11 mai 2021, Attaque explosive contre l’entreprise Sodexo et revendication par « les cellules révolutionnaires Nicolás Neira »

Mis a jour : le mardi 8 juin 2021 à 12:32

Mot-clefs:
Lieux:

nous avons fait détonner un engin explosif contre la façade de l'entreprise SODEXO en raison de sa responsabilité dans la misère quotidienne qui torture des milliers de prisonniers et prisonnières dans les taules de la démocratie chilienne

11 mai 2021, Attaque explosive contre l'entreprise Sodexo et revendication par « les cellules révolutionnaires Nicolás Neira »
Le 11 mai à 21h, des inconnus arrivent en vélo dans au croisement des rues de Pérez Valenzuela et Antonio Bellet, dans la commune de Providencia, où se trouve un bâtiment du fournisseur de restauration SODEXO.Ils prennent la fuite rapidement après avoir laissé un colis suspect, et quelques minutes plus tard se produit une forte explosion qui détruit une partie des baies vitrées du bâtiment.
Des agents du GOPE, du Labocar et du Parquet viennent sur place et seront en charge de l'enquête sur cet attentat qui n'a pas fait de blessés mais des dégâts matériels.
Revendication des "Cellules Révolutionnaires Nicolás Neira"
NOTRE POINT COMMUN MINIMAL : L'ACTION INSURRECTIONNELLE

A partir du 22 mars, différent-e-s prisonnier-e-s subversifs/ves et anarchistes ont mené une grève de la faim pour exiger l'abolition du Décret.Loi 321, la liberté du compagnon Marcelo Villarroel et des prisonnier-e-s de la révolte. Face à ce panorama de lutte anti-carcérale nous précisons :
1. Durant la nuit du 11 du mois de Mai Noir et avant le couvre-feu, nous avons fait détonner un engin explosif contre la façade de l'entreprise SODEXO en raison de sa responsabilité dans la misère quotidienne qui torture des milliers de prisonniers et prisonnières dans les taules de la démocratie chilienne. SODEXO est en charge de la gestion des pénitenciers d'Antofagasta, Iquique, La Serena, Rancagua et el Manzano. El Travail en commun entre l'Administration Pénitentiaire, l'État-Policier $hilien et le capital privé compose une triade qui met en évidence le négoce lucratif des prisons-entreprises, annihilant la dignité de la population carcérale en fonction de ses intérêts économiques et de l'ordre social des riches et des puissants.
2. Nous saluons affectueusement les compagnon-ne-s qui ont mené une grève de la faim pendant 50 jours, démontrant que la prison combative est un instrument de résistance face à la soumission carcérale, en même temps qu'elle propage le germe de l'action dans les rues. Il est vital de garder un rythme de combat qui accompagne les processus de mobilisation à l'intérieur des taules, en comprenant que la lutte pour la libération de nos prisonnier-e-s et leurs conditions de détention est au long cours et sans trêve.
3. Dans un contexte de contrôle policier et militaire l'attaque est possible, elle ne dépend que de notre volonté et de notre courage à combattre. Dans ce sens, le discours selon lequel toute action révolutionnaire est un montage ne fait qu'affecter les états d'esprit de lutte de celles et ceux qui s'organisent et se lèvent avec dignité face à l'ennemi, dévalorisant une histoire de lutte qui avance avec des centaines de compagnon-ne-s emprisonné-e-s, blessé-e-s et mort-e-s. Si nous ne croyons pas dans nos capacités, la construction d'un monde nouveau ne sera qu'une chimère, nous appelons à organiser l'attaque dans tous les territoires et toutes les réalités.
4. En ce mois de Mai Noir nous nous rappelons notre compagnon Mauricio Morales, mort en action il y a 12 ans, en tentant d'attaquer l'École de Gendarmerie [formation de maton-nne-s]. La mémoire reste allumée dans les rues et dans l'action protéiforme, seul-e meurt qui est oublié-e.
NOUS CÉLÉBRONS L'OFFENSIVE ET LE SABOTAGE DANS LE WALLMAPU !
NOUS SALUONS LA RÉVOLTE SUR LE TERRITOIRE COLOMBIEN !
REPRENONS LES RUES POUR ÉCRASER L'ENNEMI ET LE RÉFORMISME !
CE WEEK-END VOTER C'EST VALIDER LE PACTE DE LA CLASSE POLITIQUE ET TRANZAR SUR LE SANG VERSÉ !
Pour l'anarchie nous vaincrons, en autonomie nous vivrons.
Cellules Révolutionnaires Nicolás Neira

Note : Le compagnon anarko-punk Nicolás Neira meurt à l'âge de 15 ans, après avoir été touché par une grenade lacrymogène tirée par la police de l'ESMAD au cours des affrontements du 1er Mai en Colombie.

https://noticiasdelaguerrasocial.wordpress.com/2021/06/01/atentado-explosivo-contra-la-empresa-sodexo-reivindicacion-por-parte-de-la-celulas-revolucionarias-nicolas-neira/