Brigades de solidarité populaire - Nantes

Mis a jour : le lundi 27 avril 2020 à 22:05

Mot-clefs: coronavirus
Lieux:

Plusieurs villes d'Italie, de France, d'Espagne et d'Allemagne répondent à l'appel des camarades de Milan : FORMONS DES BRIGADES DE SOLIDARITE POPULAIRE !

Photocouverturefbbonformatpng-medium

POUR UNE AUTODÉFENSE SANITAIRE : BRIGADES DE SOLIDARITÉ POPULAIRE !

Dans le grand ouest, si nous faisons partie des régions les moins touchées par l’épidémie, le virus circule. Comme ailleurs, les travailleur.euses précaires souvent issu.e des quartiers populaires, en première ligne face au Covid-19, manquent de protection. De même que le personnel soignant qui doit faire face à cette crise sanitaire alors même qu’il dénonce depuis longtemps un manque de moyens humains et matériels pour soigner dignement les malades. Face au confinement, les personnes les plus vulnérables subissent d’autant plus leur isolement. Les personnes âgées dont les possibilités de déplacement sont limitées ont difficilement accès aux produits de première nécessité. La fermeture de certaines permanences sociales fragilise les familles précaires. Celle des parloirs isole les personnes détenu.es de leu rs proches. La réduction des maraudes affame et isole les personnes sans domicile et notamment les personnes exilées qui se trouvent d’autant plus exposées à une police en roue libre qui profite de la désertion des rues pour déchaîner sa violence. Les travailleuses du sexe sont elles aussi d’autant plus exposées à cette violence et à celle de leurs clients qu’elles sont encore plus seules dans la rue. Bref, la détresse des personnes isolées est d’autant plus grande que le confinement limite leur sociabilité.

Face à ce constat et parce que nous n’avons rien à attendre de l’État, organisons la solidarité et mettons le face à ses responsabilités !

Nous savons que le gouvernement n'est pas une solution à la crise sanitaire. Pourquoi ? Parce que, comme ses prédécesseurs, il est au service d'un système basé sur le profit et l'intérêt privé qui est à l'origine du désastre que connaissons, et de la situation dramatique dans laquelle se trouve l'hôpital public.

Nous savons qu'il nous faudra compter sur nos propres forces. Notre auto-organisation doit générer des solidarités concrètes, sur une base territoriale, afin de venir en aide aux plus précaires : travailleur.euse.s, soignant.e.s, migrant.e.s, personnes sans domicile fixe, personnes âgées et/ou isolées…

Mais ce réseau de solidarité doit aussi s'articuler à une mise en accusation des politiques néo-libérales, dont la situation actuelle, en France comme ailleurs, démontre une fois de plus la nature criminelle, et à l'élaboration de nouvelles formes d'organisation collective.

Plusieurs villes d'Italie, de France, d'Espagne et d'Allemagne répondent à l'appel des camarades de Milan : FORMONS DES BRIGADES DE SOLIDARITE POPULAIRE !

- Pour rejoindre les Brigades de Solidarité Populaires nantaises :  Écrivez-nous : brigadepopulaire-nantes@protonmail.com

- Si vous avez besoin d’aide notamment pour effectuer à votre place un déplacement au supermarché, à la pharmacie, à la laverie, … :

Contactez-nous par mail : @ brigadepopulaire-nantes@protonmail.com ou par téléphone : 07.58.58.12.71

Commentaire(s)

> Non mais sans dec...

