Contre Deep Green Resistance

Mis a jour : le mercredi 28 août 2019 à 14:37

Mot-clefs: Ecologie transphobie réaction dgr anticivilisation
Lieux:

Contre Deep Green Resistance

Posté par Michelle Renée Matisons et Alexander Reid Ross en aout 2015 sur The Institute for Anarchist Studies

Le tournant radical??

Pour un livre qui se présente comme un « changement de stratégie et de tactique », Deep Green Resistance (DGR) a un ton extrêmement décourageant et est truffé de contradictions.[1] Alors que DGR aborde de manière provocante de nombreuses questions sociales et écologiques urgentes, son approche théorique opportuniste et débridée et sa tactique hautement controversée la laissent imiter la rhétorique des milices de droite[NDT : texte d'origine étasunien où il existe ce genre de milices, la possession d'armes et la propriété privée étant sacrée], accompagnée d'avant-gardisme hiérarchique, de culte de la personnalité et de moralisme réactionnaire. En fournissant un exemple négatif, DGR nous rend service par la composition des problèmes dans un livre. Prends ça comme un avertissement. Alors que nous recherchons des solutions à des crises sociales et écologiques multiples et complexes, solutions rapides, dogmatisme et prise de pouvoir peuvent croître sous forme de tentations. En examinant DGR, nous défendons également les critères minimaux nécessaires aux mouvements actuels : inclusivité, démocratie, honnêteté et (osons-le), même l'humilité face aux problèmes complexes auxquels nous sommes confrontés collectivement. Aucun de ces critères ne peut être trouvé dans DGR, et ses propres lacunes sont une leçon pour nous tous.

Il est instructif de constater que le groupe basé sur DGR est devenu presque exclusivement axé sur la sensibilisation, un peu comme un club de lecture. À certains moments, ils prétendent interdire à leurs membres de participer à des activités illégales après avoir tenté de courte durée de créer un réseau d'action directe à la base. À d'autres moments, les membres de DGR prétendent être impliqués dans la désobéissance civile non-violente. L'ambiguïté de leur tentative d'organisation découle des idées confuses de deux des auteurs du livre, Derrick Jensen et Lierre Keith, qui ont contraint l'organisateur principal, Premadasi Amada, à quitter l'organisation, ainsi que son autre co-auteur, Aric McBay, sur la question de la politique de genre inclusive. [2]

Le corps organisationnel de DGR (distinct du livre, mais inspiré de celui-ci) nous amène à reconnaître qu'ils ont été à juste titre accusés par d'anciens membres d'agir comme un culte plutôt que dans le cadre d'un mouvement plus vaste. Ils semblent beaucoup plus intéressés par la mise en scène de leurs dirigeants que par des actions directes.[3]

L'approche de DGR est purement idéologique?; ils ont l'intention non pas de former leurs propres groupes ou cellules à mener une action directe, mais d'enseigner la nécessité d'une action directe aux masses supposées ignorantes. Une telle attitude consistant à approcher d'en haut, plutôt qu'à s'unir solidairement, nuit à la capacité des peuples de s'auto-organiser. Nous devons également diriger et être dirigés en luttant, et non en restant à l'extérieur.

Notre conclusion ultime est que l'objectif de DGR consistant à « détruire la civilisation » au moyen d'attaques « souterraines » contre l'infrastructure manifeste une orientation à la fois idéologique et stratégique, excluant toute possibilité de démocratie participative et d'action directe du fait de contradictions politiques irréconciliables et d'une malhonnêteté intellectuelle.

