Mise à jour des infos sur le mouvement lycéen aujourd'hui

Mot-clefs: Archives
Lieux: Nantes

Grosse journée de mobilisation lycéenne aujourd'hui à la veille des manifestation à l'appel des syndicats enseignants et des associations de parents : les actions semble se poursuivre et se multiplier un peu partout. Voici un premier point à partir de sources diverses.
Paris - Une centaine de lycéens et parents d'élèves, venus de plusieurs lycées parisiens, ont envahi vers 11h00 le hall d'entrée des locaux du rectorat situés avenue Gambetta, dans le XXe arrondissement. Les forces de l'ordre sont très nombreuses autour du rectorat et empêchaient les entrées. Les manifestants se disent déterminés à rester « jusqu'à ce qu'on nous écoute. »

Les occupant(e)s ont quitté les lieux vers 14h30 suite à l'intervention de la police... Il semble qu'il n'y ait pas eu de dérapage (lire violence policière) et tout le monde a réussi à sortir calmement.

Par ailleurs onze lycées de Paris ont été fermés vendredi par leur proviseur et le resteront jusqu'à lundi par mesure de sécurité : Victor Hugo (IVe), Sophie Germain (IVe), Turgot (IIIe) et Simone Weil (IIIe), situés dans le quartier du Marais (certains ont été fermés dès mercredi ou jeudi).

Suite aux tentatives d'occupation ou aux barrages filtrants installés par des lycéens dans la matinée, les lycées Elisa Lemonnier (XIIe), Georges Brassens (XIXe), Gabriel Fauré (XIIIe), Claude Monet (XIIIe), Charlemagne (IVe) et Fénelon (VIe) ont également fermé leurs portes, n'accueillant en général que les élèves de classes préparatoires.

Occupé depuis la semaine dernière par des lycéens qui campent jour et nuit sur la pelouse devant l'établissement, le lycée Paul Valéry (XIIe) a également été fermé.

L'occupation du lycée Balzac (XVIIe) elle se poursuivait aujourd'hui et un barrage filtrant perturbait le fonctionnement du lycée Rabelais (XVIIe).

Bézier - Au lycée Jean Moulin toutes les portes ont été cadenassées et plusieurs centaines de lycéens se sont réunis devant les grilles où des barrières ont été posées avec des banderoles. Le proviseur a fait couper une douzaine de cadenas mais la plupart des élèves ont déserté les salles de classe, réduisant les professeurs « au chômage technique. »

Brest - Un piquet de grève avec pancartes et banderoles était déployé devant les grilles fermées du lycée du quartier de Kerichen où une partie des élèves ont passé la nuit. Un autre lycée occupé se trouve dans le quartier de l'Harteloire. Les lycéens ont appelé à une manifestation régionale samedi à Rennes.

Créteil - Un millier de lycéens ont manifesté contre la loi Fillon. Partis du lycée Léon-Blum à Créteil, ils sont passés par les lycées Saint-Exupéry et Gutenberg. Ils ont fait un sit-in avenue du général de Gaulle, tout près du journal Le Parisien et non loin du rectorat.

Gers - Le blocage du lycée Clément-Ader de Samatan se poursuivait et les lycéens ont organisé des piquets de grève vendredi dès 6h30. 80% de grévistes sont recensés dans cet établissement professionnel.

Lille - Occupation des lycées Montebello et Pasteur de Lille, où certains lycéens ont passé la nuit. Au lycée Pasteur (1.200 élèves), l'occupation a débuté jeudi en fin d'après-midi etdes tentes ont été dressées dans la cour de l'établissement où les cours sont suspendus. L'occupation du lycée européen Montebello (1.460 élèves), entamée mercredi, se poursuit avec une cinquantaine de lycéens présents la nuit.

La roche-sur-Yon - Au lycée Mendès France et au lycée technique Branly, des lycéens et lycéennes ont empêché l'accès du lycée général aux élèves le matin.

Lot - La mobilisation reste forte. Les portes du lycée Clément-Marot de Cahors étaient toujours bloquées vendredi matin, et seuls les élèves de terminale ont pu accéder à l'établissement, qui compte 1.300 lycéens. Les autres, environ 1.200, sont restés bloqués à l'extérieur.

Nantes - Le lycée Camus de Nantes est bloqué le matin par des groupes d'élèves.
Tarbes - Blocage de trois lycées de la ville depuis plusieurs jours.

Marseille/Aix - Le rectorat de l'académie d'Aix-Marseille a été occupé pendant trois heures ce matin par une quarantaine de jeunes lycéens et étudiants, finalement délogés sans ménagement par les forces de l'ordre qui en ont interpellé trois. D'après les flics, les trois jeunes - deux lycéens de 16 ans et un étudiant de 24 ans - devaient être poursuivis pour « coups et blessures sur agents de la force publique. »

Stains - Grève des personnels et des élèves au lycée Maurice Utrillo.

Toulouse - Vendredi matin, des élèves du lycée professionnel René-Bonnet, qui tentaient de converger vers le lycée Bellevue, l'un des grands établissements du sud de Toulouse, ont été refoulés par les flics.

Entre 200 à 300 lycéens occupent depuis la fin de matinée le rectorat de Toulouse. Venus d'une quinzaine de lycées de Toulouse, Cugnaux, Muret et Colomiers, auxquels se sont joints des étudiants des universités toulousaines, se sont regroupés vers 12h30 à l'intérieur du bâtiment, où le recteur doit tenir une conférence de presse. Un groupe de manifestants bloque l'entrée du rectorat, un autre s'est installé dans le hall tandis qu'une centaine de lycéens participait à un sit-in dans la cour intérieure du bâtiment, situé dans le centre de Toulouse. Il y a beaucoup de flics à l'extérieur.

L'occupation du rectorat a pris fin vendredi au bout d'une heure et demie, là aussi suite à l'intervention policière.

Besançon - Poursuite des actions de blocage, filtrage et rassemblements dans sept des neuf lycées publics de Besançon. Presque partout les cours sont suspendus ou très fortement perturbés, hormis pour quelques classes préparatoires et BTS.

Synthèse réalisée par samizdat.net à partir des dépêches AFP, France 3, d'infos du Scalp, de la CNT, d'IMC Marseille, d'IMC Lille et de témoignages directs.