Les Brigades solidaires... Oui d'accord, comme collectif, ça a l'air d'être bien organisé et surtout très utile par les temps qui courent, pas de soucis. Ok, on est en crise (pour pas dire en gu...e vu que ça fâche apparemment)! On peut donc utiliser le mot Brigade, en faisant référence aux célèbres Brigades internationales sans doute, mais ça fait aussi bien référence l'armée et à d'autres groupes super hiérarchisés...! Un terme bien martial qui passerait difficilement en dehors de ce moment tout pourri et craignos+++, ou chacun chacune on représente une menace directe pour nous proches si on est contaminées. Ou quand on a plus rien d'autre que des emmerdes, plus que jamais on a besoin de solidarité et de réseaux d'entraide. Mais ce moment est aussi craignos car l'état policier règne sans pratiquement aucune limite et n'est pas pret de s'arrêter! Et les flics sont devenus les rois de la rue, en équipes, ou en br.....s! Oui, c'est vrai ce mot brigade peut être très lourd et il me fout les boules...!

Mais bon, vive la solidarité.

> brigade mao

"ça fait aussi bien référence l'armée et à d'autres groupes super hiérarchisés...! Un terme bien martial qui passerait difficilement en dehors de ce moment tout pourri et craignos+++"
bah oui en même temps c'est des maos!

Purée indy vous décevez tellement de relayer de la propagnde mao, que se passe-t-il??!
réveillez-vous!!!

> ben non

Y'en a ptet dans la bande mais sur nantes c'est loin que d'etre des maos. C'est bien de savoir de quoi on parle aussi plutot que de faire des raccourcis à deux balles.

> ben si

Et les "jeunes révolutionnaires" qui sont une émanation du parti communiste maoiste, c'est loin d'être des maos?!

Ils et elles sont à l'origine de pas mal d'initiatives sur comme les garderies populaires, on ne peut pas leur enlever çà!
Le "populaire" çà se vend bien, surtout en ce moment, et beaucoup de monde se laisse endormir...

> rectification

... pas mal d'initiatives sur Nantes comme les garderies populaires, par exemple...

> à bec rageur

bec rageur, ton pseudo est à mourir de rire! Ton prénom, il me semble bien, est Yves-Marie. Il est moins cocasse et tu ferais mieux de l'utiliser plutôt.

> ignare

j'ai la flemme de me renseigner sur 200 ans de militantisme, ça fait quoi que ce soit des maos ou pas ? (à part que ça vient de Mao de Chine) iels font quoi de special ? pourquoi c'est "moins bien" de s'organiser avec des maos qu'avec d'autres orgas ?

> ignare ou flemmard?

Tu as la flemme de te renseigner, tu veux peut-être que quelqu'un mâche la bouffe pour que tu puisse la chier alors que tu as ton clavier sous les yeux et que tu n'as que quelques mots de recherche à pianoter. Mais trop la flemme
Si tu aimes la dictature, les bureaucrates et l'encasernement, vas-y fonce!
Tu serais une bonne proie pour n'importe quel groupe de facho. Tu pourrais les trouver sympas et avoir aussi la flemme de te renseigner sur leurs groupes et leur histoire...

> mouais

c'est vraiment pas cool de ta part, je demande un renseignement, car je trouverait ça plus chouette et plus intéressant si ça venait directement ici, de plus c'est pas si simple de trouver les travers de certains trucs, car au final je vois pas la diff entre les maos et les autres communistes, sinon si tu m'avais dit ça t'aurais pris presque autant de temps et aurait été bien plus sympa, cool l'entraide en tous cas

> à bas l'ignorance

Les maos ne sont pas des camarades,
au même titre que le CMDO, même merde même combat.

> les petites brigades rouges

Ces brigades maoïstes que vont-elles instituer comme pouvoir au bout de leurs fusils?

Si indy accepte de publier et de mettre en une une initiative maoïste alors pourquoi ne pas publier les textes du CMDO?
Soyez cohérent cher indy.

> au bout de quoi?

Brigade, c'est clair c'est synonyme de hiérarchie, d'obéissance, d'armée, de tout ce que je conchie en tant qu'anarchiste.
Mais si je me mettais à la place d'un rouge tendance mao, je me sentirais insulter par cette nouvelle orga... qui reprend un nom renvoyant à la guerre contre Franco et la lutte armée des Brigades Rouges.ça va la comparaison, z'ont pas l'air du tout d'abuser les déconfinés (le temps de faire leur bonne action du jour). Je sais plus si ça leur garantit une place au paradis mais peut-être qu'ils ont rajouté un point à leur programme.
Le brigadiste au 21è sc il palie à la révolution en distribuant des sandwichs.
Donc non, leur monde autoritaire, même en mode opération séduction du "peuple" (beurk), j'en voudrais jamais.

