Lettre ouverte à nos voisins et pour une ville habitée

Mis a jour : le mardi 7 janvier 2020 à 00:29

Mot-clefs: gentrification urbanisation métropolisation tourisme
Lieux: douarnenez

Chers voisins, récents propriétaires d'un immeuble sur le Rosmeur converti en Airbnb. Nous avons bien lu votre petit mot l'autre jour En allant sortir nos poubelles.

81749647_611397686280709_1807113940832878592_o-medium

Nous sommes vraiment désolés de nuire au bon déroulement de votre commerce en NOUS garant en bas de chez vous (chez nous aussi) pour décharger notre voiture, ou vider nos courses.

Nous ferons en sorte d’éviter de nous garer là pour que vous et votre clientèle puissiez continuer à vous y garer et À sortir vos kayaks pour vos balades de loisirs.

Ceci dit pendant que l'on y est j'en profite pour vous dire quelques mots. Nous sommes persuadés que vous êtes des personnes sympathiques et que comme nous, vous vous êtes installés à Douarnenez car vous aimez cette ville cosmopolite, populaire, vivante et habitée.

Vous comprendrez donc bien pourquoi nous sommes inquiets du devenir de cette ville.

Depuis quelques années, Douarnenez jouit d'une image de cité balnéaire agréable et attire de plus en plus de voyageurs avec qui nous sommes ravis de partager notre ville, son ambiance et ses paysages.

Mais une autre réalité touche aussi notre ville, une réalité qui n'est pas présente dans les plaquettes touristiques et que la mairie cherche À nier.

Cette réalité c'est le mal logement qui existait bien avant le développement touristique récent de la ville mais qui ne fait qu' Empirer de mois en mois.

Il est de plus en difficile de se loger à l'année à Douarnenez, le prix de l'immobilier augmente, les loyers augmentent, des maisons, appartements et immeubles entiers sont convertis en résidences secondaires ou comme chez vous en location meublée touristique, ce qui a pour effet d’amplifier la pénurie de logements et la difficulté d’accès à une habitation aux plus précaires d'entre nous.

Beaucoup de nos amis, certains en famille avec enfant sont contraints d'accepter des baux précaires d'octobre à mai et vont devoir dans quelques semaines ou mois déménager sans solution de relogement pour laisser place à à la location touristique bien plus rentable pour les propriétaires.

Nous ne pensons pas que ce petit mot changera votre projet, même si nous préférerions que les trois appartements refaits à neuf que vous réservez à la location Airbnb servent à nos amis et voisins en galère de logement et qui souhaitent vivre et s'investir dans notre ville , nous préférerions aussi que l'ancien restaurant et sa terrasse vide depuis votre installation puissent redevenir un lieu de sociabilité, un lieu de quartier, ouvert à l'année dans un centre ville que nous souhaitons protéger de la maladie des stations touristiques, l’ouverture uniquement saisonnière .

Malgré cela nous ne vous rendons pas responsable de la situation de la ville, nous sommes conscients que des années de politique municipale insuffisante en matière de logement sont bien plus responsables des 1200 logements vides et de nos galères, nous pensons aussi qu'une vision d'un développement économique basé uniquement sur le tourisme ne fera que créer plus d'inégalités et d'exclusion particulièrement en matière de logement.

Mais nous ne voulons plus invisibiliser ces situations de mal logement à Douarnenez et nous sommes certains que vous comprendrez les difficultés que nous rencontrons et la démarche sincère qui nous anime.

Nous voulons une ville ouverte, où il est possible de s'installer et de s’engager, nous ne voulons pas d'une ville réservée aux riches, aux spéculateurs, à l'économie touristique.

Douarnenez on y vit, on y reste !!!