Procès de Julian Assange

Mis a jour : le vendredi 11 septembre 2020 à 16:18

Mot-clefs: Répression
Lieux:

[Annonce] Un mois décentralisé de solidarité avec les lanceurs d’alerte et la liberté de la presse dans le monde

paru dans lundimatin#253, le 8 septembre 2020 Appel à dons

Ce 7 septembre, un nouvel épisode du procès pour l’extradition de Julian Assange vers les États-Unis débutera à Londres. Nous avions déjà insisté ici et sur les enjeux politiques de la répression qui frappe le leader de Wikileaks et la nécessité de le soutenir. Le texte que nous publions aujourd’hui et que l’on peut aussi considérer comme un appel, annonce une série de menées allant en ce sens. Dès lundi, nous proposerons un suivi de ce mois de solidarité et des actions qu’il appelle. Parallèlement, nous publierons différents textes plus théoriques qui permettent de mieux comprendre la généalogie de Wikileaks et les enjeux des différentes offensives de groupes de hackers contre les gouvernements.

 

MOIS DÉCENTRALISÉ DE SOLIDARITÉ AVEC ASSANGE, LES LANCEURS D’ALERTE ET LA LIBERTÉ DE LA PRESSE DANS LE MONDE

Le 7 septembre 2020, l’audience d’extradition grotesque de Julian Assange reprend pour 3-4 semaines. S’il est extradé vers les États-Unis - où il ne bénéficie pas de la protection du “Premier amendement” - il risque 175 ans dans une prison super-max. Les États-Unis et le Royaume-Uni, aidés par l’Équateur, la Suède et d’autres pays, tentent de faire taire Assange et WikiLeaks. Leur objectif est de créer un précédent qui nuira globalement à la capacité de publier des informations que les gouvernements veulent garder secrètes, ainsi qu’à notre capacité collective à nous organiser et à agir sur la base de ces informations.

Le simulacre de procès d’Assange annonce la destruction intentionnelle de notre droit à une presse libre, indépendante, incisive et d’investigation. Les États-Unis cherchent à criminaliser et à dissuader les enquêtes sur la sécurité nationale en particulier, ainsi que les mesures prises par les journalistes pour protéger leurs sources. La tentative d’étiqueter le journalisme et l’organisation de l’accès du public à l’information comme “conspiration pour l’espionnage” [https://challengepower.info/superseding_indict" href="https://lundi.am/Proces-de-Julian-Assange#nb8-1">1] par les États-Unis est inacceptable selon les normes démocratiques car elle paralyse le droit du public à savoir ce que les gouvernements font en leur nom.

Les documents publiés par WikiLeaks pour lesquels Assange est accusé fournissent des preuves exhaustives des crimes de guerre brutaux commis en Irak et en Afghanistan [2], accessibles sous une forme indéniable, authentique et recherchable. WikiLeaks fonctionne comme tout journaliste d’investigation devrait le faire au XXIe siècle, en protégeant ses sources et en sécurisant ses communications lorsqu’il s’agit de dénoncer les mensonges et la corruption du gouvernement.

Comme l’ont observé de nombreux experts internationaux, ONG, avocats, journalistes et rapporteurs spéciaux des Nations unies [3], les documents publiés par WikiLeaks présentent sans aucun doute un immense intérêt pour le public du monde entier. Ces publications ont valu à Assange et à WikiLeaks de nombreuses distinctions mondiales et des prix journalistiques prestigieux [https://challengepower.info/assange_s_awards_and_r" href="https://lundi.am/Proces-de-Julian-Assange#nb8-4">4].

Il est maintenant temps de récupérer cette partie essentielle de notre histoire collective, en défendant Assange, les journalistes d’investigation et les dénonciateurs du monde entier.

Pendant les semaines de l’audition et au-delà [5], des groupes et des individus du monde entier utiliseront tous les moyens créatifs disponibles en ligne et hors ligne pour exprimer leur solidarité, dénoncer cette fraude parodique de justice, défendre Julian Assange et célébrer la protection des sources journalistiques.

Par des moyens joyeux et inventifs tels que la musique, les performances, l’occupation de l’espace public et les wikis, et par des moyens décentralisés, nous avons l’intention de rappeler à chacun notre droit et notre devoir collectifs de demander des comptes au pouvoir en exposant les secrets des gouvernements, leurs mensonges et leurs crimes.

La persécution d’Assange est la persécution d’une presse libre et indépendante, la persécution de la Vérité et de la Justice. C’est la persécution de chacun d’entre nous et de notre capacité future à dénoncer et à combattre les abus de pouvoir.

Défendre Assange, c’est défendre notre avenir ! Nous sommes solidaires et nous nous organisons partout pour raconter cette histoire au monde. À Londres, Berlin, Mexico, Paris, Brisbane, Vienne, Oslo, Toronto, Hambourg, Washington DC, Francfort, Adélaïde, Bruxelles, New York City, Rome, et ailleurs… Rejoignez-nous !