> beurk

société du spectacle et besoin de romantiser l'entraide !

sinon faire comme beaucoup sortir filer de la thune et de la bouffe, trouver des lieux refuge, discuter, se soutenir

ce texte est affligeant de cucuterie et de de charité très citoyennistes pour les pauvres
a vomir

> curieux choix des modos

Le choix des modos, de mettre l'humanitaire en avant et faire passer au second plan la lutte, la grève des loyers est quand même curieux de la part des modos!

> Quelle lutte?

Oui, quelle lutte faudrait mettre en avant la maintenant? Toi qui a la science infuse de la révolution éclaire nous (et te bouge pas pendant que les autres crèvent). Connard.e de moralisateurice de merde.

> y a pas photo

C'est pas une question de science infuse mais entre des appels à la grève des loyers partis localement de Brest et Rennes et le Secours Populaire, y a pas photo...

> Ben oui mais...

T'as toujours pas répondu à mes question du haut de ton savoir en attendant :

Quelles luttes faudrait-il mettre en avant ? Celles ou tu participe ? Mais c'est lesquelles alors ? Ou est-ce qu'on trouve des textes dessus ?

T'as un problème avec la grève de loyer ? T'es au courant que ça part d'un peu partout, pas que des appelos ? Quoi t'y as pas pensé avant alors ça te fait iech de pas être preums ?

Parce que sisi je te jute ton petit commentaire là ça fait plus genre je me la pose moi je sais et les autres c'est de la merde et puis c'est tout. C'est gratuit, ça mange pas de pain, et ça coute rien derrière son clavier.

Merci pour les leçons, mais on emmerde les profs et leur petits commentaires à deux balles.

> t'es perché

T'es perché toi! Je dit qu'il serait préférable de mettre en avant cette grève des loyers plutôt que ces humanitaires peints en rouge. Pourquoi tu parles d'appelos?!
Je ne me sens pas concerné ta remarque sur les profs, va dire çà à tes camarades éducateurs du peuple...

> Mais vous êtes infames... (Les commentaires)

Dans un premier temps, NON CETTE INITIATIVE NE VIENT PAS DES JR NI D'UNE AUTRE ORGA MAO.
Ensuite, vous que vous êtes aprioris pas foutu de faire une recherche sur ce que vous critiquez, les Brigades de Solidarité ont pour origine des groupes autonome milanais.
Ce sont les "Brigate Volontarie Per L’Emergenza" de Milan qui sont à la base du réseau international des Brigades de Solidarité Populaire pour l'autodéfense sanitaire.
Plus d'info :
https://renverse.co/Il-est-temps-de-construire-des-brigades-2520

Maintenant si vous êtes beaucoup trop aNaRcHiStE (je suis moi même anar hein) et qu'avoir un logo rouge vous file de l'urticaire c'est votre problème, évitez juste de cracher à la gueule des prolos qui s'organise pour essayer d'aider le plus de monde possible surtout les plus vulnérables. Vous êtes à vomir.

> On vous voit

Ce groupe pue, il accueille un sale mascu qui a agressé des jeunes femmes. Il a quitté sa ville en tout anonymat pour revenir faire tranquillement le beau à la fac de Nantes.
Et maintenant sa joue les brigadistes rouges humanitaires...
Ignoble.

> ...

8ol, quand on détient des informations comme celle-ci, la moindre des choses c'est de prévenir les personnes faisant partie de ce groupe histoire de ne pas laisser des meufs en danger face a cette personne. Plutôt que d'insinuer que les brigades de solidarité populaire soutiennent cette personne alors que c'est une information que les brigades n'ont pas.

