Stocamine : depuis vingt ans, les gouvernements successifs sont responsables d'un véritable fiasco !

Mis a jour : le jeudi 7 janvier 2021 à 11:34

Mot-clefs: Ecologie déchets enfouissement toxiques
Lieux: alsace

Communiqué du Cedra - 6/01/2021

Stocamine : depuis vingt ans, les gouvernements successifs sont responsables d'un véritable fiasco !

La Ministre de la Transition Ecologique Barbara Pompili était hier à Wittelsheim en Alsace sur le site de Stocamine, site d'enfouissement de déchets toxiques ultimes dans des anciennes mines de potasse. Stocamine était prévu pour accueillir 320 000 tonnes de déchets industriels dangereux non radioactifs (tels que de l'amiante, du cyanure, de l'arsenic ou du mercure). Promis comme réversible à l'époque, le site est à l'arrêt depuis 2002 suite à un incendie souterrain, soit 3 ans après sa mise en service. Depuis, les déchets chimiques attendent leur sort à 500 mètres sous terre. La visite gouvernementale était très attendue car l’État doit se prononcer prochainement sur sa décision finale : déstockage des déchets ou confinement du site ?

Mais avant même d'avoir posé un pied en Alsace, la Ministre confiait à DNA qu'elle penchait pour un confinement définitif. Les acteurs du terrain ont du apprécier ! A quoi servait la visite de la Ministre Barbara Pompili ? Pourquoi discuter des différents scénarios possibles en réunion publique le soir-même avec élus et associations après cette confidence ? En quoi une visite sur le terrain pourrait faire changer d'avis la Ministre alors que le dossier et ses tenants et aboutissants sont connus depuis 20 ans ?

Barbara Pompili justifie ainsi cette préférence : "La mine est en train de se refermer sur elle-même et pour retirer des déchets supplémentaires, on ne peut le faire que d’ici 2025. Sinon, on se place dans une situation très difficile." Elle considère que "la solution la plus sûre pour l’environnement comme pour les travailleurs est l’option où l’on ne retire plus de déchets et où l’on confine dans des conditions optimisées."
Si le stockage définitif de ces déchets ultimes est finalement entériné sous prétexte de l'affaissement de la mine, ce sera la conséquence de l'attentisme des gouvernements successifs et non pas parce que le retrait était techniquement impossible. Vingt ans que les élus et les associations environnementales travaillent de concert pour demander le retrait total de ces déchets qui menacent directement la ressource en eau et la nappe phréatique alsacienne, la plus grande d'Europe. Mais 18 Ministres de l'Ecologie et de nombreux revirements plus tard n'auront finalement conduit qu'à deux décennies d'inaction.

Les signes étaient pourtant encourageants. En 2012, l’État s'était positionné pour une évacuation partielle du site et le confinement définitif du restant des résidus. Entre 2014 et 2017, 2300 tonnes de déchets sensibles sur les 42 000 tonnes au total ont été retirées du site. Par la suite, les rapports et études se sont succédé pour étudier la faisabilité du déstockage. En 2018, le dernier rapport du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) affirmait qu'il était possible de retirer l'intégralité des déchets. En septembre 2018, un rapport parlementaire retentissant préconisait l'extraction de la majeure partie des déchets. Mais en 2019, le gouvernement a annoncé renoncer à l'extraction de déchets supplémentaires, invoquant le surcoût de l'opération et le risque sanitaire pour le personnel. Sous la pression des élus, l'alors Ministre De Rugy avait concédé une nouvelle étude, disponible depuis décembre 2020. Surprise : sur les 6 scénarios proposés, aucun n'étudie le retrait total, au mieux 25% des déchets seraient retirés. La confiance est rompue entre élus locaux d'un côté et l’État de l'autre.

Le déstockage est certainement une opération très délicate, mais de nombreux rapports montrent qu'un retrait massif de ces déchets toxiques est faisable et incontournable pour éviter la contamination irréversible de la ressource en eau. Plus qu'une promesse, la réversibilité de l'installation était une obligation légale. Il est d'autant plus indispensable de l'honorer maintenant que les galeries sont fragilisées, que les risques de pénétration de l'amiante, du cyanure ou encore de l'arsenic seraient inévitables. Cette exigence de retrait ne se ferait pas au prix d'un risque sanitaire pour les travailleurs : les retraits de déchets de mercure entre 2014 et 2017 ont été scrupuleusement suivis par la médecine du travail et ont montré que le personnel n'avait pas été contaminé.

Stocamine est devenu pour nous un exemple emblématique de ce qui nous attendrait à Bure : les promesses de réversibilité balayées, l'accident qui ne devait pas arriver mais qui est arrivé, la lenteur décisionnelle malgré l'urgence souterraine, les différentes options mises en balance selon leur coût. Parce que si le gouvernement invoque tardivement le risque sanitaire pour les travailleurs des mines, c'est longtemps le coût qui a freiné le processus du déstockage...

Nous espérons que cette visite à Wittelsheim aura ravivé les craintes de la Ministre quant au projet Cigéo. Il est tout aussi urgent de déstocker les déchets chimiques de Stocamine que d'abandonner le projet Cigéo à Bure. Dans un cas comme dans l'autre, il s'agit d'enrayer des pollutions inévitables et la condamnation du Grand-Est de la France.

 

Commentaire(s)

> Stockons les politicien.ne.s

Y'a pas plus inconséquent qu'un.e politicien.ne!
ça vous sert promesse après prmoesse, et elles ont tellement rarement tenues (sauf quand c'est pour nous merde dans des situations dramatiques), qu'on se demande encore qui les croit...
La seule et unique chose qui intéresse un.e politicien.ne, c'est sa propre (façon de parler) petite personne...!