Recherche scientifique et désinformation médiatique

Mot-clefs: Archives
Lieux:

{{Dans un article paru dans son édition du 12 février intitulé "Pourquoi les chercheurs remontent au créneau",
le quotidien Le Monde réduit les problèmes de la recherche à des questions de sous et de chapelles.
Pas un mot sur la généralisation du travail précaire, l'embrigadement croissant des chercheurs, les voies de garage,
les effets de la mondialisation et de la "construction européenne", les objectifs réels de l'actuel projet de loi...}}
Précisément, nous avions abordé ces problèmes de fond dans trois articles récents:







Mais de surcroît,
Le Monde
prétend que:

{"Ce regain de mobilisation, un an après la grande fronde des blouses blanches, pourrait donner à penser
que les scientifiques sont devenus des "râleurs" impénitents qui en demandent toujours plus (...)
N'ont-ils pas obtenu de haute lutte (...) Mieux, une loi d'orientation et
de programmation de la recherche, promise voilà un an par Jacques Chirac, n'est-elle pas aujourd'hui en chantier ?}

Le Monde
répète ainsi l'intox habituelle des médias, à savoir qu'une nouvelle loi d'orientation de la
recherche aurait été réclamée par les chercheurs eux-mêmes.
C'est entièrement faux en dehors de la coupole de
Sauvons la Recherche
, formée de patrons de la recherche,
et des acquiescements de quelques directions syndicales qui ont fait cette concession à
François Fillon en échange du rétablissement des postes de 2004 supprimés. Un compromis catastrophique car,
début 2004, Chirac avait déjà réclamé
cette nouvelle loi d'orientation pour faire disparaître les acquis de la précédente de 1982.

Fillon s'est à son tour empressé de proclamer qu'il "acquiesçait à la demande des chercheurs" de préparer une
nouvelle loi d'orientation de la recherche. De l'intox à fond la caisse. Après quoi, les personnels de la recherche ont été placés
devant le fait accompli que les Etats Généraux de la Recherche allaient de toute façon avoir lieu parce que Chirac,
Fillon, les "élites" et certaines directions syndicales en avaient décidé ainsi.

Des Etats Généraux qui n'étaient qu'une formalité,
car il était clair qu'une nouvelle loi d'orientation de la recherche n'était "devenue urgente" que pour organiser la casse générale
de la recherche dans le cadre notamment de la mondialisation, de la "construction européenne",
de l'AGCS, du "marché mondial de la
main d'oeuvre", de l'asservissement du travail intellectuel et de la précarisation générale du travail.

Voir nos articles précédents.

Indépendance des Chercheurs

indep_chercheurs@yahoo.fr









Email Email de contact: indep_chercheurs_AT_yahoo.fr