> à ...

Déjà fait, mais tu comprends c'est leur pote alors ça ne se remet pas en question...*fatigue*
Affectif>politique

> Apparement non

Les brigades n'ont reçu aucunes informations à ce sujet.

> Du débat oui, les insultes plutot non.

Heu... Comment ça se fait que ça part en insulte de partout ?

Pour rappel à celles et ceux qui demandent comment un texte comme ça peut passer sur indy, Indymedia est un espace de libre expression. C'est juste délimité par la charte. On veut pas laisser de libre expression aux fachos et au politicien.ne.s qui en ont déjà partout ailleurs. La charte est consultable ici : https://nantes.indymedia.org/pages/charte . A part ça, tout les textes sont bienvenues.

Le principe d'Indy, c'est que ya pas de comité de rédaction qui décide si un texte est pertinent ou pas. Les modos se contentent de déterminer si une contribution contrevient à la charte, pas si on est d'accord avec ou si on trouve ça pertinent.

L'idée, c'est aussi que des groupes différents avec des visions politiques différentes puissent s'exprimer et débattre.

Si des gens veulent relayer localement l'appel de Milan à créer des brigades populaires, on est bien content qu'illes puissent utiliser indymedia pour ça. Si d'autres gens sont en désaccord avec cette initiative, on est bien content qu'illes puissent nous apporter des éléments de réflexions, proposer autre chose, dire en quoi illes trouvent ça dérangeant ... Mais bon, le concour d'insulte, c'est juste fatigant et ça n'apporte pas grand chose.

> Réponse 8ol

Elles viennent d'où tes certitudes ? Non parce qu'en ait personnes aux Brigades de solidarité populaire à cette information. Parce que dans ce groupe il y'a aussi des femmes, et que celles ci aimeraient bien être au courant plutôt que de se retrouver en danger. Donc je sais pas mais peut être ça serait adéquat d'envoyer un message soit via le Facebook soit par le portable, que au moins les brigades estl'info et que des femmes ne se retrouvent pas à subir des trucs. C'est te méprendre sur la composition du groupe que d'avoir des insinuations pareilles et c'est insultant pour les meufs de ce collectif que de sous entendre que c'est leur potes et que du coup rien n'est fait.

> .......

Et non, tu n'as jamais prit la peine de les contacter.

> Réponse 8ol

Bonjour 8ol,

Il serait pertinent et bienveillant de le signaler aux brigades de solidarité populaire. Effectivement, on est plusieurs femmes à être dans ce collectif et le fait d'entendre des propos tels quels n'est pas rassurants, d'autant que contrairement à ce que tu sembles penser, nous ne sommes pas du tout au courant.

Du coup, on te propose d'appeler sur le téléphone des brigades de Nantes pour en discuter. Tu auras une nana au téléphone, et nous te garantissons de garder ton anonymat. On peut comprendre que tu puisses avoir peur de représailles, mais on t'avoue que nous de voir un commentaire balancer comme ça sans même prendre la peine de nous donner plus d'info et nous laissant juste dans l'inquiétude, ça nous aide pas trop. Nous aimerions savoir aussi par la même occasion, par quel billet tu nous a contacter ? Parce que nous ne sommes pas au courant du tout
En espérant avoir des nouvelles.

> Le sectarisme c'est fatigant

Si on craint l'aspect autoritaire de tels groupes, le mieux c'est sans doute d'aller y voir et éventuellement de faire pencher la balance… On peut reprocher des choses aux maos, et aux trotskistes, aux syndicalistes, et aux anarchistes aussi. Le sectarisme c'est confortable, mais en ce moment, on peut aussi avoir envie de se regrouper pour faire advenir des changements.

Sinon c'est vrai que l'aspect militaire du nom c'est dommage, mais faut-il s'arrêter à ça ?

