est nécessairement des pays musulmans,
sans quoi la volonté du développement de la haine contre le monde musulman au sein du peuple français ne fonctionnerait pas. Au passage, bien sûr, et parce que ça peut hautement servir à contrôler tous les opposants à l'installation de la dictature, son projet prévoit également le contrôle des échanges téléphoniques et d'internet : « Insistant sur l'importance du renseignement, le ministre a défendu son projet, qui prévoit notamment un renforcement de la vidéosurveillance sur laquelle la France n'est "pas au niveau", du contrôle des données de connexion téléphoniques et internet, et un accès facilité à certains fichiers. » Par rapport aux dictatures livrées à la botte américaine, il est possible que la France ne soit pas encore au niveau de contrôle par la vidéo surveillance souhaité. On peut aussi se poser la question, tout à fait légitime, à quels lobbys de professionnels profite cette mise à niveau de la surveillance des français par la vidéo. Il y a de très gros chiffres d'affaires à réaliser et certainement de substantielles ristournes à encaisser...

Admirons, un bref instant, l'élan du ministre lorsqu'il dit, comme un cadeau fait à tous les racistes de France, qu'il serait intransigeant à l'égard de ceux qui tiendraient des propos incitant à la haine et la violence islamiste.
On aimerait qu'il soit aussi intransigeant contre les propos anti-islamistes et anti-musulmans, propos qui traînent à tous les coins de rue, à tous les zincs du pays et jusque dans les dires du ministre.
Mais bien sûr, ceci est impossible, puisque cela irait contre son rôle de collabo.

Cet article, quels que soient les éventuels problèmes qu'il pourrait me poser, je pense aux risques judiciaires,
est un article de résistance
et son sens est de tenter, avec d'autres, de réveiller les consciences de ceux qui s'endorment trop vite
en montrant des faits.


Puisque nous sommes déjà livrés aux idéologues américains, tant au travers de leur puissance financière qui ruine les emplois chez nous qu'au placement de plus en plus fréquent de collabos dans tous les pays, nous devons, nous,
impérativement, mettre en place les réseaux de résistance.
C'est notre rôle, là où nous nous trouvons, avec les capacités qui sont les nôtres.

Commentaire(s)

> > La guerre a commencé : Les collabos sont en place.

La dérégulation de la finance et le fait que toute "la propriété soit devenue spéculation" ne permet pas d'affirmer:

1) L'unité arabo-musulmane (les critères raciales et religieux que vous utilisez ne sont pas preuves de tolérance). De plus, il faut arrêté d'amalgamer les immigrés et l'islam.

2) Qu'il n'y a pas un choc des civilisations (à moins de nier la religion comme élément de la culture).

De plus pour l'histoire des jeunes français en Irak, il y a des preuves que tu peux trouver tout seul. Ce qui n'enlève rien à l'honteux montage de M. Nicolas Sarkozy, ministre de l'intérieur, grand organisateur de l'insécurité dans ce pays et complètement incompétent sur le sujet.

On ne peut oublier le destin de nombre de pacifiste de 1936, qui sont sortis de l' épopée de la seconde guerre mondiale avec les mêmes certitudes qu'avant: le pacifisme conduit à la résistance. Aujoud'hui des milliers de jeunes babacools alter ont oublié le "collaborionisme parisien".Ils Ont oublié que les résistants n'étaient pas des cools de gauche (S.Milgram le remontrera dans sa célèbre expérience...). La société renversée, des siècles de christianisme hiérarchique et d'inversion des valeurs sur fond de capitalisme sonore font que les alterstrucs sont prêts à croire que l'idéologie des princes saoudiens est une idéologie progressiste et sont prêts à se jeter dans leurs bras comme sauveur d'une idéologie de gauche (du PS à la FA) véritable "bateau ivre" presque échoué d'un univers d'information (financière ou politique) en crise perpétuelle. En 1939, Marcel Deat et ses potes (anciens de la SFIO) croyaient que le nazisme était une idéologie socialiste. N'êtes vous pas de ceux qui font de l'islam politique un refuge pour les damnés de la terre? Savez-vous que le fascisme ou le nazisme se sont présentés comme un refuge contre le capitalisme? Ne criez vous pas votre haine du sionisme (pour ne pas dire autre chose!) dans certaines manifestations?

