no border féministe "Toutes aux frontières"

Mis a jour : le jeudi 30 janvier 2020 à 12:24

Mot-clefs: immigration
Lieux:

Appel pour un no border féministe "Toutes aux frontières" en octobre 2020

Action féministe contre les frontières européennes. Rejoignez-nous !

Depuis 2015, la politique européenne de la fermeture des frontières établie dans les années 90 a été renforcée et la mobilité des populations migrantes d'autant plus criminalisée. L'espace Schengen, ouvert aux élites internationales, ne cesse de renforcer un arsenal répressif à l'égard des personnes contraintes à l'exil. La non-liberté
de déplacement a des effets lourds pour les groupes sociaux qui subissent dans leurs pays d'origine aussi bien les conflits que la pénurie, les persécutions et/ou les violations de leurs droits fondamentaux. Ces effets pèsent notamment sur les femmes, qui représentent 54% des migrations européennes, ainsi que les lesbiennes et
personnes trans qui sont également la cible des violences sexuelles et sexistes. Les fermetures des frontières ne font que renforcer le développement des économies mafieuses dans lesquelles les violences économiques, physiques et psychologiques s'articulent aux violences sexistes et sexuelles.

 

Nous, féministes habitantes de l'Europe, de toutes les conditions sociales et de tous les âges, quelques soient nos provenances, nos luttes, nos choix, nos mondes... Nous, féministes en lutte, sommes totalement opposées aux politiques de criminalisation de la mobilité incarnées par la fermeture de frontières absurdes. « En tant que femme
je n'ai pas de pays. En tant que femme je ne désire aucun pays. Mon pays à moi, femme, c'est le monde entier » disait Virginia Wolf, philosophe féministe. Parce que les frontières politiques sont aussi une construction virile et militariste, issus des guerres, des violences, des morts. Pour rompre avec cette histoire, il est urgent de créer des
espaces de résistance et de solidarité pour lutter ensemble. Nous sommes en train de le faire. Mais il faut aussi lever nos voix pour dire « Non ! Vous ne nous représentez pas... Ces politiques ne peuvent être menées en notre nom ! Nous ne voulons plus de vos forteresses qui nous entourent !
Non ! »

Les politiques migratoires se font à l'échelle européenne : notre résistance doit également se faire à cette échelle. Il est grand temps de déployer nos forces pour rendre visible ce qui ne l'est pas.

Pour cela, nous allons organiser une grande action féministe à la frontière de Vintimille-Menton, les 17 et 18 octobre 2020.

Cette action a été décidée, du 27 au 29 septembre 2019 à Genève, pendant la rencontre européenne "femmes, migrations, refuges", grâce à l'initiation de la Marche Mondiale des Femmes / Suisse, avec l'objectif de consolider une solidarité active entre femmes et de donner corps à un réseau européen de résistances. Pas moins de 263 militantes se sont ainsi retrouvées pour travailler ensemble, s'écouter, échanger, décider.

A la fin de cette rencontre historique, nous avons décidé d'organiser une grande action féministe, à l'échelle européenne : l'occupation des frontières à Vintimille-Menton, les 17 et 18 octobre 2020, pour veiller une nuit. Nous allons mettre en place diverses activités sur le thème des frontières et autres thématiques liées à la migration. Vous pouvez proposer des concerts, films, théâtre etc. pour populariser l'idée que les frontières ne doivent pas empêcher la libre circulation des personnes, quelle que soit leur origine, leur statut et leurs raisons de voyager. Des délégations d'élues de différents pays européens pourraient être invitées afin de relayer les messages dans le monde de la « politique institutionnelle ». Afin d'être le plus large possible, nous avons opté pour un appel à soutien ouvert, en demandant également leur appui à des institutions et en nous adressant aussi au monde de la culture.

Cette action sera une action féministe, pensée et organisée par les femmes, les lesbiennes et les personnes trans. Les autres seront bienvenus pour aider à la logistique et nous soutenir dans cette démarche émancipatrice.

Nous sommes déjà en train de constituer une coordination transnationale et des coordinations locales en Italie, en France, en Suisse, en Belgique... Et plusieurs autres. 

Nous vous invitons à nous rejoindre, pour organiser ensemble cette action pour :

- dénoncer les violences faites aux femmes, aux lesbiennes et aux personnes trans, avant, pendant et après leur parcours migratoire

- exiger un accueil digne et la reconnaissance des motifs d'asile spécifique aux femmes, aux lesbiennes et aux personnes trans.