Le mouvement de milice écologique à venir


Pour mener à bien la stratégie de guerre écologique décisive, Keith déclare qu'une « vraie milice populaire » est nécessaire [4]. Keith déclare qu'il est nécessaire de revenir à une politique fondée sur les valeurs : « le droit met le blâme pour la destruction de la famille et de la communauté aux pieds du libéralisme... [tant] que la gauche refuse de se battre pour nos valeurs en tant que valeurs. -et de mettre en pratique ces valeurs dans nos vies et nos mouvements - le droit sera en partie correct. »[5] Keith écrit que « les bouleversements sociaux des années 1960 se sont divisés en deux lignes : responsabilité et hédonisme, justice et égoïsme, sacrifice et droit. »[6] Selon Keith, ces « lignes de faille » sont également responsables de la faillite des Black Panthers et de Weather Underground, entre autres. Une milice d'un mouvement de résistance couronnée de succès serait fondée sur la justice, la responsabilité et le sacrifice, et non sur l'hédonisme, l'égoïsme et les droits que Keith identifie à la gauche. En ce qui concerne la droite, poursuit Keith, « de nombreux mouvements de droite et réactionnaires ont formés des sectes et fondés des communautés. Dans ces groupes, le péché dans la vie urbaine ou moderne est l'hédonisme, pas la hiérarchie. »[7] Ainsi, la lutte contre l'hédonisme est une valeur partagée par la milice de Keith et les sectes et communautés de droite dont elle parle. Bien qu'elle ne spécifie pas précisément les communautés de droite dont elle parle, les plus célèbres liens avec les milices et les points de vue anti-hédonistes sont des villes comme Elohim City et le Covenant - des ensembles de survie fondés sur un suprémacisme blanc violent.

Il est également clair que Keith associe l'hédonisme à des extravagances anti-autoritaires juvéniles?; implicite dans cette formulation est le besoin d'une structure hiérarchique pour gérer ces dynamiques. En ce qui concerne la hiérarchie, déclare Keith, « le rejet de l'autorité est une autre caractéristique de l'adolescence »[8] et « les groupes clandestins engagés dans des activités coordonnées ou paramilitaires requièrent une hiérarchie ». Les platitudes de DGR concernant l'unité de la hiérarchie et de la civilisation disparaissent facilement une fois que leur future formation de milices souterraines est mise au point.[9] Apparemment, ils ont à l'esprit un type de hiérarchie anti-civilisation qui convient, et nous devrions tous nous détendre et leur laisser faire le spectacle.

Pour Keith et Jensen, le rejet de l'hédonisme juvénile se confond avec une stricte attitude anti-pornographie / anti-transgenre, créant un sentiment de justice hautain compatible avec le moralisme de droite. Ignorant le paysage complexe et nuancé de la critique féministe en matière de pornographie, Keith affirme que la gauche a adopté le porno comme « liberté », affirmant que les personnes transgenres n'existent tout simplement pas et que les jeunes ont des cerveaux incapables de fonctionner sans hiérarchies anciennes [10]. Il est clair que Keith associe l'hédonisme à « toute la culture de queer, y compris le s/m et le porno, qui a donné lieu au phénomène du « trans » » [11].

Avec son appel à un retour aux « normes sociales » contre la « culture queer », Keith souhaite une élimination totale de toutes les catégories de genre. Pour Keith, le genre est une construction du patriarcat socialement enraciné. En annihilant le genre, les gens pourront se libérer des attentes de masculinité et de féminité, affirme-t-elle. Toutes les personnes qui adoptent des identités de genre sont des "sexistes", selon Keith et son genre de soi-disant "féministes radicales" (RadFems).

Le pire genre de « genriste » pour Keith est un « transgenriste », une personne qui s'identifie comme étant du sexe opposé. Au lieu d'adopter l'opinion constructiviste sociale selon laquelle la subversion des catégories de genre et d'identité sexuelles rigides expose le sexe / genre en tant que construction, Keith devient oppressivement rigide quant aux performances et identifications appropriées et inappropriées de l'identité de genre. Pour Keith, une femme trans est toujours un homme privilégié et donc un oppresseur dangereux des femmes, malgré le nombre disproportionné d'agressions, de menaces, de harcèlement et de meurtres de personnes transsexuelles aux États-Unis.