W. Reich a raison de ne pas comprendre la monté du fascisme comme un phénomène économique uniquement mais aussi comme un problème de frustration. Marcus ou Debord ont raison de souligner que le prolétariat s'est construit sur "une pensée négative". Ceci peut expliquer son échec mais aussi ses retournements. Sorel a raison de dire que l'union de tout les pauvres de mène nulle part sinon à l'arrivisme. Bref pour faire simple: Etes-vous sûr de ne pas être le fasciste que vous dénoncer? Etes vous sur de ne pas être complice des mollahs, de la mort de Theo Van Gogh (son film n'a jamais été diffusé ni en Italie, ni au parlement européen), du voile pour les filles, de la dictature du pétrole, des attentats dans les métros,... Etre vous sur de ne pas être plus qu'un collaborateur et de quel droit traitez vous les gens de collaborateurs?

la guerre a commencé les collabos sont déjà là. Le capitalisme a besoins de cette guerre... pour continuer. La nature même de la guerre a changé, le capitalisme à besoins de ses monstres "pour" existés. Tout le monde participe au nouvel ordre mondial mais chacun est responsable selon le pouvoir qu'il a sur la gestion du vivant.

La bataille du bien contre le mal n'est pas, ne se situe pas sur un terrain militaire mais à l'intérieur de nous même (Dommage pour Ben Laden et G. W Bush). C'est le message des premiers chrétiens. C'est l'amour qui tue les empires. L'amour d'un soldat américain pour une infirmière irakienne. L'amour est la seule chose que ne peux pas enlever une armée, une idéologie,... à l'humanité. Seule l'amour de son prochain nous garantit l'action morale. La violence est nécessaire (la concurrence entre les espèces et dans l'espèce l'impose) mais pas la haine.

samuel

> > La guerre a commencé : Les collabos sont en place.

Réponse à Samuel,

Samuel, où avez-vous lu que je faisais la promotion des régimes politiques arabes ? Où avez-vous lu que je ferais, en quelque sorte, la promotion des islamistes ? Ailleurs que dans cet article, je suis entrain de faire une longue analyse en plusieurs parties dont le sous-titre est "Dieu n'a pas de religion". Cela veut tout dire en ce qui me concerne sur l'instrumentalisation de Dieu, que ce soit chez les chrétiens, les juifs, les musulmans ou bien d'autres...

Relisez calmement. Le sionisme, oui, dans les analyses que je fais actuellement sur mon site, altermonde, je l'attaque, mais en tant qu'idéologie, et non pas en tant qu'idéologie spécifiquement juive.

_ Le capitalisme ne fait pas partie de ma culture et c'est encore moins l'idéologie que je souhaite à mes enfants et autres descendants. Le capitalisme, qu'il soit libéral, néo ou ultra libéral est, à mes yeux, profondément pervers. Il sert tout sauf l'homme !

Je ne suis pas pacifiste. Vous vous trompez de donne. Je suis non-violent, dans la suite de la pensée de Gandhi. Cette non-violence se pratique et se vit précisément dans l'amour. La non-violence est totalement différente du pacifisme, vous devez le savoir. Sinon, relisez Gandhi et les autres grands acteurs de cette façon de combattre.

Pourquoi je me permets de parler de collabos ? Mais parce qu'il suffit de regarder ce que fait un personnage comme Sarkozy ; voyez comme c'est le double de la politique prônée par l'équipe des néoconservateurs américains. Montrez-moi les différences ! Il faut bien, dans l'idée du "chocs des civilisations", toutes cultures confondues, que certains pays ne se battent pas contre ce que je ne peux plus voir que sous forme "d'empire". Il faut donc des collabos qui tiennent ces pays avec une main de fer et une laisse tendue. C'est ça, la politique de Sarkozy et d'un certain nombre de personnages qui gravitent autour de lui.

