Le Mans - 14 déc : les fafs en toute impunité

Mis a jour : le dimanche 15 décembre 2019 à 22:29

Mot-clefs: antifascisme
Lieux: lemans sarthe

Hier soir, après leur pitoyable marche aux flambeaux pour pleurer la monarchie et bien après le rassemblement antifasciste qui s'est tenu au même moment, une centaine de FAFS de toute la france - dont au moins un néo-nazi revendiqué -, invités par l'Action Française du Mans, cagoulés, casqués et armés de battes et d'outils en tout genre ont pris les rues du Mans pendant plusieures heures et en toute impunité.

Ils ont commencé par rôder dans le centre ville par petits groupes pour repérer les lieux puis se sont rassemblés pour défiler dans le centre ville en chantant leur répertoire putride et en ont profité pour tabasser au moins un jeune rebeu qui fêtait l'anniversaire de son pote, et probablement bien d'autres dont on entendra pas parler (les témoignages sont les bienvenus!!).

Non contents de s'en prendre à des personnes pour des motifs ouvertement xénophobes, ces fascistes ont saccagé la terasse du Lézard et brisé leur vitrine pour terroriser la clientèle, le Lezard étant un bar réputé de gauche. Ils s'en sont pris également à un petit groupe d'antifascistes rassemblé.e.s devant le Barouf à coup de jets de tables, de chaises et de bouteilles en verre (saccageant au passage la terrasse du Heaven's café, un bar LGBTI, ainsi que celle du Temple bar.). Apres avoir semé la haine et la terreur dans les rues pendant des heures, la police - que les médias locaux se sont empressés de saluer comme les héros du jour - s'est décidée à en gazer quelques-uns et à laisser repartir les autres. Sur une centaine d'agresseurs avérés, dont les déplacements ont étés suivis en directe par la police via le dispositif de vidéo surveillance tellement nécessaire pour notre sécurité (hahahaha) 5 fascistes ont été interpelés.

Où sont les 20 prétendues interpellations que la police a revendiqué hier soir?? Et des centaines de fascistes cagoulés et armés qui sèment la terreur et attaquent des personnes civiles pour des motifs politiques ou racistes, on appelle ça comment??

Et ils sont où les medias, eux qui aiment tellement crier au terrorisme quand il s'agit d'alimenter l'islamophobie??

Elle est où la répression quand il s'agit pas des populations les plus précaires qui se battent pour leur droits??

Ils sont où les canons à eau et les matraquages en règle quand il s'agit pas de gilets jaunes?

Elle est où la BAC quand il s'agit pas d'aller tabasser et harceler les jeunes des quartiers?

Et elle est où la police quand il s'agit pas de mutiler, violer ou tuer les personnes issues de l'immigration post coloniale?

Mais la rue en fait, elle est à qui?

Commentaire(s)

> Communiqué anti-fasciste sur les évènements du 14/12 au soir

Samedi 14 décembre, après leur pitoyable marche aux flambeaux débutée à 19h pour pleurer la monarchie et après la manifestation anti-fasciste ayant rassemblé plus de 200 personnes au même moment, une cinquantaine de fascistes de plusieurs villes (Tours, Angers, Rennes, Paris, Lyon...), invités par l'Action Française du Mans, ont terrorisé les rues du centre-ville pendant 2 heures cagoulés, casqués et armés de battes de baseball, barres à mine, gants coqués, poings américains, matraques télescopiques, et ce en toute impunité.