> un peu de recul

Tous ces débats sont forts intéressants dans le fond, mais sur la forme c'est assez désespérant...
"Diviser pour mieux régner... "Il y en a qui doivent rigoler en lisant tout ca... même sans rien faire ça se divise tout seul.
Je suis venue sur le site pour voir un peu l'esprit, quels besoins pour aider, tout ça... C'est pas que ça refroidit, mais ça pourrait. Allez je ne m'arrete pas à ca, je continue à me renseigner.
Bon courage pour toutes les luttes, sachons bien viser!

> Quelques questions pour les brigadistes

Est-ce que vous vous appelez « brigades » parce que vous faites partie d'une armée ?
Si oui, quel en est l'état-major ?
Sinon, pourquoi vous appelez-vous « brigades » ?

Est-ce que vous vous appelez « brigades » parce que vous pensez que nous en sommes en guerre ?
Si oui, êtes-vous sur ce point en accord avec le gouvernement ?
Sinon, pourquoi vous appelez-vous « brigades » ?

> Salut Agnès

Oui, c'est vrai que - dans le ton - ça devient assez vite insultant. Tu connais pas indymedia ? C'est un site qui se veut un relais des luttes sociales. C'est un espace de libre expression où chacun.e peut s'exprimer. (dans les limites définis par la charte). Je ne sais pas si tu as capté que c'est pas spécialemnet le site des brigades populaires. Il y a pleins de gens qui utilisent ce site, dont une partie on dirait, qui aiment pas beaucoup les Maos et qui soupçonne les BP d'en être.

Hésite pas à re-passer sur le site. Il y a dès fois ou ça s'engueule moins :)

> c'est pas la premiere fois

Y'a clairement des commentaires qui sont là juste pour foutre la zizanie, la merde, dresser les gens les un-e-s contre les autres, ramener des pseudos conflits... Pseudo questionner de pourquoi cette info et pas une autre (sans filer un lien vers une vrai proposition) puis comparer au CMDO quand ça n'a rien à voir (alors que..., bref!) puis faire croire qu'il y a un violeur puis trouver encore un autre truc en utilisant bien tout ce qui fait clivage. C'est du trollage pas mal élaboré en fait, sans doute de la part d'un troll qui rêve de foutre en l'air indymedia bien plus qu'autre chose on dirait.

> Du vomis de manarchiste comme d'habitude

C'est quand même bien frustrant de voir que des camarades ne sont pas capables d'avoir une réflexion objectivante sur le milieu militant. A mon sens, il se trouve derrière ce genre de comportements une souffrance qu'il serait pertinent d'apprendre à soigner.

Les JR vous semblent-ils vraiment ressembler à l'infâme Mao ?
Moi je vois des camarades sincères avec qui je suis, certes en désaccord sur les interprétations et leçons que nous tirons de l'Histoire, mais avec qui il est possible de discuter sereinement et même de travailler !!

Si tu estimes que tu es plus compétent en Histoire, pourquoi ne montes tu pas un groupe d'éducation populaire de quartier ?

Pour toi la pédagogie libertaire c'est critiquer, asséner l'anarchie, claquer des doigts et la révolution arrivera par magie ?

Bref... bravo pour cette initiative toujours pertinente quand des camarades révolutionnaires sont capables de faire alliance objective.

Camaradesquement, un communiste libertaire.

> Bref

Sans vouloir rentrer dans le débat sur les "Brigades" (d'autres structures distribuent depuis des années des milliers de repas très efficacement sur Nantes), les JR sont maoïstes et le revendiquent.

Ce n'est pas un secret, ce n'est pas une accusation, c'est juste un fait. Ils s'inscrivent dans un héritage stalinien.

Ce serait chouette, sur un des rares médias libertaires qui reste, de ne pas le nier. Surtout que ce média est l'un des derniers espaces où l'on pouvait encore diffuser des critiques contre les autoritaires du milieu.

> Staline ?

Les maoistes s'inscrivent dans un héritage stalinien ? Je suis pas hyper calé, ni en histoire, ni en mouvements politiques, mais ça me parait douteux. Quelqu'un.e peut développer un peu ?