Ne faites pas de procès d'intention, aucun débat d'idée ne peut avancer dans ce cas. Lisez la réalité que j'ai écrite et non pas la réalité que vous voulez lire.

> > La guerre a commencé : Les collabos sont en place.

Je ne crois pas à la technique Ghandi. Je crois à la violence ciblée et utile. Mes références en la matière sont Sun tzu, G. Sorel. Je ne crois pas au terrorisme, c'est uniquement une manière de prolonger le spectacle.

Le syndicalisme est un combat (respect de l'adversaire), on sort du champ de bataille soit avec la tête de l'adversaire, soit sans tête.

Il faut arrêter avec Ghandi, l'indépendance de l'Inde s'est fait dans la violence.

Sarkozy est à l'image de Chirac ou de Mitterand (et semblables à certains permanents syndiacaux ou Eglises) il gère la misère, pacifie les gens, et essaie de construire une carrière. Bref, il navigue.

sur le reste, je vous répondrais sur votre site.

samuel

> > La guerre a commencé : Les collabos sont en place.

Il est bien Samu.

> > Correctif sur le commentaire de Samuel : bref aperçu sur la notion de PENSEE NEGATIVE

Ni Marcuse, ni Debord n'expliquent l'échec du prolétariat (sa récupération dans un système de signes, par ceux qui les manipulent) par sa "pensée négative", bien au contraire.

C'est parce que la récupération dont le prolétariat fait l'objet au XXe S. s'appuie sur un positivisme du progrès social, que la CONSCIENCE PROLETARIENNE s'annihile dans le consumérisme, nouvelle forme subtile de l'aliénation.

Qu'est-ce alors, que la pensée négative ? C'est la faculté de réveiller des idéaux propres à bouleverser de l'intérieur les ordres établis. Là où il n'y a plus cette dimension critique, proprement, contestataire de la vie des individus à l'intérieur d'une société, le totalitarisme s'installe en imposant autant dans les modes de pensée que dans le mode de production de l'existence matérielle, l'adhésion inconsciemment involontaire, au système.

La NEGATIVITE est la faculté d'une population de se faire exister en tant que peuple, par le REJET des solutions prêtes à penser qui, même lorsqu'elles paraissent faciliter l'existence pour un moment, s'avèrent aliénantes à l'usage, car destructrices d'autonomie. C'est notamment la faculté d'opposer un "non" à la rationalité technologique, à la conception capitaliste (partagée avec le socialisme soviétique ou capitalisme d'Etat) d'un progrès linéaire obtenu par le productivisme et l'utilitarisme ("N'est bon que ce qui sert, et qui augmente la puissance d'agir - c'est-à-dire d'augmenter encore la puissance, parce qu'une fois qu'on aura développé toute la puissance, on pourra faire tout ce qu'on veut". ...On appréciera au passage l'irrationalité de cette quête se réclamant de la plus grande rationalité et infantilisant régulièrement l'humanité au sujet de ce qu'est le Progrès par-delà nos vies insignifiantes).

Il vaudrait de lire Heidegger, "La Question de la Technique" (1953), dans "Essais et Conférences", ou bien vous ne comprendrez jamais vraiment ce que Marcuse et Debord ont identifié comme le danger imminent et total qui nous menace; à savoir ce que Heidegger nommait "l'arraisonnement" [de tout le réel] sans y voir autre chose qu'un aboutissement normal de la pensée et de l'action humaines. Marcuse nomme cela la rationalité technologique, Debord l'avènement de la Marchandise - vaste projet d'exploitation de tout le réel, et véritable forme de nihilisme sans précédent. En un mot: le technologisme. Il faudrait lire aussi Theodor W. Adorno dans "Minima Moralia", ouvrage capital avec la "Dialectique négative".

Secondairement : "Résister à l'ère du Capitalisme avancé" : http://nantes.indymedia.org/article.php3?id_article=6560 (en attente de publication à cette heure)

Salutations sincères (et résistantes).