Mardi, j'arrête le confinement

Mis a jour : le dimanche 29 mars 2020 à 14:55

Mot-clefs: coronavirus
Lieux:

Mardi, j’arrête le confinement. Je vais marcher dans les rues, prendre le soleil, gueuler, aller au parc.

Parc-medium

Depuis deux semaines, je me sens coincé entre deux peurs. La peur du virus, bien sûr. Pas forcément la peur individuel, je suis jeune et en bonne santé et je compte bien lui survivre. Non, plutôt peur que pleins de gens meurent, que les hôpitaux soient saturés, peur que se soit en partie à cause de moi. Peur, que si je fais pas gaffe, ça peut blesser d’autres personnes.

Et puis la deuxième peur. Celle de la police, des nouvelles lois sécuritaires, du nouveau pas franchis vers une société toujours plus totalitaire. À un moment, tout se mélange dans ma tête. Je reste enfermé seul chez moi. Je ne sais plus moi-même si c’est à cause du virus ou à cause de la police.

J’ai commencé à me confiner samedi 14, au soir. Quand Macron a recommandé de rester chez soi. J’en ai rien à foutre de Macron. Mais je pense qu’il faut des mesures collectives. Des mesures qu’on applique tou.te.s pour s’en sortir ensemble. La période d’incubation semble durer environ six jours, avec peut-être une possibilité de monter jusqu’à 14 jours. Qu’est ce que c’est que c’est que 14 jours dans une vie ? Je me suis dit « ok », je reste confiné 14 jours. Ces 14 jours finissent samedi soir. Mais bon, le confinement est plus efficace si tout le monde le fait en même temps. Beaucoup de gens ont commencé seulement mardi, alors, je tiendrai jusqu’à mardi.

Mardi, j’arrête le confinement. Je ne suis pas médecin. Peut-être que 14 jours, c’est trop court. Peut-être qu’il faudrait plus. Mais je ne peux pas décider ça tout seul. Lundi dernier, Airbus a recommencé le boulot. J’ai jamais bossé chez Airbus. J’imagine que c’est un grand atelier. J’imagine que plus de cinq personnes travaillent en même temps dans l’usine. J’imagine qu’il n’y a pas des sanitaires persos réservés à chaque employé.e. Je comprend pas. Quelle urgence y a-t-il à construire des avions à un moment ou des gens risquent d’en mourir ? Pourquoi ne pas attendre, deux mois, trois mois ? Je suis personnellement prêt à ne plus prendre l’avion pendant 6 mois si ça peut sauver des vies !

Je ne suis, ni le patron d’Airbus, ni l’État qui l’a autorisé à rouvrir. J’ai du respect pour la vie humaine. Je vais continuer à ne pas m’approcher des autres humains, je ne vais pas rendre visite à des ami.e.s, je vais éviter d’utiliser des toilettes publiques.

Par contre, je n’ai pas de respect pour les fantasmes autoritaires de celles et ceux qui ont eux-même provoqué la crise sanitaire. Car oui, ils l’ont provoqué. En refusant d’arrêter le trafic aérien avant que le virus n’arrive dans l’hexagone. En laissant les hôpitaux publics se dégrader. En négligeant les stocks de masques. En n’anticipant pas le besoin de tests de dépistages. En forçant les ouvriers du bâtiment à reprendre le travail. En autorisant pleins d’autres usines à maintenir leur production.

Tant qu’Airbus fonctionnera, je sortirai de chez moi, je marcherai au soleil, j’irai dans les parcs et sur les plages.

Je sais qu’il y aura la police en face de moi, et qu’ils ne seront pas tendre. Je sais aussi que si je reste chez moi paralysé par la peur, je pourrais aussi bien en crever.

Commentaire(s)

>  en suisse

je suis d'accord avec ça !
quand on voit les flics traquer des personnes seuls sur des plages c'est tellement débile.
ils préfèrent que tu fasses semblant d'avoir des courses a faire pour sortir, et risquer pour le coup de croiser beaucoup plus de personnes.
on devrais effectivement plus sortir sur les sentiers, les quai, les parcs, les forets et tous les grands espaces où on est pas obligé de se serrer.
le pays a les moyens et pleins de labo pour produire des tests.
c'est un choix facile de nous enfermer et c'est pas un choix sanitaire.
le gouvernement ne fait pas de choix sanitaire, seulement politiques et économique.

de toutes façon les vieux ne sont pas protégés en epah ou a domicile (ou les seuls personnes qu'ils voit sont des soignants ou aides qui ont pas assez de masques pour que cela soit suffisamment efficace), les soignants et tous les malades ne sont pas protéger a l’hôpital.

