Une critique anarchiste chrétienne de la violence : Tendre l’autre joue comme un rejet de l’Etat

Mis a jour : le mardi 15 juin 2021 à 13:01

Mot-clefs: anarchisme religion christoyannopoulos
Lieux:

Ce ou cet(te) article a été refusé d'après la charte. Un commentaire explique les raisons de ce refus.

De nombreux chrétiens considèrent le Sermon sur la Montagne comme un résumé éloquent du message de Jésus à ses disciples. Pour les penseurs anarchistes chrétiens tels que Léon Tolstoï, Jacques Ellul, Michael Elliott et Dave Andrews, il contient également la plus poignante des déclarations de Jésus sur la violence – son appel à ne pas résister au mal mais à tendre l'autre joue – une déclaration qui, affirment-ils, ne peut qu’impliquer une condamnation de l’Etat pour son monopole théorique et pratique de l’utilisation prétendument légitime de la violence. Le présent chapitre offre un aperçu de cette exégèse politique radicale, soulignant l'importance politique de ce passage en montrant que Jésus attend de ses disciples une réaction non pas passive mais résolue ; expliquant pourquoi pour les anarchistes chrétiens, Jésus appelle ses disciples à aller au-delà de la loi du talion ; esquissant un ensemble de réflexions anarchistes chrétiennes sur le cycle de la violence et la méthode radicale de Jésus pour le surmonter ; et démontrant pourquoi cette analyse pousse logiquement les anarchistes chrétiens à rejeter l'État moderne. En bref, ce chapitre montre pourquoi, pour les anarchistes chrétiens, le cœur même de la morale chrétienne ne peut qu’impliquer une forme (non-violente) d’anarchisme. Ce chapitre présente donc un axe principal de l’approche contestataire inspirée de la religion qu’est la pensée anarchiste chrétienne
Download https://core.ac.uk/reader/288370284

Commentaire(s)

> beurk

Anarchistes chrétiens!
La religion est dystopique, depuis toujours un Etat, un régime, un lieu ou un espace théocratique s'appuie sur une concentration de tout le pouvoir entre les mains d'une petite bande autoproclamée sur des citoyens qui ne peuvent plus exercer leur libre arbitre au risque d'être désigné comme étant le suppôt du mal, du mauvais, et d'être lapidé ou brûlé vivant sur un bûcher après être passé par la "question", la religion et sa matérialisation politique, la théocratie, est l'antre du fascisme.
L'Anarchie est une utopie, le contraire, l'inverse d'une dystopie!

Anarchistes chrétiens! Et pourquoi aussi homosexuelLE homophobe, Anarcho-fasciste, végétarien-carnivore, féministe-misogyne,.....

Attention! cette pratique de la négation du sens des mots n'est pas que la manifestation d'une bêtise rampante, c'est avant tout une attaque sur la sémantique et elle n'est pas gratuite.

> Article refusé.

un paragraphe ne fait pas un article, et la license de ce texte n'est pas claire

Les commentaires ne sont pas autorisés pour article.