Suite à leur manifestation dans le Vieux-Mans, qui était protégée par 3 véhicules de police et au moins 5 camions de gendarmes mobiles, les fascistes se sont mis en terrasse à un bar du Vieux Mans. À 20h45, ils ont commencé à rôder dans le centre ville par petits groupes pour repérer les lieux et les anti-fascistes. Puis ils se sont rassemblés pour défiler en chantant leur putride répertoire royaliste, homophobe et nationaliste. Vers 21h45, la cinquantaine de fascistes est dirigée par quelques meneurs vers un bar dont la clientèle est réputée de gauche, rue de la Barillerie. Les fafs arrivent en criant, les cliente.s rentrent alors dans le bar mais une personne prend un coup de poing avant que la porte ne soit fermée. En vue de terroriser et de prendre leur dose d'adrénaline viriliste, ils saccagent la terrasse, jettent des chaises et des tables sur la vitrine qu'ils brisent puis détalent et se dispersent. 30 minutes plus tard, vers 22h15, une vingtaine de fascistes tentent de s'en prendre à un autre bar dont la clientèle est également réputée de gauche, rue Victor Bonhommet. Devant ce bar se trouve un groupe d'une vingtaine d'anti-fascistes, que 3-4 fascistes en première ligne attaquent en leur jetant des chaises de la terrasse d’un autre bar en contrebas. Mais ils sont rapidement repoussés et mis en déroute. À ce moment-là, alors que les fascistes commencent à fuir, deux voitures de police arrivent en haut de la place de l'éperon et les policiers gazent (dont 3 personnes sur la terrasse d’un bar en contrebas) mais n'arrêtent que 2 d'entre eux (qui n'ont peut-être été que contrôlés puis relâchés), laissant la plupart s'en aller et les protégeant des anti-fascistes en barrant la route à celleux-ci. Le même groupe de fascistes est revenu un peu plus tard place de l'éperon, où ils ont frappé au sol une personne racisée après l'avoir insultée (à caractère raciste) et gazée au niveau des yeux, alors qu'elle fêtait l'anniversaire d'un ami, qui lui s'est fait voler 50€. La personne violentée a été transportée à l'hôpital. Il y a probablement d'autres personnes qui ont été agressées par ces fascistes pour motif raciste ou LGBTIphobe ou politique ou pour un look qu'ils ne tolèrent pas (les témoignages par message privé sont les bienvenus !).

Ainsi, après avoir semé la haine et la terreur dans les rues pendant plus d'une heure et demie, les policiers - que la mairie s'est empressée de saluer comme les héros du jour en occultant la résistance des anti-fascistes via des médias capitalistes - se sont décidés à en gazer et arrêter quelques-uns, laissant les autres libres de continuer à commettre leurs exactions. Sur une cinquantaine d'agresseurs avérés, dont les déplacements ont étés suivis dès le début en direct via le dispositif de vidéo-surveillance tellement nécessaire pour notre sécurité (hahahaha), seuls 5 fascistes ont été interpellés. Ainsi, après avoir autorisé la manifestation fasciste, la préfecture n'a pas fait intervenir les gendarmes mobiles malgré l'attaque du Lézard. Les fascistes ont pu attaquer 30 minutes plus tard d'autres bars, puis sont revenus agresser des personnes sans que la police n'intervienne. Ils n'étaient pas non plus surveillés de près par des RG. La complaisance complice de la préfecture et des policiers ne nous étonne pas mais questionne.

Où sont les 20 prétendues interpellations que des policiers ont revendiqué samedi soir ?
Des dizaines de fascistes cagoulés et armés, qui sèment la terreur et attaquent des personnes pour des motifs racistes et politiques, on appelle ça comment ?
Qu'est-ce qu'ils font les médias capitalistes, eux qui ne loupent pas une occasion de crier au terrorisme quand il s'agit d'alimenter l'islamophobie ?
Elle est où la répression et ses matraquages en règle quand il ne s'agit pas des populations les plus précaires qui se battent pour mieux vivre ?
Elle est où la BAC quand il ne s'agit pas d'aller tabasser et harceler les jeunes des quartiers populaires ?
Elle est où la police quand il ne s'agit pas de mutiler, violer ou tuer les personnes issues de l'immigration post-coloniale ?
Mais la rue en fait, elle est à qui ?
Elle est à nous ! Elle n’est ni à ces fascistes, ni à la tête de liste déjà élue municipale RN, Louis de Cacqueray-Valmenier, qui a soutenu officiellement la manifestation sur Facebook le 12/12/2019 puisqu’il côtoie régulièrement les militants locaux de l’Action française, leur ayant déjà fait une formation.
Organisons la résistance anti-fasciste, le fascisme c'est la gangrène, on l'élimine ou on en crève !
Nous remercions les collectifs anti-fascistes venus d’ailleurs, nous ferons tout autant preuve de solidarité anti-fasciste !

Collectif anti-fasciste de la Sarthe