la peur reste bien les flics.

en suisse les personnes sont libre dans leurs déplacement solitaire personnel, la moindre des choses effectivement

> oui

Pour vous ballader éthique (cad en faisant de votre mieux pour ne pas diffuser le virus) en toute légalité formelle : les attestations sont déclaratives, donc n'hésitez pas à les utiliser selon vos besoins (votre adresse est déclarative, votre heure de début de sortie est déclarative).
S'agissant d'une infraction donnant lieu à une amende : c'est le luxe des riches que de se ballader sans craindre de raquer 135balles, c'est le luxe des débrouillard.e.s que de sortir en rusant avec les formalités.

> Amendes

Ne pas se soucier des amendes, c'est le privilège des riches, ET des pas-solvables qui ont renoncé.e.s a payer leurs amendes.

Héhé.

> Appelé au non confinement, privilègié de riches

Vos appels à vous les privilégié à sortir du confinement alors que des pays entier subisses la contamination sans avoir le lux de se confiné pour baucoup. vous pensez même pas à ceus qui sont dehors pas par choix, vous allez aussi contaminé si vous avez le virus alors que vous pouvez rester chez vous. vous etes privilégiés et égoiste.

> Pourtant la plupart des travailleuses et travailleurs pauvres ne sont pas confiné.e.s

Alors c'est toujours un privilège de riche ?

"vous pensez même pas à ceus qui sont dehors pas par choix"

pourtant c'est exactement ce dont ce texte parle:

"Lundi dernier, Airbus a recommencé le boulot. J’ai jamais bossé chez Airbus. J’imagine que c’est un grand atelier. J’imagine que plus de cinq personnes travaillent en même temps dans l’usine."

Arrete donc de troller

> @ bleurp

Les travailleurs et travailleuses de chez airbus que tu dis soutenir en appelant au non-confinement appellent iles au non confinement de leur coté? Est ce qu'ils et elles t'ont demandé de les aider par ton action? Cet argument du "puisque certain.e.s sont exploités et "forcées" d'aller bosser (dans l'aéronaval et donc l'armement...), cela justifie la fin du confinement" est il recevable?
As tu les mêmes arguments pour défendre les personnes qui bossent en réanimation?
Si oui, sont elles ou seraient elles d'accord avec toi?

Est ce que c'est troller de ne pas être d'accord avec toi?

> Réponses aux commentaires

Je ne suis pas contre le confinement. Je pense que ça peut être une mesure efficace pour diminuer l'épidémie.

Je suis contre le confinement à géométrie variable. En temps de crise, comme en temps normal, les politiques publiques nous échappent complètement, et les mesures contre l'épidémie sont décidées par en haut en fonction de l’intérêt du capitalisme.

Si ces mesures étaient raisonnables, on pourrait s'en incommoder. Là, je trouve que l’État assume un peu facilement le gouffre entre le contrôle total des individus et la dispense complète des mesures de confinement au nom de l’intérêt supérieur de l'économie.

Je suis pour le confinement. J'aurai donc pu choisir de me confiner avant même la déclaration de Macron du samedi 14 mars. Mais quel sens ça a de se confiner tout seul ? Si je m'étais confiné une semaine avant tout le monde, est-ce que ça aurait vraiment ralenti la propagation de l'épidémie ? Je ne pense pas. J'ai attendu la déclaration de Macron, malgré ma confiance très limité dans l’État parce que je ne vois du sens dans cette mesure que si elle est collective. Qui d'entre vous s'est confiné.e une semaine avant les autres ? Si maintenant l’État dit "celles et ceux qui travaillent dans le bâtiment, ou à Airbus, ou dans n'importe quel secteur où illes sont utiles aux profits des actionnaires, doivent reprendre le boulot", je ne suis pas d'accord. Je pense que ça fait perdre son sens au confinement.

Je ne parle pas de prendre des risques, je ne vais pas m'entasser dans les transports en commun aux heures de pointes, je ne vais pas me changer dans des vestiaires collectifs comme sont obligés de le faire beaucoup de gens qu'on oblige à travailler pendant le confinement. Je vais me promener, seul, dans les parcs. J'ai l'impression que le niveau de risque individuel que je vais prendre sera très inférieur à celui que l’État fait prendre aux gens en les obligeant à retourner travailler.

C'est vrai que je n'ai pas demandé aux salarié.e.s d'Airbus ce qu'illes en pensaient. J'espère que de sortir de chez moi, pourra être l'occasion de discuter avec des gens forcé.e.s de bosser pour savoir ce qu'illes en pense. Après, même s'illes pensent que c'est une excellente idée, je risque de ne pas être convaincu.

