En soutien à Saïd Bouamama

Mis a jour : le mardi 16 juillet 2019 à 13:55

Mot-clefs: Racisme Répression
Lieux:

Après le boycott d'un colloque par des représentants de l'Etat pour seul motif que le sociologue Saïd Bouamama y participait, 130 personnalités communiquent leur solidarité à l'universitaire face à une «campagne de diffamation» islamophobe. Ils déplorent que le pouvoir ait «obtempéré aux injonctions de l'extrême-droite».

Le colloque de deux jours, organisé à Bobigny sur le thème « Mécaniques de l'extrémisme violent », a été troublé par l'absence d'un de ses organisateurs, le sociologue Saïd Bouamama, conséquence d’un veto émanant du ministère de l'intérieur. Cette intervention relaie une campagne expresse initiée par le Rassemblement national, aussitôt suivi par le FigaroVox et Valeurs Actuelles. 

Les officiels qui devaient introduire le colloque, le président du conseil départemental, la préfète déléguée à l'égalité des chances du 93, la procureure de la République du 93 ainsi que la secrétaire générale du comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR), ont « boycotté » ce colloque, pour reprendre la formulation du Parisien.  

L'oukase contre Saïd Bouamama est d'autant plus étonnant qu'il est co-animateur depuis quatre ans du projet dont ce colloque est l’aboutissement, et qu’il s’agit d’un projet soutenu par l'État et en particulier la préfecture de Seine-Saint-Denis. L'intervention qu'il devait faire a été lue et chaudement applaudie ; quand elle sera publiée, chacun·e pourra constater, outre sa qualité, qu'elle est à mille lieues de constituer une «complaisance envers le djihadisme» comme l’en ont accusé ses détracteurs sans s’être donné la peine de l’entendre.

La question du djihadisme est donc instrumentalisée pour tenter de discréditer un sociologue dont les opinions politiques de gauche sont publiques, ses références intellectuelles se situant du côté du marxisme, à l'opposé de l'islam politique. Cette campagne de diffamation contre Saïd Bouamama émane de milieux islamophobes et d’extrême droite devant lesquels le pouvoir a cédé.  

La volonté destructrice de ces lobbys va donc jusqu'à tenter d’anéantir des structures et projets visant à réinsérer des personnes dites "radicalisées" dans une vie sociale partagée plutôt que de poursuivre une trajectoire dangereuse pour les autres comme pour elles-mêmes.

Nous, signataires, sommes solidaires de Saïd Bouamama et dénonçons l'attitude de ce pouvoir qui obtempère aux injonctions de l'extrême-droite, preuve éclatante de son double discours qui prétend la combattre en la renforçant quotidiennement.

https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/090719/en-soutien-said-bouamama

Commentaire(s)