> Google

Il suffit d'aller lire le site du PCM, dont les "JR" sont une émanation. Culte de Lénine, Staline et Mao.

« Se réclamer du MLM, c’est se réapproprier notre propre histoire, trahie par les révisionnistes et les réformistes. C’est rétablir la vérité sur l’histoire du mouvement ouvrier, ses avancées mais aussi sans complaisance pour ses faiblesses et ses erreurs. Nous devons nous appuyer sur cette histoire, tirer les leçons essentielles, en recueillant le principal qui a été positif, rejetant ce qui a été négatif après en avoir analysé les causes. En cela, Marx, Engels, Lénine, Staline et Mao Zedong nous lèguent un héritage précieux.

[…]

Suite à la mort de Lénine, Staline prend la tête de l’Union Soviétique et poursuit le chemin de la construction du socialisme. Sur un terrain qui n’a aucun précédent historique, Staline va guider l’URSS dans l’édification d’un système qui n’est pas basé sur la recherche du profit mais sur la satisfaction des besoins de la société. Sous sa direction, le Parti Communiste d’Union Soviétique aide et guide le prolétariat et les peuples opprimés du monde entier dans leur lutte pour la libération et contre le fascisme. »

http://www.pcmaoiste.org/nos-publications/notre-programme/4-notre-ideologie-le-marxisme-leninisme-maoisme/

De rien.

> Suite

Oui, c'est sur le stalinisme c'est moche et il ne faut pas le nier non plus.

Mais les JR ne sont pas tous.tes Maoistes premièrement.

Et puis rien ne nous dit qu'individuellement iels ne savent pas exactement ce qu'est l'Histoire du maoïsme ou qu'il sont elleux-mêmes critiques de leur Histoire.

> revenir au sujet ?

Puisque l'origine des brigades populaires n'est ni nantaise ni française, je ne souhaite pas m'attarder sur qui compose ces brigades nantaises. Ce qui m'interroge davantage c'est : la convergence des luttes et la solidarité doit-elle nous coûter le prix de sens critique sur les mots que nous utilisons ?
Les initiatives de solidarité sont chouettes et il faut aussi juger sur les actes c'est évident. Je ne crache pas sur ce que font les "brigadistes". Je pose une question et réflexion sur la dérive de cette période "guerrière" qui semble oter toute possibilité de prendre du recul pour s'interroger ensemble sans s'engueuler.

En dehors de cette période, je vois effectivement mal des militant.e.s nantais.e.s se définir comme "brigade". Ça pue le militaire, le viriliste. Ça pue l'état et le fasciste. Alors oui ce n'est qu'un mot et c'est toujours possible de se le réapproprier autrement... mais ça nécessite un autre travail que la solidarité... (écrire des textes / se justifier / analyser / justement offrir à lire des ressources historiques s'il y a des références dont ces groupes s'inspirent). Le problème c'est que les gens qui ont d'abord utilisé ce mot ne sont pas français.e.s mais italien.ne.s il me semble, et donc ça nécessite de connaître l'histoire des luttes italiennes. Il y a comme dans tout milieu militant des références différentes. Sans généraliser, et du peu sur j'en sais, les années de plomb en Italie (en gros de la lutte armée dans les années 70) ont été marquantes et inspirantes, encore aujourd'hui dans plein de milieux (meme en france). Est-ce que ça a un lien direct ? J'en sais rien je connais pas les italien.ne.s à l origine de de ces brigades ni le milieu milanais. Si des gens ont des infos ce serait intéressant. C'est vrai que ça a l'air bcp lié au marxisme / communisme aussi (et moi j'y connais peu).
Pour que le monde de demain soit moins autoritaire, je pense sincèrement qu'il faut revoir nos modes d'organisation autant que ce qu'on fétichise, idéalisé et comment on s'appelle, on se nomme et ce qu'on valorise. Valoriser la brigade populaire peut rendre difficile de critiquer des formes d'organisation au meme nom (genre le brigadier chef de la CDI qui te contrôle ton attestation)

> Suite

Les autonomes italiens.ennes viennent plutôt du marxisme. Tu peux aller voir du côté de Toni Negri, de Michael Hardt, de la revue "multitude". En France tu peux aussi allez voir du côté de Razmig Keucheyan (NPA aujourd'hui il me semble) et son bouquin "hémisphère gauche" qui est une présentation de certains marxismes actuels.