J'ai quand même vu le témoignage d'une salariée de l'aéro-nautique qui m'a pas mal fait réfléchir et qui a contribué à m'inspirer ce texte.

C'est ici : https://nantessouscoronavirus.noblogs.org/post/2020/03/21/epidemie-de-coronavirus-temoignage-dune-travailleuse-de-lindustrie-aeronautique/

> moi moi moi

l'individualisme mortifére et sot transpire à chaque ligne de ce texte.
Je vais me promener, seul, dans les parcs. J'ai l'impression que le niveau de risque individuel que je vais prendre sera très inférieur à celui que l’État fait prendre aux gens en les obligeant à retourner travailler.""
l'argument stupide de la double peine: y en qui font pire donc ça justifie ma saloperie individuelle.
parecque c 'est moi ,moi ,moi et les autres que je croise,je m'en fous.
Ha si tout le monde se conduit en individu seul et fait comme moi ?
ben oui on est mal barré,on va engendrer une contamination globale et mortelle.Mais je m'en fous.
et puis c 'est moi hein pas les autres ,que moi !!

je trolle là ?

"

> @ Parc

"Je suis pour le confinement. J'aurai donc pu choisir de me confiner avant même la déclaration de Macron du samedi 14 mars." Et puis tu t'interroge sur le sens de se confiner tout seul... Perso, je me suis confiné la semaine d'avant qu'on nous l'impose. Je pensais sur le moment que le capitalisme et donc Macron, qui n'appelait alors pas au confinement et trainait grave des piéds, n'avait qu'un seul intérêt (l'argent) qui allait à l'encontre de la vie des gens (comm' d'hab'...). L'exemple de l'Italie était déjà là et je me disait que le virus était déjà bien présent et que je devais me protéger pour moi, mais aussi pour mes proches. Je n'avais pas du tout confiance dans ce que j'interprétais comme du dénie intéressé: le retard de décisions des dirigeants français. Je pense que plus de militantEs auraient du se positionner pour un confinement solidaire bien avant au lieu d'attendre comme de bons citoyenEs que ce soit imposé, surtout si c'est pour après se positionner en appelant (à demi mots, tout en se disant contre le confinement) à sortir (en faisant gaffe... ce qui est impossible quand on est trop).
je crois donc que cette volonté affichée de sortir du confinement est relavivement puérile et va à l'encontre de nos intérêts à toutes et tous, cad de notre santé (pour nous même et non pas pour nos "qualités" de producteurs consommateurs). Bien entendu, le capitalisme et le néo-libéralisme macronien tenteront tout pour toujours mettre à leur avantage toute situation quelle qu'elle soit. C'est un principe immuable. De la même façon qu'ils trainaient les pieds pour inciter au confinement, maintenant qu'ils sont obligés de regarder les choses en face, ils nous l'imposent, tout en imposant à cetainEs d'aller bosser (pour l'armement par exemple) et en en profitant aussi pour avantager leur camp par les lois qu'ils attendaient de pouvoir faire passer. Ce qui était largement prévisible.
C'est pas en faisant du contrisme primaire que tu vas changer la donne. C'est une perte de temps et d'énergie et ça peut même être dangereux quand tu en fais de la publicité. En plus je trouve que ça décrédibilise gravement la lutte par son aspect puéril et c'est démotivant. Garde plutôt toute ton énergie (et ta santé) pour un trouver une direction plus efficace et plus constructive à la lutte.
Je ne suis pas pour autant pour un enfermement total sans autonomie de décision. Si des personnes veulent ou doivent sortir et qu'elles n'ont pas envie d'en informer les keufs, qu'elles le fassent (en prenant toutes les précautions indispensables). Elles peuvent même très certainement se rendre utiles hors de chez elles. Mais appeler au non confinement (tout en se disant pour le confinement, même en solidarité avec des travailleurEUSEs "forcéEs"), c'est juste incompréhensible, voir dangereux.

> Foutage de gueule

Je pense que le confinement est plus là pour nous casser psychologiquement que comme une mesure sanitaire.

Pas de masques, pas de lits, pas de mesures sanitaires.
Des flics déployés partout en seulement 24 h, des violences, des amandes à gogo, de la répression.

L'Etat fasciste matte le le peuple et s'esn fou de la crise sanitaire en vrai !
alors pas mal de commentaires à la con, ça me fou la haine.

Salutations.

> Manque de perspectives

Bah en vrai, je me sens pas mal paumé.