- exiger l'arrêt de la criminalisation de la migration qui renforce les réseaux de traite notamment.

Souhaitez-vous faire partie de l'organisation ?

Pourriez-vous apporter un soutien officiel ? Un soutien financier ?

Pourriez-vous créer des collectifs locaux pour co-organiser cette action et préparer vos venues, proposer des activités de toutes sortes pour créer, penser, chanter, danser le monde comme nous le rêvons. 

Nous nous réjouissons de recevoir une réponse de votre part à envoyer à toutesauxfrontieresfr(at)gmail.com dès que possible.

La mer de nos rêves est immense et aucune frontière ne pourra la scinder!

La Coordination de l'action « Toutes aux Frontières »

 

EN-----------------------------------------------------------

Call for a Feminist action against European borders in October 2020. Join us!

 

Since 2015, the European policy of closing borders established in the

1990s has been reinforced and the mobility of migrant populations has

been criminalized even more. The Schengen area, open to international

elites, is constantly reinforcing a repressive arsenal against people

forced into exile. Non-freedom of movement has serious effects on social

groups who suffer in their countries of origin from conflicts as well as

from shortages, persecution and/or violations of their fundamental

rights. These effects particularly affect women, who account for 54% of

European migration, as well as lesbians and trans people, who are also

targets of sexual and gender-based violence. Border closures only

reinforce the development of mafia economies in which economic, physical

and psychological violence is combined with gender-based and sexual

violence.

 

We, feminists living in Europe, in all social conditions and of all

ages, whatever our origins, our struggles, our choices, our worlds...

We, struggling feminists, are totally opposed to the policies of

criminalisation of mobility embodied by the closure of absurd borders.

"As a woman I have no country. As a woman I desire no country. My

country, woman, is the whole world" said Virginia Wolf, feminist

philosopher. Because political borders are also a virile and

militaristic construction, born of wars, violence and death. To break

with this history, it is urgent to create spaces of resistance and

solidarity to fight together. We are in the process of doing so. But we

must also raise our voices to say "No! You do not represent us... These

policies cannot be carried out in our name! We no longer want your

fortresses around us! No!"

 

Migration policies are made on a European scale: our resistance must

also be made on this scale. It is high time to deploy our forces to make

visible what is not.

 

To do this, we are going to organize a big feminist action on the border

of Ventimiglia-Menton, on 17 and 18 October 2020.

 

 

This action has been decided, from 27 to 29 September 2019 in Geneva,

during the European meeting "Women, Migration, Shelters", thanks to the

initiation of the World March of Women / Switzerland, with the aim of

consolidating an active solidarity between women and to give substance

to a European network of resistance. No less than 263 women activists

met to work together, listen to each other, exchange and decide.

 

 

At the end of this historic meeting, we decided to organize a great

feminist action, on a European scale: the occupation of the borders in

Ventimiglia-Menton, on October 17th and 18th, 2020, to keep watch for

one night. We are going to set up various activities on the theme of

borders and other issues related to migration. You can propose concerts,

films, theatre etc. to popularise the idea that borders should not

prevent the free movement of people, whatever their origin, status and

reasons for travelling. Delegations of elected representatives from

different European countries could be invited to relay the messages in

the world of "institutional politics". In order to be as broad as

possible, we have opted for an open call for support, also asking for

their support to institutions and also to the world of culture.

 

 

This action will be a feminist action, thought and organized by women,

lesbians and trans people. Others will be welcome to help with the

logistics and support us in this emancipatory process.

 

We are already in the process of setting up a transnational coordination

and local coordinations in Italy, France, Switzerland, Belgium... and

many others.

 

We invite you to join us, to organize together this action for :

 

- denounce violence against women, lesbians and trans people, before,

during and after their migratory journey.

 

- Demand dignified reception and recognition of the specific grounds for

asylum for women, lesbians and transgender persons.

 

- Demand an end to the criminalisation of migration, which reinforces

trafficking networks in particular.

 

 

Would you like to be part of the organisation?

 

Could you provide official support? Financial support?

 

Could you create local collectives to co-organize this action and

prepare your coming, propose all kinds of activities to create, think,

sing, dance the world as we dream.

 

 

We look forward to receiving an answer from you to send to

toutesauxfrontieresfr@gmail.com as soon as possible.

 


Coordination team for the action « Toutes aux Frontières » (« all at the borders »)

Email Email de contact: toutesauxfrontieresfr_AT_gmail.com

Commentaire(s)

> gmail

Pourquoi faire le choix d'un système mail aussi intrusif ?