Bombardements de Gaza – Témoignages

Mis a jour : le vendredi 14 mai 2021 à 10:32

Mot-clefs: antifascisme
Lieux:

A la suite de la première vague de bombardements de la Bande de Gaza nous avons reçu deux témoignages bruts, spontanés, de 2 personnes qui les ont subies. Le premier nous est parvenu par Margrith qui milite à l’ASP (Association Suisse-Palestine) et le second vient d’Iyad, un cinéaste que nous soutenons à travers Gaza Stories et ses nombreux films, la plupart primés dans différents festivals.

Gazaiyad2-751x700-medium

L’horreur

La nuit dernière a été la pire que nous ayons vécues depuis notre retour à Gaza. Pire que les nuits de 2014….

L’intensité des raids aériens est très perceptibles. La maison tremble et se secoue comme si les avions volaient à côté. C’est fou… C’est incroyable, c’est insupportable et inimaginable.

J’ai le sentiment que les pilotes israéliens nous DETESTENT. Je ne peux pas expliquer autrement comment ils ont délibérément bombardé un appartement où ils ont vu que des enfants dormaient (ont dormi…). La nuit d’avant les raids aériens n’étaient pas aussi intenses…

Le nombre de personnes tuées a continué à augmenter…

Cette nuit les attaques sont plus violentes, plus fortes; quelque chose de différent se produit car la maison tremble et tremble et tremble…. Elle tremble et tremble et tremble. Et les bruits qu’elle produit sont très, très effrayants. C’est très effrayant. J’avais l’impression de vivre un film d’action américain… Cependant, c’était IMMENSEMENT réel. Cette deuxième nuit, on a oublié le sommeil; ni moi ni les enfants n’avons pu dormir.

C’était un film d’horreur et on était en plein milieu. …. Sans que nous en rendions compte, cela nous a effrayés, nous les adultes. Nos enfants ont certainement peur aussi. Nous sommes dans un état indescriptible, effrayant.

Je ne vais pas écrire plus … Je suis au bout de ce que je peux supporter et de mes forces n’en peuvent plus.

Je n’ai plus le courage d’écrire. Gaza est attaquée par les airs, par la marine et par les tanks, tout cela en même temps.

Gaza, le 12 mai 2021

Les bombardements de cette nuit-là.

Tard hier soir Iyad nous envoie ce message « Nouveau massacre à Gaza, 3 enfants tués dans des raids israéliens ». Puis, impossible d’appeler, WhatsApp ne fonctionne plus…

Cette nuit nous a ramenés 23 ans en arrière quand nous tremblions pour nos amis et nos proches bombardés (« pour leur bien » – Dixit Mémona Hintermann) par les forces de l’OTAN. Mais cette fois c’est Tsahal (« l’armée la plus morale du monde » – Dixit Sarah Netanyahou) qui bombarde et sème l’horreur. Et nous fait trembler. Que deviennent Iyad et Hanan, son épouse ? Et leurs deux adorables petites filles Lilya & Habiba ? Et leur famille, leurs proches ?

Et tous ces Palestiniens de Gaza qui racontent leurs rêves, décrivent ce qu’ils font, expliquent leurs projets à la caméra d’Iyad ? Et tous ces anonymes qui se trouvent par hasard dans le champ de l’appareil ? Peut-être que l’un d’entre eux est mort cette nuit et qu’il n’en reste que son image immortalisée dans une des vidéos de Gaza Stories ?

Tôt ce matin, Internet se met à fonctionner à nouveau. Soulagement égoïste de notre part… Iyad m’envoie quelques images de ces dernières heures…


Iyad m’explique aussi que Facebook ne fonctionne pas alors il m’écrit ce texte. Il veut que tout le monde sache ce qui c’est passé !

Hier soir, l’armée israélienne a mené?des raids sanglants sur toute la bande de Gaza. Vingt-quatre Palestiniens dont neuf enfants ont été?tués hier ou ce matin dans les bombardements.

Les témoins racontent…Hier, un bébé?a vu le jours juste après le décès de son père tué par les attaques de l’armée israélienne. Le jour de sa naissance sera le jour de l’assassinat de son père. Est-ce le hasard, une coïncidence ?

Un autre raconte que le mariage de ce jeune Palestinien, fiancé, devait être célébré au 2e jour de l’Aïd (dans 4 jours). Il a été massacré hier par les tirs de l’armée israélienne. Encore le hasard, une coïncidence ?

L’une des victimes est une jeune fille, assassinée alors qu’elle rentrait à la maison en revenant du marché où elle était allée acheter des provisions pour fêter l’Aïd. Pouvez-vous vous imaginer qu’une histoire aussi horrible vous arrive pendant vos achats de Noël ?