C'est vrai que j'ai écrit ce texte tout seul et que je pars de mes ressentis personnels et je trouve pas ça très satisfaisant. Mais j'ai l'impression que c'est aussi une conséquence du confinement, l'isolement. Je préférerai me raccrocher a des initiatives collectives, mais j'en vois pas trop.

Et la, ça me fait peter un plomb de voir que les gens d'Airbus sont forcés de bosser. Et je me sens impuissant face a ça. Je me dis que si c'est possible, c'est que quelque part, on laisse faire ça, et je sais pas comment ne pas laisser faire.

> Sale temps...

Je comprends ta réaction Parc et je respecte ton engagement actif. On est toutes et tous désemparéEs par ce qui nous tombe dessus, que ce soit la pandémie ou bien les attaques du pouvoir, qui bien entendu en profite et utilise la stratégie du choc... Tu essaies de ton coté de faire quelque chose et c'est pas mal je trouve. C'est généreux et courageux de ta part. Juste que après bien des réflexions, je ne suis pas d'accord avec les appels au déconfinement.
De mon coté, cette situation que je trouve dramatique me rend très triste tout en me révoltant encore plus.

Nous savons bien pourquoi on en est arrivéEs là et d'ou vient ce virus, conséquence flagrante de l'acharnement toujours croissant du capitalisme et du libéralisme! La mise à terre organisée des différents systèmes de soins dans chaque pays par les politiques libérales est trop désastreuse pour qu'ils puissent faire face comme ils le devraient. Etc.

Peut être qu'il nous faut attendre de ne plus être sous le choc de ce qui nous arrive pour s'organiser (sans trop trainer c'est sur...). En attendant, ça n'empêche pas d'échanger quand c'est possible et surtout de prendre soin les uns des autres (et de soi). Les énergies vont finir par revenir et les réflexions individuelles s'agréger au fil des partages et discutions, c'est indispensable si on veut survivre. Plein de textes sont écrits chaque jour et des idées pour nous défendre commencent à apparaitre.
Macron et son entourage ne sont pas hyper à l'aise dans leurs pompes et sont de moins en moins crédibles et de plus en plus critiqués. ça peut vite se retourner contre eux leurs attaques frontales. Ou en sont ils dans la réalisation de leurs belles promesses? Belloutet et sa décision bien fourbe de rallonger la durée des détentions provisoires, alors que les prisons sont surpeuplées, s'en prend pas mal dans la gueules par les partis d'opposition, etc...
Si déjà on dénonce autant que possible toutes les salopperies et l'amateurisme de ces connards, ça peut fédérer du monde et ça évite aussi que ce ne soit que les partis politiques qui s'emparent du sujet, surtout certains partis bien craignos!
Les personnes les plus exposées et les plus exploitées sont sans doute les soignantEs, en hépad ou en hopital et même en soins externes. Celles et ceux qui sont obligéEs d'aller tafer en usine ou dans des conditions de merde, sans protections sont aussi bien dans la merde (je ne t'apprends rien...), et plein de personnes vont se retrouver dans des situations dramatiques d'ici pas très longtemps, s'ajoutant à celles qui existes déjà.
Il nous faut rester en forme, mobiliséEs et solidaires autant que faire se peut. Il existe sans doute d'autres initiatives que le déconfinement pour créer du soutien. Peut être dans un premier temps, nouer des contacts...(?)
Bon courage à toutes et tous.

> @ Kassandra

Il faut se placer du côté de ton adversaire pour comprendre ses décisions. Plutôt que la solution évidente et bien intériorisée par l'ensemble de l'humanité à l'heure actuelle, c'est-à-dire la répression et la punition, comment faire en sorte qu'une décision aussi massivement collective que celle du confinement soit respectée par tout le monde ?
C'est une inversion classique des causes et des effets que tu dépeins là, pas une analyse logique de la situation. Alors oui, bien sûr que les vendeurs de drones vont en profiter pour proposer leurs jouets aux administrations, bien sûr que les smartphones étant répandus la solution du back-tracking allait être questionnée. Et bien sûr que les effets de cette crise vont être quantifiés et analysés. C'est une superbe expérience sociale qui se produit là, avec l'appui de données, de sondages, d'archives médiatiques, etc, qui servira à l'avenir à la science, à un pan du spectre politique ainsi qu'à l'autre pan : comment les populations réagissent à des consignes gouvernementales, est-ce qu'elles ont plus confiance en les administrations ou en les sphères médicales, quelles sont les endroits où les amendes pour non-respect du confinement sont les plus fréquentes, ...