Plus d’informations et d’inspiration sur les actions et événements à venir dans le monde entier :

https://challengepower.info/sept2020hearingactions

Plus d’informations sur l’affaire :

https://defend.wikileaks.org

https://dontextraditeassange.com

https://challengepower.info

La guerre contre le journalisme - L’affaire Assange exposée dans un documentaire de 38 minutes librement accessible :

https://video.emergeheart.info/videos/watch/f2467447-f5a8-45c9-8d08-804d6a2d4747

__________

[1] voir le “nouvel” acte d’accusation : https://challengepower.info/superseding_indictment_-_24-06-2020

[2] Les publications couvertes par les accusations d’espionnage sont, entre autres, la vidéo de “meurtres collatéraux” https://challengepower.info/Collateral%20Murder , les “journaux de guerre” d’Irak et d’Afghanistan exposant des dizaines de milliers de morts inexpliquées.

[3] Ils défendent Assange et le droit pour WikiLeaks de dévoiler des secrets : https://challengepower.info/in_defense_of_julian_assange

[4] Prix journalistiques d’Assange https://challengepower.info/assange_s_awards_and_recognition

[5] un calendrier des différents événements, mis à jour régulièrement : https://challengepower.info/sept2020hearingactions

 

 

https://lundi.am/Proces-de-Julian-Assange

Commentaire(s)

> Idiot utile de Poutine et héros des idiots inutiles de Lundi Matin

"Mr. Soldatov, the Russian investigative journalist, was so furious that he confronted Ms. Harrison, Mr. Assange’s associate, at a journalism conference in Italy the next day. “Many journalists at Novaya Gazeta were killed” after reporting on Mr. Putin’s Russia, he told her, “and now their integrity is questioned by WikiLeaks?”

It is striking, Mr. Soldatov said in an interview, that Mr. Snowden, who is stuck in Moscow, is far more willing to criticize Mr. Putin than is Mr. Assange, whom he sees as an apologist."

https://www.nytimes.com/2016/09/01/world/europe/wikileaks-julian-assange-russia.html

> le retour de l'inquisition

c'est pas les états qu'il faut condamner, c'est Assange et WikiLeaks!!!

la complicité avec les états devient inquiétante dans "l'extreme gauche"!

> Assange, krach pétrolier : le complotisme bon teint du Monde

Même dans les « grands » quotidiens, trop de complots tuent le complot…
Dans son édition du 13 mars 2020, Le Monde semble embarrassé, dans l’impasse. Poutine est très méchant, c’est entendu. Mais de quelle manière ? Un article est titré « La crise de l’or noir menace les rêves pétroliers de Donald Trump ». Et un inter précise : « Le krach est une catastrophe pour les producteurs du Texas, État décisif pour la réélection du milliardaire américain, en novembre 2020. »

Or qui est responsable de ce krach ? Réponse : « Riyad et Moscou [qui] se sont lancés dans une violente guerre des prix afin de faire plier les producteurs américains de pétrole de schiste. » Un autre article de Benoît Vitkine, spécialiste du genre anti-russe, précise le portrait du suspect : « Le pari de Poutine pour faire plier les États-Unis ».

En somme, Le Monde nous apprend en mars 2020 que Poutine aurait soudainement décidé - et en année électorale qui plus est - d’affaiblir Trump économiquement, de provoquer pour lui une « catastrophe électorale dans un État décisif pour sa réélection ». Le même Poutine qui depuis 2016 n’aurait cessé, selon Le Monde, de s’employer, à coups de fake news et de faux comptes Facebook, à favoriser Trump contre ses rivaux démocrates.

Cette forme de complotisme bon teint a décidément bien sa place dans les colonnes du quotidien de référence. Déjà le 25 février, dans un éditorial annonçant son soutien à Julian Assange (tout en l’accablant de tous les maux), Le Monde se demandait dans quelle mesure le fondateur de WikiLeaks n’avait pas été « piégé par un Donald Trump dont il a aidé l’élection ». Le quotidien laisse entendre que Julian Assange aurait sciemment « diffusé des documents subtilisés par les services secrets russes au Parti démocrate américain afin de discréditer sa candidate ». Et ainsi « aidé » à faire élire Donald Trump ; lequel se serait, par la suite, retourné contre Julian Assange en l’inculpant pour espionnage.

Au passage, Le Monde oublie qu’il n’existe aucune preuve de l’intervention des services secrets russes dans cette affaire. Décidément, même dans les « grands » quotidiens, trop de complots tuent le complot…

https://www.acrimed.org/Assange-krach-petrolier-le-complotisme-bon-teint