CAMPAGNE CONTRE BOUYGUES.

Mot-clefs: Archives
Lieux: Nantes


"Empêcher la construction de nouvelles places de rétention, c'est un biais concret pour lutter contre la mise en place de la loi Sarkozy sur l'immigration"
.

Bouygues-2-medium
Pas de titre pour 3627

Le texte qui suit est la première publication collective de la campagne contre les centres de rétention:


L'augmentation des places en rétention et en zone d'attente est la condition nécessaire à l'applicabilité de la loi Sarkozy, dont une des mesures prolonge de 12 à 32 jours le temps maximal de rétention. Le plan de construction et de rénovation (préparé par la gauche sous couvert d'amélioration des conditions de rétention dans le rapport Mermaz) qui se développe aujourd'hui prépare le terrain pour la nouvelle loi sur l'immigration. Cette augmentation du temps d'enfermement ne doit pas être considérée comme une mesure anecdotique mais bien comme une tendance lourde à rejoindre les dispositions les plus répressives de l'espace Schengen (plusieurs mois de rétention renouvelables en Belgique par exemple). Cette homogénéïsation prévue est impossible sans la construction de centres high-tech, où tout est fait pour optimiser la machine à expulser, avec ce vernis d'amélioration des conditions d'enfermement (contrôlées par la Croix-Rouge... ?) qui suffira, sans doute, à faire taire les associations humanitaires. Empêcher la construction de ces centres, c'est entraver la mise en place de l'ensemble du dispositif européen de gestion des flux migratoires. Alors que la lutte frontale contre cette loi ne sera efficace que si les premiers intéressés, donc les sans-papiers et les immigrés à statut précaire, la prennent en main (comme ça s'est passé en 96 par exemple), il nous semble que la lutte contre les lieux d'enfermement pour sans-papiers est appropriable efficacement par tous, avec ou sans-papiers comme moyen d'action et d'organisation au niveau national pour la liberté de circulation et d'installation.

-
Empêcher la construction de nouvelles places de rétention, c'est aussi agir concrètement contre le développement de l'offensive sécuritaire et de l'univers carcéral
:

Quelles que soient les spécificités du statut particulier de la rétention administrative, il ne faut pas oublier qu'il s'agit avant tout d'une forme d'enfermement. La gestion des migrants passe d'ailleurs aussi par la prison : dès le premier refus d'embarquement, les sans-papiers écopent de 3 mois de prison, le double en cas de récidive, sans parler du fait que l'administration peut choisir de faire directement passer les sans-papiers dans le circuit correctionnel puisque séjourner en France sans titre de séjour est un délit. Par ailleurs, de rétention en refus d'embarquement, donc en emprisonnement puis de nouveau en rétention puis expulsion, puis retour de fortune, puis en nouvelle arrestation...., le parcours classique des sans-papiers comporte le plus souvent un temps réel d'emprisonnement. La loi Sarkozy confirme cette tendance déjà à l'oeuvre depuis 81. Ce développement de l'univers carcéral sous la forme de statuts spéciaux qui déclinent l'enfermement sous divers modes (adaptés à la personnalité de chacun et au mode de répression qui lui « convient » le mieux) est une logique générale qui se met actuellement en oeuvre : prisons spéciales pour les jeunes, bracelet électronique pour certains délits qui jusque là n'étaient pas punis par l'enfermement... à chacun sa prison spéciale. Empêcher la construction des centres de rétention, c'est aussi mettre en échec ce système qui veut nous faire vivre dans, sous la menace, ou simplement à côté d'une prison.

-
Empêcher la construction des centres de rétention, c'est un moyen de s'organiser au niveau national pour la liberté de circulation et d'installation
:

Une campagne nationale contre la construction et la rénovation des centres de rétention a commencé en janvier 2004. Elle est l'occasion d'organiser divers collectifs dont la forme et les modes d'action dépendent des réalités locales et des envies et possibilités des uns et des autres, autour d'objectifs communs. Le caractère national de cette campagne permet aux uns et aux autres de trouver de l'écho à leurs initiatives, de travailler en commun pour la recherche d'informations (quelles sont les entreprises, architectes, bureaux d'études qui participent à la construction des centres, quel est le mode opératoire...) et faire fructifier les idées diverses expérimentées ici ou là.

Coordination anti-rétention.


------

Comme il est dit dans cet article: choisissez votre prison idéale). Comme Toulouse, Nantes n'est pourtant pas en reste en ce qui concerne les chantiers du grand méchant Bouygues. Un centre de rétention supplémentaire est en projet, le terrain ayant déjà été choisi, afin de désengorger celui de Waldeck-Rousseau qui n'a une "capacité d'accueil" de "seulement" 10 places (enfin,....officiellement). Les nombreux chantiers de GTB Construction, ne manquent pas sur nantes. Le plus gros à place du cirque surplombe le cours des 50 otages, quelques uns plus petits sont éparpillés un peu partout en ville, rue Paul Bellamy.... (n'hésitez pas à compléter cette liste).

Mais pourtant, aucune action n'a encore été revendiquée sur l'agglomération Nantaise, que ce soit des distributions de tracts devant les magasins Bouygues ou des sabotages sur les chantiers.
Les NantaisES seraient illes indifférentEs aux sorts des sans-papiers???

-------

Compilation des contrib' publiées sur ((i))ndy nantes:

- A propos de Bouygues
- Bouygues doit brûler
- Texte sur l'exploitation et interview de Bouygues
- Bouygues Telecom englués à Paris
- Collage sur des chantiers Bouygues à Paris
- rassemblement-action contre Bouygues à Paris
- 4 pages de la campagne contre Bouygues
- Semaine d'action contre bouygues
- Une chaîne française d'intoxication internationale
- Une super idée pour toucher TF1 au tiroir caisse !

Commentaire(s)

> > CAMPAGNE CONTRE BOUYGUES.

je trouve cela scandaleux c'est vrai et c'est pour ces raisons que je vais être un "faux temoins" pour un "vrai mariage" qui permattra à une personne "clantestine" (sans-papiers qui travaille depuis 5 ans aux noirs dans le secteur du batiment!!!! c'est le quotidien de beaucoup de sans-papiers) qu'elle soit regularisée. c'est une manière pour nous de résisté et de lutter localement.ce n'est pas aussi simple que ça car il faut quand même se munir d'un avocat et de beaucoup d'autre relation pour rendre cette demarche "l'égale" aux yeux de la justice......