#FreeOlaBini ! En Équateur, Ola Bini, l'ami d'Assange, est toujours retenu et aucun procès en vue...

Mis a jour : le vendredi 22 novembre 2019 à 00:29

Mot-clefs: Informatique Répression
Lieux: equateur

L'informaticien suédois soupçonné d'espionnage informatique en Equateur, Ola Bini, et ami de Julian Assange, réagit lors d'une interview accordée à EFE le mardi 19 novembre 2019 à Quito (Équateur)
Voici la traduction de quelques bouts de l'article https://www.elcomercio.com/actualidad/ola-bini-fiscalia-juicio-ciberseguridad.html

Voir aussi le site de soutien à Ola Bini : https://freeolabini.org/fr

Y'a aussi un compte relai d'infos twitter : https://twitter.com/freeolabini sur ses conditions d'arrestation et de vie depuis qu'il est sorti de prison mais retenu dans le pays sous contrôle judiciaire...

Effs3llwsaezhqm-medium

Ola Bini, un informaticien suédois âgé de 37 ans et ami de Julian Assange, n'a jamais songé qu'il passerait de l'anonymat le plus absolu à un cas emblématique en Équateur, où trois mois après avoir été accusé d'intrusion dans les systèmes informatiques et sept mois après son arrestation, il n'a toujours pas eut de procès ni de juge.

"Cette situation est vraiment tragique pour le système judiciaire équatorien, qui ne fonctionne pas comme il se doit, mais sert des intérêts politiques puissants", déclare ce programmeur installé dans le pays andin depuis six ans.

/.../

Son cas, affirme-t-il, est entaché d' irrégularités , notamment de longues heures d'arrestation sans assistance juridique, plus d'une demi-journée sans que le consulat de Suède en soit informé et sans avoir été informé des raisons de son arrestation , peut-être - ajoute-t-il - car les autorités n'avaient aucune preuve du prétendu cyberespionnage qu'elles ont signalé. "Ils ne m'ont jamais rien demandé, ni ne m'ont dit pourquoi j'étais arrêté", dit-il.

/.../

L'informateur affirme que dès la première minute, à partir du moment où la détention a eu lieu le jour même où l'Équateur a retiré l'asile au fondateur de WikiLeaks à l'ambassade de Londres, l'exécutif de ce pays a cherché à établir un parallèle entre eux. Ainsi, chaque fois qu'il a comparu à l'audience, le procureur a consacré "environ une demi-heure" à parler de ce que le président, Lenin Moreno , avait dit à propos de Julian Assange, au lieu de son cas. "Il est plus qu'évident qu'une connexion a été recherchée et si vous voyez dans le dossier de nombreuses informations sur les moments où je lui ai rendu visite à l'ambassade", a-t-il déclaré.

/.../

Aujourd'hui, Bini continue de comparaître chaque vendredi devant le bureau des impôts conformément aux mesures de précaution prises à la suite de sa sortie de prison en juin. /.../ Bini a été inculpé à la fin du mois d'août, deux jours avant la fin de l'enquête fiscale, du crime "d'intrusion" /.../ pour "accès non autorisé à un système informatique, télématique ou télécommunications".
"Nous n'avions pas eut les 30 jours constitutionnels obligatoires pour préparer la défense", pas plus qu'un procès préparatoire, qui aurait dû se dérouler conformément à la loi, cinq jours après l'instruction, c'est-à-dire début septembre.

/.../

"Au cours de ma procédure, il y a eu plus d'une centaine de violations de mes droits " , a- t-il déclaré. Par conséquent, son avocat, Carlos Soria , estime que si le processus n'est pas résolu dans un certain délai, il accusera le gouvernement "d'avoir refusé que justice soit rendue à un citoyen suédois en Équateur".

Commentaire(s)