[parution] À main armée

Mis a jour : le mercredi 8 avril 2020 à 13:57

Mot-clefs:
Lieux:

Nouvelle parution

A_main_arm_e_couverture-medium
A main armée couverture

"Au fond, le problème est toujours celui-ci : personne ne nous fait des cadeaux, il n'existe pas de conditions faciles pour s'approprier les connaissances indispensables à l'action. penser l'arme seulement dans la dimension technique de son emploi, c'est une façon comme une autre de fuir le problème de fond de la connaissance critique, la mesure et la condition active de toute attaque contre l'ennemi de classe.

À main armée, c'est donc un problème de réflexion, un mouvement de la conscience, un moment, même extrêmement concentré dans le temps, où celui qui prend l'arme cherche à comprendre pourquoi il a choisi cette prothèse d'une violence et d'une agressivité particulières."

 

180 pages // 4 euros

éditions Tumult // avril 2020

 

Sommaire

Avant-propos
Clément Duval et le problème du vol
La fracture morale
Malatesta et le concept de la violence révolutionnaire
Alexandre Marius Jacob
L'ombre du justicier
Makhno et la question de l'organisation
Mourir innocents est plus enrageant
La bête insaisissable

 


Un extrait de l'avant-propos:

La véritable arme de l'homme, c'est la main.
L'homme est un animal que la nature a sélectionné avec une main qui a le pouce opposé aux autres doigts.
Un animal qui attrape, qui veut prendre, avoir du solide en main, faire sien.
L'arme, dans sa signification essentielle, est donc la prothèse qui augmente la capacité active de la main. En grec, « prothèse » signifie l'acte de mettre en avant. Quand on y pense bien, depuis les flèches dont les pointes étaient faites de morceaux de silex appointés, utilisées par nos lointains prédécesseurs, jusqu'aux armes sophistiquées d'aujourd'hui qui frappent à distance et multiplient par milliers la cible unique d'antan, le fil du développement technologique est unitaire et ininterrompu.
Se servir d'une arme est facile. Aussi l'imbécile peut donc s'armer. Plus encore, dans la majorité des cas, derrière l'arme se trouve presque toujours un imbécile, ou au moins quelqu'un qui y est contraint le dos au mur.
La société produit une marginalisation constante, son mécanisme impitoyablement compétitif pousse vers l'extrême périphérie de la survie une énorme quantité de personnes.
Le manque de travail n'est qu'une partie du problème, souvent c'est un lieu commun et un alibi.
Celui qui n'a pas de travail, s'arrange de quelque façon, réduit ses prétentions, réduit à l'essentiel sa demande de biens, se construit une niche dans la société qui, dans ce cas-là, est même prête à venir à sa rescousse, à l'aider avec une quelconque allocation misérable, mais elle veut toujours d'abord s'assurer de sa disponibilité de rester dans les rangs.
Le travail peut aussi consister à prendre des armes. Pensez au militaire, au policier, au garde du corps, ce sont des métiers où l'usage des armes est institutionnalisé et où l'on prévoit même une prime de risque en plus du salaire de base.
Celui qui le matin endosse l'uniforme, n'importe quel uniforme, qui met son arme dans sa poche et prend sa mitraillette de service, ne s'encombre pas de la moindre réflexion, ce sont des mouvements conditionnés, son métier a fait taire tout réflexe moral que son geste pourrait encore avoir à la lumière d'une petite réflexion.
À main armée, c'est donc un problème de réflexion, un mouvement de la conscience, un moment, même extrêmement concentré dans le temps, où celui qui prend l'arme cherche à comprendre pourquoi il a choisi cette prothèse d'une violence et d'une agressivité particulières.
Revenant à la question des prothèses, il me semble évident que même dans le choix le plus argumenté, il peut encore rester un brin de stupidité. Il n'y a jamais de collocation nette dans ce genre de choses. Rien n'est blanc ou noir. La vie est nuance et modulation, y compris dans la stupidité.
J'ai connu des compagnons dont j'appréciais la disponibilité humaine et l'engagement révolutionnaire, qui manipulaient avec une voluptueuse précision et une évidente satisfaction une arme, qui en caressaient l'acier brunâtre et lisse, qui en admiraient la structure et la puissance, un genre d'imbécillité plus répandu de ce que l'on pourrait croire, y compris parmi les compagnons.
Donc, entre la main qui serre l'arme et l'arme qui est serrée par la main, par la main qui l'accueille et la maîtrise, il doit y avoir un contact, une sorte de frontière psychologique, toujours présente dans la conscience de l'individu qui empoigne une arme, qui a décidé d'empoigner une arme.

Alfredo M. Bonanno

 

 

Link_go éditions tumult

Email Email de contact: tumult_anarchie_AT_riseup.net

Commentaire(s)

> .

et allez, encore de la propagande communiste habillée en noir...