Un rapport de Condition féminine Canada fait des vagues

Mot-clefs: Archives
Lieux:

Des journaux du Canada anglais soutiennent qu'un rapport publié par Condition féminine Canada, et intitulé " La réussite scolaire comparée selon le sexe : catalyseur des discours masculinistes ", établit une " liste noire " des groupes d'hommes. Ce que réfute dans une entrevue la directrice de recherche, Pierrette Bouchard.
"Féminists, masculinists, blacklists", titre le "National Post" du 5 juin 2003, affirmant dès la première ligne de l'article que les auteures du rapport ont produit " an enemies list ". L' "Ottawa Citizen" du 2 juin 2003 déclare, de son côté, que " Censoring men won't make women equal ", et le " Vancouver Sun " du 9 juin 2003, sous la signature de Peter McKnight, affirme que " Feminists use tax dollars to assault 'masculinists' ". Dans le " Fox News " du 6 juin 2003, Wendy McElroy signe un article dont le titre est " Gender Issues Impacted by Masculinists ". La députée de l'Alliance canadienne, Betty Hinton, a fait écho à ces critiques à la Chambre des communes à Ottawa, déplorant que des fonds publics aient été gaspillés pour " un projet qui n'est qu'une attaque déguisée contre les hommes et la cellule familiale. "

Le rapport de Condition féminine Canada à l'origine de ces vagues pan-canadiennes, " La réussite scolaire comparée selon le sexe : catalyseur des discours masculinistes ", est le fruit d'une recherche réalisée par trois chercheuses de l'Université Laval, Pierrette Bouchard, Isabelle Boily et Marie-Claude Proulx. Cette recherche porte sur le discours de revendication centré sur les garçons et les hommes, au cours de la décennie 1990-2000, tel qu'il apparaît dans la presse canadienne et internationale. Le cœur de la recherche est donc le traitement journalistique des écarts de réussite scolaire entre les garçons et les filles dans la presse nationale et internationale. L'analyse de contenu présentée par les chercheuses met à jour une idéologie visant à remettre en question les acquis des femmes et à discréditer le féminisme.

Dans une entrevue accordée à Sisyphe, à la mi-juin, la directrice de cette recherche, Pierrette Bouchard, également titulaire de la Chaire d'étude Claire-Bonenfant sur la condition des femmes à l'Université Laval, répond longuement à ces critiques.

LIRE SUR SISYPHE EN FRANÇAIS ET EN ANGLAIS

« Un rapport de Condition féminine Canada démasque un discours qui nie les inégalités de genre. »
Lire le texte intégral

« A report on Status of Women Canada about the discursive denial of gender inequalities. » Lire le texte intégral

SOURCE: Sisyphe