Est-ce encore une coïncidence ? Un papa (ancien prisonnier) vient de perdre ses trois enfants pendant ce raid israélien. Il avait passé?un tiers de sa vie incarcéré dans des prisons israéliennes, éloigné de sa famille… Et cette nuit ces trois petites âmes s’en sont allée pour toujours; quel sens a sa vie désormais ?

Iyad Alasttal

11 mai 2021, Gaza

Iyad a aussi joint la vidéo insoutenable, d’un enfant désespéré qui court après le cercueil d’un de ses proches (père ? oncle ?…) :

Et aussi ces images, quand il est porté par des adultes pendant la cérémonie de l’enterrement.

Et ce matin sur France-Info, un journaliste expliquait que ces bombardements visaient des centres militaires du Hamas, que c’était une représailles à cette roquette envoyée de Gaza vers Jérusalem mais qui avait terminé sa course dans un champ… Et tout cela d’une voix sans aucune émotion, délivrant le décompte des morts comme il aurait donné le score d’un match de foot…

Il y a quelques dizaines d’années un journaliste avait décrit Tsahal comme l’armée dont les soldats se battent la Bible à la main. Nul doute que cette nuit ils se sont inspirés de la Torah dans leurs bombardements de cette nuit en réinterprétant librement et largement ???? (Exode) 21:24 « œil pour œil, dent pour dent » …

Michel Ouaknine

https://ujfp.org/lhorreur-des-bombardements-de-cette-nuit/

Commentaire(s)

> Solidarité totale avec le peuple palestinien qui résiste !

Merci de remplacer la version précédente buguée

Les dirigeants israéliens pensaient avoir gagné : un rapport de force militaire totalement en leur faveur, une Palestine fragmentée, une communauté internationale complice, des dirigeants arabes exigeant des Palestiniens qu’ils renoncent à leurs droits.

L’occupant a accentué ce qu’il pratique depuis des décennies : la colonisation, l’occupation, le nettoyage ethnique, les humiliations, les destructions de maisons, les confiscations de terre, en y ajoutant ce que le suprématisme a produit : une explosion de racisme qui prend des formes d’hystérie collective dans des chasses à l’homme impitoyables.

Résister à l’oppression, ce n’est pas seulement un droit, c’est un devoir. Le droit international le dit.
Dans cette guerre, il n’y a pas des « extrémistes » des deux côtés comme certains médias le prétendent. Il y a un occupant qui pratique l’apartheid et un occupé qui résiste.
Jérusalem Est a été annexé, il y a plus de 50 ans. La « judaïsation » de la ville et la tentative d’expulser les Palestiniens de leur ville sont permanentes. Les quartiers de Silwan et de Sheikh Jarrah sont en lutte contre des colons qui les expulsent de leurs propres maisons avec l’appui de l’armée et de la « justice ». Les dernières élections israéliennes ont montré la force des partis ultra racistes en Israël. Des manifestations et des marches aux cris de « Mort aux Arabes » se sont généralisées, nous rappelant à nous, Juifs, les pogroms qui ont jalonné notre histoire.

La mosquée Al-Aqsa est pour tous les Palestiniens un symbole de leur existence, de leurs droits, de leur dignité. L’intrusion extrêmement violente de l’armée israélienne sur l’esplanade et à l’intérieur de la mosquée ont amplifié la révolte palestinienne. Ils ont renouvelé ce qu’ils ont pratiqué lors des Intifadas : se battre avec des pierres contre les fusils en espérant que l’émotion de l’opinion, face à la férocité de la répression, affaiblira l’occupant. À nous de leur donner raison en développant la solidarité.
Une phrase attribuée à Ben Gourion disait « les vieux mourront, les jeunes oublieront ». Non seulement, ils n’oublient pas, mais, malgré la division palestinienne, malgré le discrédit qui frappe l’Autorité Palestinienne, ils jouent un rôle essentiel dans la révolte actuelle.

Ce qui se passe à Gaza, prison bouclée par terre, par mer et par air, rappelle les massacres précédents de 2008, 2012, 2014 ou 2019. Dans ce petit territoire surpeuplé manquant d’eau potable et d’électricité, l’occupant détruit des immeubles et rase des quartiers. Sa propagande affirme qu’il combat les terroristes, c’est une fois de plus la population civile qui subit les destructions, les familles décimées et la violence des bombardements.

Cette fois-ci, il y a eu une riposte, prouvant à l’occupant qu’il aura à payer le prix de ce qu’il inflige aux Palestiniens.
En Israël même, les milices d’extrême droite se sont déchaînées contre les Palestiniens de 48. La télévision a filmé en direct le lynchage d’un homme considéré comme « arabe » à Bat Yam. Ces imitateurs du Ku Klux Klan ont toujours bénéficié de la plus complète impunité. Les « heurts », comme disent les médias, qui se sont propagés dans toutes les villes dites « mixtes », sont en fait un début de nettoyage ethnique voulu sans dissimulation par de nombreux partis politiques israéliens. Les Palestiniens d’Israël, voués à être des citoyens de seconde zone depuis le vote de la loi « Israël État Nation du peuple juif » ont montré leur solidarité avec ceux de Jérusalem et de Gaza en manifestant.

