Procès d'un anarchiste à Poitiers

Mis a jour : le mardi 17 décembre 2019 à 19:33

Mot-clefs: Répression
Lieux: Poitiers

Suite à l'interpellation du matin du jeudi 12 décembre aux abords du lycée victor hugo, un anarchiste passe en procès accusé de rébellion, dissimulation du visage pendant un attroupement et refus de fichage (empreintes et photos).

Le compagnon est convoqué jeudi 9 janvier à 14h, au tribunal correctionnel de poitiers (4 boulevard de lattre de tassigny, ancien lycée privé des feuillants). En vue de ce procès, que chacunE exprime sa solidarité de la manière qui lui semblera la plus adaptée, sans récupération politique, hors de toute démarche de faire croître sa puissance ou son organisation. La répression vise à démoraliser, briser les élans de révolte. En face, la solidarité est une arme pour refuser l'isolement et ne pas laisser la justice condamner en paix. La solidarité c'est aussi l'attaque. Solidarité avec les anarchistes et anti-autoritaires sous enquête, en procès, enferméEs et en cavale. Vive les rébellions ! Vive les visages dissimulés ! Vive les refus de fichage ! Vive l'anarchie !

Commentaire(s)

> « hors de toute démarche de faire croître sa puissance »

« hors de toute démarche de faire croître sa puissance »

je ne comprends pas cette phrase

> Puits

Puissance, qui apporte du pouvoir : qu'une ou plusieures structures militantes, associatives ou encore partisanes, tant les "véridiques" comme les "imaginaires", profitent pour en tirer un bond quantitatif en adhérent.e.s, en "forces" ou en crédules. Bref, en chair à cannon.

Je crois que ce texte tend plutôt à suggérer des formes multiples de se solidariser avec le compagnon, plus franches que celles des strategies antirep qui victimisent et/ou innocentisent;
qui d'ailleurs sont pratiquement les seules que ces structures militantes, associatives ou encore partisanes se disponibilisent à visibiliser.