Aujourd'hui certains.ennes prônent plutôt le revenu universel.

Tu peux écouter le témoignage d'Alessandro Stella, ici :

https://www.youtube.com/watch?v=tmhOB7WukLQ

Les autonomes allemands viennent plutôt de l'anarchisme et de l'antifascisme (marxiste puis anarchiste).

Tu peux aller voir du côté du bouquin de Bernd Langer "Antifa, Histoire du mouvement antifasciste allemand" aux éditions libertalia

Tu peux aussi lire les travaux de Françis Dupuis Déri sur le Black Block.

Il y a aussi l'autonomie "à la française", plus récente, autour de la revue Tiqqun, de l'appel, de lundi matin, du comité invisible, qui proposent une sortie de poésie insurrectionniste et métaphysique en conjuguant les apports du situationnisme, de l'anarchisme ou du marxisme et de divers auteurs universitaires comme Michel Foucault par exemple. On les appelle les appelistes car c'est ainsi que la police les à appelé dans sa construction de la figure du terroriste d'extrême gauche. J'aime pas trop les idées mais les gens que je connais qui s'en réclament sont tous pipous.

Mais après j'ai envie de dire que tu est exigeant.te quand tu dis que la réappropriation nécessite un travail de justification. Est-ce bien si important la sémantique ? C'est important, c'est sur mais je trouve qu'on a tendance à toujours projeter nos représentations sociales sur les actions des autres. Comme dirait l'autre "nos goûts sont le dégoût des autres". Quand tu dis : le champ lexical militaire fait viriliste ou fasciste, à mon avis, tu fais une hypostase, tu tires une conclusion générale à partir d'un détail.

Chez nous (anarchistes, je ne sais pas de quoi tu te revendique) aussi ça utilise ce genre de vocabulaire. Quelqu'un comme Mathieu Rigouste parle lui aussi de guerriers.ères. Nos corps seraient selon lui des champs de bataille. Il s'inspire des travaux de l'antipsychiatrie française et publie dans la revue "Chimères".

Certaines féministes parlent aussi de guerre contre le patriarcat. Comme : "putain de guerrières".

Bref quand je regarde les camarades autonomes ou les camarades des JR, je ne vois pas la haute intelligentsia ouvrière, l'avant garde éclairée, l'anarchisme pur de la FAI le fer de lance de la lutte, je vois des individus sincères ni plus ni moins paumé.ées que moi. Et même très sympa quand on discute avec elleux.

Par contre je trouve que la tentation avant gardiste est un éternel problème chez nous. C'est un peu dans notre ADN ontologique de révolté.ée. Les camarades femmes m'ont apprise à la fermer à l'oral et à l'ouvrir à l'écrit, mais à l'ouvrir de manière plus respectueuse, plus polie, plus conviviale (du moins j'essaye).

Je recommande aux situationistes qui balancent de la société du spectacle à tout va de lire le "Traité de savoir vivre à l'usage des jeunes génération" de Raoul Vaneigem, l'autre situ. Et aussi d'arrêter de faire l'amalgame entre communication et spectacle, Debord lui même n'a-t-il pas passé sa vie à communiquer, détourner des codes et travailler à vivre de potlacht ?