Il y a un certain biologisme de facto qui sous-tend ces vues sur le genre. Au lieu de la subversion des identités et des positions de genre, elle suppose un corps pré-culturel existant en dehors du genre. Le problème est simplement que tout le monde n'adopte pas la construction binaire consistant à accepter la catégorie de genre attribuée à son corps « naturel » ou à rejeter totalement le genre. Les gens ne devraient-ils pas avoir le droit de s'exprimer librement à cet égard, ou s'agit-il simplement d'une forme de fausse conscience hédoniste?? Malheureusement, c'est là que le ton punitif et hostile de DGR devient particulièrement réactionnaire, se moquant sournoisement de ceux qu'ils jugent déviants de leur moralité et qui sont clairement motivés par une politique de genre réactionnaire et confuse sur le plan idéologique.

L'année dernière, à Portland, en Oregon, une amie de Earth First?!, activiste trans et professionnelle « doula », a été « mise à jour » sur un site transphobe lié à DGR, l'obligeant à fuir la ville par peur des représailles tant personnelles que professionnelles. Cela correspond à la tactique proposée par Keith depuis au moins la fin des années 1990, lorsqu'elle a publié un article dans le journal RadFem, Rain and Thunder, appelant à une « action directe » contre les femmes transsexuelles qui tentent d'utiliser les toilettes pour femmes.[13] Nous prenons la violence suffisamment au sérieux pour appeler l'esbroufe de DGR sur son oscillant appareil éthique de préoccupations relatives à la violence.

On peut aussi voir les mêmes morales vides, des contradictions théoriques, et les hostilités dans les contributions de Derrick Jensen dans le livre, comme il bluffe son chemin à travers, offrant des sections molles d'une prose sans imagination, sans donner une seule idée originale. (Ses passages proviennent de séances de questions-réponses après ses conférences.[14]). Son incroyable capacité à attaquer d'autres mouvements et acteurs via des fils de discussion Facebook ou des commentaires de blogues découle d'une paranoïa décisive qui a été observée dans bon nombre de tourments étranges dans lesquels il associe les personnes portant « les talibans vêtus d'une jupe » appellent leurs alliés à violer les misogynes pour s'excuser, et se dirigent vers d'autres épithètes et canards connus pour dénigrer les personnes transgenres[15]. Selon d'anciens membres du DGR à Austin, « nos efforts de recrutement ont été constamment entravés par la position bien connue de Lierre Keith sur les personnes transgenres... Il est clair pour nous que les membres de DGR sont plus intéressés par la recherche de membres clés de DGR et par le maintien de la pureté idéologique que par la création d'une organisation et d'un mouvement efficace. »[16]

Dans le but de revendiquer une place dans le mouvement plus large, les membres de DGR se sont attachés à des organisations populaires telles que Rising Tide, la résistance aux sables bitumineux et Soulèvement pacifique, qui toutes ont condamné ouvertement la « haine d'exclusion trans du groupe qui engendre un environnement hostile et violent »[17]. Ce genre de tentative de cooptation de groupes opposés aux politiques d'exclusion de DGR en matière de genre témoigne d'une tentative malhonnête de sortir de l'aliénation idéologique[18].

La "milice populaire" de DGR serait toujours féministe, mais de la même manière que les Forces de défense israéliennes (FDI) et que l'armée américaine sont féministes, Keith l'affirme. Pour étayer cette position, Keith cite Jean Bethke Elshtain, qui affirme que les FDI, ainsi que les armées américaines et britanniques, évitent scrupuleusement tout viol. Au moment de la rédaction de DGR, il y avait deux cas étonnants liés à des agressions sexuelles et le FDI. Dans le premier, CNN a publié un rapport indiquant que 21 des 134 déclarations sous serment examinées incluaient des allégations de maltraitance, notamment d'agression sexuelle sur des enfants palestiniens. [19] Dans le second cas, un homme palestinien a été jeté en prison pour avoir eu des relations sexuelles consenties avec une Israélienne[20]. L'armée américaine est également réputée pour sa culture du viol. En 2014, quelque 20 000 membres des forces armées ont déclaré avoir été victimes de « contacts sexuels non désirés » sur un échantillon de 170 000 soldats - la moitié de ces informations faisant état de viols de femmes et 35% d'hommes[21]. La négation par Keith de la politique sexuelle impliquée dans l'État d'apartheid de la FDI et de la culture du viol de l'armée américaine est inquiétante quand elle cherche à concevoir le féminisme de sa « vraie milice populaire » après eux. Ce sont des idées absurdes sur les pratiques anti-viol de l'armée américaine et de l'armée américaine qui placent DGR à proximité d'autres dirigeants et groupes de milices de droite qui servent au plus haut point l'écologie, mais sont en réalité intimement liés aux pratiques et idéologies suprémacistes et impérialistes blanches.