La question, c'est : qu'est-ce que nous devrions faire CONCRÈTEMENT pour s'organiser et pouvoir être le plus efficace face à une crise du même acabit, sans céder aux sirènes de l'autoritarisme, de la hiérarchie verticale et de la déresponsabilisation de chacun.e vis-à-vis d'une autorité centrale ? Et ça, c'est une question qui doit être accessible à tou.te.s, pas qu'aux "militant.e.s" spécialistes de l'indignation et du campisme. La théorie de l'État le grand méchant qu'il faut renverser sans essayer de comprendre sa logique, elle mène au mur, pas à construire un autre monde. La révolution se passera bien du culte de la médiocrité de la pensée.

> Re à demande de précision.

Des bars clandestins en sous-sols ...

Désolé, tu me prends de cours, j'ai 50 mails et 10 articles à lire chaque matin.
Et ta critique de mon post est trop générale !

J'ai répondu sur le post de quelqu'un qui se prends pour la fille dans "kill bill" et veux zigouiller les pas trop pro-confinement.
Je pense que ça te permettra de voir ce que je pense en plus argumenter.
Après on pourra discuter de chose précise selon mes moyens en temps très limités .. genre :
- Pq le gouvernement peux payer des milliers de drones et des centaines de milliers de condés et pas quelques millions de masques ?
- Pq un dimanche, le virus est inoffensif et le lundi qui suis il est plus redoutable que la peste pulmonaire ?
- Pq l'euthanasie est interdite, et sous CoViD on peut sédater à mort les gens en EHPAD juste parce qu'ils ont peut-être le CoViD mais on n'en sais rien en fait.
- Pq les gens à la rue c'est cool de les laisser propager le corona au lieu de les loger.
- Pq 3 à 6 mois de confinement alors que d'autres pays préfèrent le "tout sanitaire" avec de meilleurs résultats.
-etc..

> De Kassandra

Copié-collé de ma réponse à samsam :

tu lis, tu me repose une ou deux question si tu veux, pas dix ... je suis overbooké.

******

J’adhère au propos "Macron nous voilà".

J'ai réfléchi dans mes nuits torturées, tu vise plus les riches que le peuple, mais tu vise quand même le peuple !
Tu ne connais rien en épidémiologie ni en virologie, pire, tu oublie de réfléchir.
Je peux comprendre ta détresse mais pas ta façon de t'exprimer ! Elle est innacceptable !
Tu aime "kill bill" ? .. confine toi ne serais-ce que deux heures dans un cerceuil voir ce que ça fait !
Je n'ai pas lu de réponse au commentaires pertinents qui te sont posés, le mien non compris, vu que je conçois ne pas avoir pris la peine d'argumenter beaucoup !

Cher "sam", en l'absence de réponse satisfaisante, nous ne serons sans doute pas "amis", ni "camarades" effectivement !

Sache que le confinement est de 45 jours en stade épidémique ! Le fait que les gens fasse un tour n'y change rien.
Un confinement en stade endémique - soit décrété en février est de 15 jours ! .. J'ai eu les infos et je savait le lundi midi avant le décret que le confinement durerais 45 jours + ou - une semaine !
Tu accuse les gens, peut-être vis tu dans 200 m2 ? peut-être n'a tu aucune propension à la claustrophobie ? peut-être est tu perdu par la manipulation médiatique ? peut-être ne vis tu pas seul le confinement ?
Toujours est-il que tes propos me sont inacceptables !

Je n'aime pas ce que je vais user comme argument !
Je suis une personne fragile face au virus, je ne blâme pas les gens qui sortent ! Je sors moi même faire "ma promenade de prisonnier" quasi chaque jour !
Ce dont j'ai le plus peur, ce n'est pas du virus, même si il est 2 à 4 fois plus dangereux que la grippe !
Ce que je crains, c'est le totalitarisme qui se met en place !

D'ailleurs, tu parles de confinement !
Quel confinement !?
J'ai des amis qui bossent à des taches très secondaire en usine dans des ateliers à 15 ou 20 !

Oui, j'ai la gerbe, je comprends un peu plus ton point de vue, mais j'ai malgré tout plus la gerbe de ton texte qu'hier !
Par pitié .. réfléchit quand tu écrit !

La peur est l'essence du fascisme !
Ne l'oublie jamais !

Kassandra

> Résultat ?

Alors peu tu nous dire si tu as vraiment arrêté au bout de 3 semaines le confinement. Si oui, comment ça c'est passé, et si tu as eu des ennuis.

Amicalement.
Je soutiens ton choix face à l'arbitraire.