Des anarcha-féministes comme Neala Schlebling on critiqué cette vision très française, parisienne et masculine de crier à l'abolition du travail. Ici (en anglais) : https://libcom.org/library/AbolitionWorkMythNealaScleuning

(ou de la valeur travail comme les néo-situationistes de la revue Krisis, ici : http://www.palim-psao.fr/)

J'ai comme l'impression que dans tous les milieu militants que j'ai fréquenté, y'a toujours ce même problème qui est un problème de société général : on a tellement vu la merde de la science bourgeoise qu'on a arrêté de croire en la science.

Du coup on s’imagine que tel ou tel auteur.trice est la grande révélation universelle...

Bisous, prenez soin de vous en ces temps de réclusion.

> NOUVELLE PERMANENCE SOLIDAIRE

Désormais nous pourrons récolter vos dons au 17 rue Paul Bellamy, les Lundis et Jeudis de 16h à 19h !

Vous pourrez venir déposer :

- Produits alimentaires
- Thermos
- Produits d’hygiène
- Matériel de protection sanitaire
- Emballages à usage unique

Face au virus comme face à l’Etat, Autodéfense Populaire !

> S'attarder sur les maux

Des valises sans poignées qui viennent cracher à la gueule de celleux qui se démènent pour apporter un peu de solidarité à des ami·e·s qui en ont besoin… À lire cet appel pour une autodéfense sanitaire, ajoutons que ces « brigades », elles, agissent avec éthique et ne s’attardent pas sur les mots mais sur les maux. Leurs détracteurs devraient en faire autant.

> APPEL AUX COUTURIÈRES ET COUTURIERS SOLIDAIRES !

Les livreurs et livreuses à vélo, sans contrat ni couverture sociale sont contraint.es de travailler malgré le risque sanitaire. Surexposé.es au virus sans protection, ils et elles sont totalement abandonné.es par l'État.

Face à ce constat, les Brigades de Solidarité Populaire appellent toutes les personnes qui le souhaitent à confectionner des masques en tissu et à les apporter les mardis et vendredis entre 16h et 19h au 24 de la rue fouré ou les lundis et jeudis aux même horaires au 17 rue Paul Bellamy à l’occasion de nos permanences solidaires.

Les brigadistes se chargeront ensuite d’organiser la distribution de ces masques à ces personnes qui travaillent sans cette protection pourtant nécessaire.

Merci à toutes et tous pour vos contributions solidaires !"

> DES NOUVELLES DES BRIGADES

A ce jour, notre Brigade nantaise compte 40 brigadistes ! Forts.es de notre énergie collective, nous poursuivons nos actions de solidarité grâce à vos dons mais aussi à l’élargissement de notre réseau : B17, un lieu collectif autogéré qui réunit des associations et des groupes politiques locaux nous ouvre ces portes pour mettre en place une nouvelle permanence solidaire qui se tient les lundis et jeudis de 16h à 19h !

Depuis le début de la semaine, une centaine de repas ont été cuisinés et distribués aux personnes à la rue. Les cuisines des CEMEA nous permettent de confectionner des menus mais aussi de trier, désinfecter et stocker les produits alimentaires que nous récupérons. C’est aussi dans ces locaux que nous préparons les colis alimentaires que nous distribuons. Une quinzaine de colis ont d’ailleurs été livrés cette semaine mais faute de pouvoir accéder à l’argent de notre cagnotte, bloquée par le Pot Solidaire, nous avons du faire une pause dans nos distributions. Nous espérons pouvoir reprendre rapidement ces livraisons d’autant que les besoins sont malheureusement grands. En effet, la situation dans les quartiers populaires de la ville est préoccupante puisqu’un nombre croissant de familles et personnes isolées, fragilisées par la dégradation de leurs conditions de travail depuis le début du confinement où précarisées par la perte de leur emploi où la baisse de leurs revenus, sont en souffrance alimentaire.

Face à cet abandon de l’État et à la violence de sa police, restons solidaires des classes populaires qui subissent de plein fouet cette crise sanitaire, organisons l’autodéfense sanitaire !

#SeulLePeulpeSauveLePeuple
#LeVirusCestEux