(...)

Poursuivre la lecture ==>> https://fr.theanarchistlibrary.org/library/michelle-renee-matisons-alexander-reid-ross-contre-deep-green-resistance

 

Notes

[1] Aric McBay, Derrick Jensen, Lierre Keith, Deep Green Resistance, (New York City : Seven Stories Press, 2011), 12.

[2] McBay a déclaré : « J'ai quitté l'organisation début 2012 après l'annulation d'une politique d'inclusion trans par Derrick Jensen et Lierre Keith. Beaucoup de bonnes personnes et de bons militants ont quitté l'organisation pour cette raison. Je trouve ces attitudes transphobes dégoûtantes et profondément troublantes. Cela me dérange beaucoup d'avoir une association passée avec des personnes qui promeuvent la transphobie. »(« DGR and Transphobia », Aricmcbay.org, 13 mai 2013). Premadasi Amada a déclaré : « Quand j'ai aidé à démarrer DGR, en tant qu'organisation, elle n'avait pas encore adopté la position sur les personnes transgenres, pas plus que maintenant. Si cela avait été le cas, je n'aurais jamais travaillé pour démarrer DGR. Certaines personnes qui ont aidé à démarrer DGR avaient des positions anti-trans, mais j'ai été clair, et en tant qu'organisateur principal au début, j'ai expliqué à tous ceux qui demandaient, que DGR n'avait pas de position anti-trans... Lorsque cette politique a été modifiée pour prendre DGR sur la position anti-trans, contre mes objections et celles des autres, j'ai quitté / j'ai été contraint de quitter à peu près à peu près au même moment où Aric [McBay] était parti. »(déclaration via Facebook, juin 2013).

[3] Un ancien membre de DGR de la branche Austin s'est exprimé sur Earth First?! Newswire, notant que la branche avait quitté DGR en raison de « problèmes de structure décisionnelle, de l'adoption formelle de la position de RadFem sur les trans et du culte de la personnalité qui se formait ». Commentaire sur « Démission et récupération en vert profond », "Par d'anciens membres de DGR Portland, 16 mai 2013. La section de Portland de DGR a été dissoute après que ses membres aient été expulsés de la conférence Law and Disorder, ils ont produit une déclaration collective sur l'événement et ont été vivement réprimandés par Derrick Jensen, qui leur a dit d'enlever la déclaration et de mettre en place son libellé, à la place. Dénonçant le leadership de Jensen "inefficace et toxique", les anciens membres du DGR ont déclaré, « nous ne sommes pas contre la délégation de pouvoir ni contre le leadership, mais nous sommes opposés aux structures de prise de décision centralisées floues et au climat décourageant. Embrassement inconditionnel d'une petite autorité centralisée?; isolement des membres?; un climat qui décourage la dissidence des membres?; et une mentalité nous-contre-eux sont toutes les caractéristiques d'un culte. Nous sommes de plus en plus préoccupés par ces dynamiques de pouvoir malsaines au sein de DGR. »

[4] Aric McBay, Derrick Jensen, Lierre Keith, Deep Green Resistance, (New York City : Seven Stories Press, 2011), 491-492.

[5] Ibid., 150.

[6] Ibid., 25.

[7] Ibid., 114.

[8] Ibid., 137.

