Menace sur le contenu rédactionnel de Ouest-France ?

Mot-clefs: Archives
Lieux:

Menace sur le contenu rédactionnel de Ouest-France ?
Menace sur le contenu rédactionnel de Ouest-France ?

Tract intersyndical SNJ et CFDT Ouest-France. Voici ce qu'on peut lire sur le tract intersyndical des deux principaux syndicats de journalistes de Ouest-France, le SNJ et la CFDT.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


CFDT OUEST-FRANCE SNJ

Jeudi 13 janvier 2005

Menaces sur les Pages Générales

Moins d'infos (20% de lignes perdues en début de journal !).

Moins de remontées des locales.
Moins de journalistes dans les années à venir.

Une nouvelle organisation, encore floue, renforçant surtout le contrôle de la Rédaction en chef.

De nouveaux contenus qui restent à définir.

Et un lancement à marche forcée, dans les semaines qui viennent, alors qu'il était promis que la réflexion irait à son
terme ! En fait de réforme, les Pages Générales subissent aujourd'hui une
attaque sans précédent. Ouest-France joue les apprentis sorciers avec l'un
de ses atouts majeurs, reconnu par tous et notamment les lecteurs dans
l'enquête T1. Joue avec sa diffusion, son patrimoine, son image.Plus de 400
lignes en moins !

- L'atelier maquette, divisé, est incapable de choisir un
scénario. Critiquée de partout, la désastreuse maquette élaborée en Mayenne
reste notamment en course !

Mais tous les scénarios aboutissent à une chose : une réduction du lignage variant entre 80 et 100 lignes par page.
S'ajoute le lancement d'une zone " débats " en page 2. Finalement, sur les quatre
pages de Générale (2 à 5), c'est plus de 400 lignes d'infos qui devraient
disparaître : quelque 20%.

OK, bien sûr, pour des pages plus illustrées,
plus lisibles, une nouvelle maquette.

OK pour faire parfois plus court sur
un sujet mais ce doit être pour informer plus et mieux ailleurs !

NON A UNE
BAISSE DU LIGNAGE, NI EN GENERALE NI EN LOCALE.

Laissons la Générale aller jusqu'en page 6 comme autrefois.

Moins de journalistes.
- Tant de lignes en moins, ça veut dire moins de remontées des Locales.

Des menaces sur la Rédaction de Paris. Une source de tensions et de malaise chez les
journalistes du Plateau (auquel, tel un miroir aux alouettes, on vante un
développement du reportage). Surtout, c'est moins de journalistes. Certes,
quelques-uns, au nom de la " convergence ", peuvent glisser sur d'autres
supports mais ça ne sauvera pas tous les postes menacés. En fait, le "
nouveau projet rédactionnel " s'inscrit grossièrement dans la logique
financière de la direction qui ne veut plus remplacer tous les départs en
retraite. (Elle doit préciser ses intentions sur l'emploi le 28 janvier aux
délégués syndicaux).

PRÉPARONS-NOUS A DÉFENDRE L'EMPLOI À LA RÉDACTION À
CHANTEPIE ET EN LOCALE.

Pour préserver l'embauche et nos conditions de
travail, pour le contenu du journal. Les besoins n'ont pas diminué depuis
l'accord de 1999 !

Une précipitation suspecte

- Après avoir promis la concertation, la transparence, et envisagé d'attendre l'automne s'il le
fallait, la Rédaction en Chef veut faire basculer les Pages Générales et le
Plateau dans la nouvelle organisation dès le 11 avril. Le calendrier suivant
a été établi : le 17 janvier, présentation de la réforme à la Direction
générale. Du 3 au 10 février, à J+1, remontage des pages 2 à 5 dans la
nouvelle formule. Du 3 au 10 mars, second test avec journal en double pour
les pages du début mais aussi de la fin de journal.

NOUS REFUSONS CE PASSAGE
EN FORCE.

La réflexion doit continuer !D'énormes zones d'ombre. - Pour les
pages du début, outre le cafouillage sur la maquette, on ne sait rien par
exemple du nouveau classement de l'info, En fin de journal, (pendant qu'on
sabre dans l'actu devant), que sera vraiment cette page N-2 que l'on veut "
tendance ", ouverte à des débats, témoignages personnels, au " vivre mieux
"... ? Et que fait-on de la culture ? Où mettra-t-on le surcroît d'info
télé quand vont arriver les chaînes TNT ? Quelle est la part du magazine ou
du prolongement actu en Der ? Etc.Quant à l'organisation, après avoir
choisi de détruire plutôt que d'améliorer les services, la Rédaction en chef
semble aujourd'hui perdue dans une improbable usine à gaz. Entre les " cinq
pools " (début de journal, fin de journal, visuel, reporters, suppléments),
les " vingt pôles de compétences ", les ex chefs de service montés à la
rédaction en chef, les nouveaux " chefs de desk ", les secrétaires de
rédaction un peu reporters, les reporters parfois SR, les difficultés d'un
Poga d'enfer, où est le projet rédactionnel ?

À qui, par exemple, les journalistes de base, de Chantepie ou de Locale, pourront-ils bien soumettre
leurs idées ? Il se dit que les collègues du Plateau devront se présenter à
la réunion d'anticipation hebdomadaire des chefs! Ainsi, peut-être
verra-t-on bientôt, au nom bien sûr de la réactivité, les journalistes de
Ouest-France attendre en file indienne de passer devant un parterre de
généraux pour pouvoir partir sur le terrain. Sûr qu'enfin Ouest-France
pourra envoyer un reporter sur la prochaine catastrophe en Asie ! La
rédaction en chef doit cesser d'instrumentaliser un à un les journalistes. À
aucun moment de la concertation, ils n'ont pu avoir une vue d'ensemble du
projet. La tactique a toujours été de donner à chacun des bouts d'info.


Nous demandons :

-Une information précise et collective sur la réforme pour
l'ensemble de la rédaction, Chantepie et Locales.

-Une concertation transparente avant toute décision
-Des garanties sur le maintien du lignage
-Des garanties sur le maintien des emplois

PS. Choron censuré.

- Le professeur Choron doit bien rigoler. Le papier sur son décès (journal du 11)
devait être illustré par la fameuse une d'Hara Kiri lors de la mort de de
Gaulle : " Bal tragique à Colombey. " 34 ans après, ça a dérangé quelqu'un à
Ouest-France. À la place, on a mis un simple portrait. Ça, si c'est pas un
nouveau projet rédactionnel...

PS bis. Pas de reporter en Asie.

- Ouest-France sait bien faire appel à la solidarité de ses lecteurs. En revanche,
pour notre mission principale, rendre compte des faits... Aucun reporter
maison n'a encore été envoyé en Asie. D'autres journaux, moins riches,
l'ont fait, le Télégramme par exemple. Il est pourtant question dans la
réforme de développer le reportage !
----------------------------------------------------------------------------
--------------
Les informations ou pièces jointes contenues dans ce message sont
confidentielles.


Email Email de contact: luc.douillard_AT_libertysurf.fr

Commentaire(s)

> > Menace sur le contenu rédactionnel de Ouest-France ?

>>>Les informations ou pièces jointes contenues dans ce message sont confidentielles.

he he, trop tard.