Ce qui se joue en Palestine nous concerne toutes et tous. Soutenir le peuple palestinien, c’est refuser un monde de racisme, d’apartheid, d’enfermement.

Nous dénonçons la complicité des États-Unis qui viennent d’empêcher le Conseil de Sécurité d’adopter une motion contraignant Israël à arrêter son agression.

Nous dénonçons la complicité de la France et de l’Europe qui contribuent à criminaliser la résistance palestinienne et s’opposent à toute sanction contre l’occupant. Le président de l’AFPS (Association France Palestine Solidarité) a été mis en garde-à-vue et les prochaines manifestations de soutien à la Palestine sont menacées d’interdiction.
Sans sanctions, les massacres actuels se reproduiront.

https://ujfp.org/IMG/2021/05/Communique-de-lUJFP-Solidarite-totale-avec-le-peuple-palestinien-qui-resiste-le-13-05-2021.pdf

> L'indispensable solidarité avec le peuple palestinien doit pouvoir s'exprimer

Le gouvernement français vient de passer un cap. Alors que la population palestinienne de Gaza subit la terreur et les destructions des bombardements par Israël, et que les victimes se comptent par dizaines dont de nombreux enfants, le gouvernement français n’a toujours pas condamné ces bombardements aveugles ni la nécessité de protéger la population palestinienne. Et maintenant c’est l’expression de la solidarité à l’égard du peuple palestinien qu’il a décidé de faire taire.

Mercredi 12 mai le président de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS) était mis en garde à vue suite à l’interdiction d’un rassemblement à Paris.

Le 13 mai le ministre de l’Intérieur a annoncé vouloir faire interdire toutes les manifestations en solidarité avec le peuple palestinien à Paris le samedi 15 mai.

Depuis des semaines, l’armée d’occupation harcèle les Palestiniens de Jérusalem. Cette même armée a pénétré dans les lieux saints (jusqu’à l’intérieur de la mosquée d’Al Aqsa) pour y tirer sur les fidèles. Elle a assuré la protection de centaines de militants racistes criant « mort aux arabes » à Jérusalem. Elle protège les colons armés qui agressent les Palestiniens menacés d’expulsion dans le quartier de Sheikh Jarrah et de Silwan. En Cisjordanie la répression s’abat aussi sur la population : 10 morts ce 14 mai, assassinés par l’occupant. Les Palestiniens d’Israël quant à eux paient le prix d’un racisme institutionnel enraciné dans la société israélienne.

Ces faits n’ont suscité aucune condamnation de la France qui continue de renvoyer dos à dos l’oppresseur et l’opprimé, l’occupant et l’occupé. Cela ne fait qu’accroître la colère et la révolte.

L’AFPS est scandalisée par cette nouvelle décision du préfet de Paris sous ordre d’un ministre de l’Intérieur qui justifie cette interdiction par des supposés troubles à l’ordre public. Elle soutient le référé qui a été déposé contre l’interdiction de manifester. Ce sont les interdictions qui créent les troubles à l’ordre public et non l’inverse. Monsieur Darmanin joue les pyromanes. Il portera la responsabilité des dérapages qui pourraient advenir suite à cette interdiction.

Le 14 mai le ministre Darmanin en rajoute dans l’outrance laissant entendre que les manifestations en solidarité avec le peuple palestinien sont des manifestations antisémites. C’est scandaleux et indigne. Nous avons le droit de contester le régime israélien d’oppression et de domination sans être insultés et muselés. Nous avons le devoir de dénoncer les violations du droit international. La France a déjà été condamnée par la Cour européenne des droits de l’homme pour entrave à la liberté d’expression. Ces violations doivent cesser.

L’émotion est très forte et l’indignation doit pouvoir s’exprimer dans un cadre organisé. Réprimer systématiquement toute expression de solidarité à Paris voire dans d’autres villes est une tendance extrêmement dangereuse. Dans de nombreuses villes de France des manifestations se sont tenues depuis une semaines à l’appel de collectifs d’organisations. Toutes se sont passées sans le moindre incident. Des dizaines de rassemblements sont programmés samedi 15 mai. La solidarité avec le peuple palestinien s’exprimera malgré les défenseurs inconditionnels d’un État criminel.

Nous allons avec nos partenaires prendre des initiatives pour que le droit à manifester notre solidarité avec le peuple palestinien à Paris et partout en France soit restauré.

https://blogs.mediapart.fr/afps-association-france-palestine-solidarite/blog/140521/lindispensable-solidarite-avec-le-peuple-palestinien-doit-pouvoir