[9] Derrick Jensen dit, "La civilisation est une organisation spécifique et hiérarchisée basée sur le « pouvoir sur »." (Ibid., 390), selon McBay, "La résistance à la civilisation est intrinsèquement décentralisée," (Ibid., 650).

[10] Ibid., 77, 132.

[11] See Be Scofield, "How Derrick Jensen's Deep Green Resistance Supports Transphobia," Decolonizing Yoga, May 13, 2013.

[13] Alix Dobkin's column in Rain and Thunder : A Radical Feminist Journal of Discussion and Activism, Issue 5, 1999. Pour un belle et récente analyse de ça, voir Ida Hammer, "Questioning Lierre Keith's Transphobia," Vegan Ideal, May 8, 2009, http://veganideal.mayfirst.org/content/questioning-lierre-keiths-transphobia.>

[14] Il admet cela dans l'introduction

[15] Commentaire de Derrick Jensen fait le 13 Mai, 2013 à 10:10pm, sur un blog transphobique appelé GenderTrender. l'article original est appelé "Des féministes agressées lors d'une attaque de transgenres à la conférence de Portland pour le changement social : des livres pour femmes détruits et des corps dégradés à l'aide de marqueurs magiques permanents."

[16] Voir la lettre collective.

[17] La citation provient d'une lettre d'inscription comprenant 30 organisations radicales, telles que Rising Tide, le journal Earth First?!, et Greenpeace. Trouvé à « Des groupes d'étudiants, éco et autochtones s'opposent à la transphobie à la conférence », Earth First?! Newswire, 17 février 2014?; Dans un essai, il est affirmé que DGR a participé à un blocus organisé, coordonné et exécuté par une coalition de groupes n'incluant pas DGR, simplement parce que l'un des activistes impliqués avait des affiliations croisées. Les organisateurs de ce camp d'action ont depuis condamné DGR. Voir « Liste partielle de mensonges (avec corrections) dans une récente lettre anti-féministe », bendittillitbreaks.blogspot.com, 20 février 2014.

[18] L'Entrisme est une stratégie imaginée par le crypto-fasciste Tony Southgate, selon laquelle les activistes de droite doivent s'engager dans des mouvements radicaux afin de les coopter ou de les transformer.

[19] "CNN Report : IDF sexually abused Palestinian children," Ynetnews, September 9, 2010.

[20] "Rape Israeli Style : Arab Man Jailed for Having Consensual Sex with Israeli Woman," Hotter than a Pile of Curry, July 24, 2010.

[21] Patricia Klime, "Incidents of rape in military much higher than previously thought," Military Times, December 5, 2014.

Commentaire(s)

> mwé bonjour les sophismes

le genre c'est oppressif donc le détruire est une nécessité

les black panthers c'était de la daube maoiste donc cracher dessus ce n'est pas cracher sur les femmes qui ont été victimes du machisme au sein du bpp

arrêtez vos sophismes plus gros que vos diplomes d'anarchistes universitaires à l'avenir parce que là vous passez pour des manipulateurs comme dgr (ce qu'ils sont)

> Traduction de saboteur

Une traduction aussi mauvaise ne peut être que l'oeuvre d'un saboteur pro DGR bien connu et issu du milieu conspirationniste.

Sérieux les modos, virez ce texte qui dessert plus ce qu'il prétend servir. Merci !

> Evitez theanarchistlibrary repère à conspis

Theanarchistlibrary (fr) est un repère à conspis . Evitez ce site.

> plus d'arguments quand on accuse svp

C'est à dire ?

> tant mieux

ba en vrai je vois tellement pas l'intérêt d'aller se faire intégrer par des trucs cis pourris et régressifs que ça me soulage plutôt qu'iels veulent pas de trans' ; qu'iels aillent se sacrifier en mode warrior contre leurs concurrent*s pour la gestion, ça nous fera de l'air. Et c'est valable pour plein de trucs en ce moment.

> &

Tout le monde il est conspi

sauf çui qui l'dit