Loi de sécurité globale : pourquoi l’application UVP (Urgence Violences Policières) est-elle invisibilisée ?

Mis a jour : le jeudi 3 décembre 2020 à 12:13

Mot-clefs: Répression Resistances contrôle social violences policières
Lieux:

Pour des raisons que nous ne comprenons pas, nous sommes évincés de cette séquence qui voit les forces de contestations se mobiliser comme jamais. Les médias qui cherchent à informer sur les acteurs luttant contre la proposition de loi sécurité globale, nous « oublient ». Les organisateurs des mobilisations qui s’activent pour faire converger les syndicats, partis politiques, et autres structures, nous évitent.

proposition de loi le 26 mai 2020. Son but : interdire pénalement la diffusion de l’image de policiers et gendarmes et rendre notre application illégale.

Aussi, je m’interroge. Pourquoi sommes-nous exclus des espaces où se décident ces mobilisations ? Pourquoi la lutte pour les libertés à laquelle je souscris complètement s’est-elle imposée sur la lutte contre les violences racistes qui visaient d’abord les quartiers populaires ? Pourquoi UNPA doit-il se battre pour prendre la parole, comme ce fût le cas devant l’Assemblée nationale ou samedi lors des prises de parole ? Pourquoi Franco Lollia de la Brigade Anti Négrophobie (BAN), militant chevronné qui n’a attendu ni les Gilets Jaunes ni la Loi de sécurité globale pour combattre les violences policières, a-t-il été empêché de s’exprimer ? Pourquoi cette gêne et tous ces regards fuyants ? Autant de questions qui méritent des réponses claires même si une hypothèse fait son chemin : peut-être subissons-nous le sort de tout collectif des quartiers qui ne fait allégeance ni aux forces politiques de gauche ni aux syndicats ?

Amal Bentounsi

https://www.ujfp.org/spip.php?article8218

Commentaire(s)

> SOS Racisme

D'autres collectifs sont aujourd'hui à la mode dans les milieux gauchistes et dans la presse. Ils ont fait allégeance et vous devenez de fait leurs concurrents.Le même phénoméne que ce qui s'est passé avec SOS Racisme se reproduit avec un autre comité. C'est tout simple, malheureusement.