Appel à solidarité international suite au 1er mai 2019 à Paris

Mis a jour : le vendredi 10 mai 2019 à 11:51

Mot-clefs: Répression / prisons centres de rétention anti-repression gilets_jaunes
Lieux:

Dans un contexte où les flics et les banques sont attaqués régulièrement depuis la fin novembre,  ce 1er mai se pouvait être une possibilité de rupture radicale avec ce monde de frontières et de guerres dans la continuité des émeutes du 16 mars et plus généralement des attaques contre les différentes chaines de cette machine à briser des vies qu’est l’autorité.

Et ce alors que les drapeaux français et nationaux fleurissent toujours dans les rues, que la justice remplit les prisons (l’État annonce la création de 10 000 nouvelles places de prison avant 10 ans sans parler des centres de rétention administrative pour sans papiers ou des hôpitaux psychiatriques) et que le discours capitaliste prône de sourire en plus de mourir chaque jour un peu plus au travail.

 

Face à l’éventualité de l’approfondissement du conflit en ce 1er mai, l’état avait prévu un dispositif sécuritaire conséquent : 7400 flics sur la capitale, 20 000 contrôle préventifs. Résultat : une manifestation offensive mais très contenue par des flics qui n’hésitaient pas à charger.

 

De nombreux manifestants et compagnons de différentes nationalités se trouvent désormais sous les griffes de la justice et de la taule. S’il apparait nécessaire de développer des réflexes de défense collective de rupture dans le cadre des tribunaux (par exemple lors des procès du 21 et 23 mai et 3, 6 et 14 juin au TGI de Paris), il l’est tout autant de continuer à attaquer directement tout autant ceux qui produisent la misère que ceux qui la gèrent ici comme partout.

 

En partant des postulats que la défense est nécessairement offensive, que les pensées ne sont pas dissociables de actes et vice versa et que les fins existent dans les moyens que l’on expérimente, on peut aisément comprendre que chaque institution qui part en fumée est une brèche vers un monde sans pompiers, sans États, sans chefs, sans cages.

 

Par-delà les barbelés et les frontières, contre les prisons (avec ou sans mur), solidarité !

Commentaire(s)

> Schizophrénie

"Dans un contexte où les flics et les banques sont attaqués régulièrement depuis la fin novembre, ce 1er mai se pouvait être une possibilité de rupture radicale avec ce monde"

Vous y avez vraiment cru, sans rire ? Avec la CGT jaunie en première ligne ?

"Et ce alors que les drapeaux français et nationaux fleurissent toujours dans les rues"

Si l'on essaye de comprendre ce gloubi-boulga, il y aurait donc eu deux mouvements des Gilets Jaunes, le bon qui s'en prenait aux flics et aux banques (ou plus sûrement à une banque en particulier) et le mauvais qui défilait sous les drapeaux français ? Mais que devient alors la fameuse Unité du mouvement, la réconciliation historique des révolutionnaires et des patriotes ?

> La solidarité c'est le blabla

Cet appel c'est du blabla sans queue ni tête.
Vous dites aux autres qu'il apparait nécessaire tout autant de continuer à attaquer directement tout autant ceux qui produisent la misère que ceux qui la gèrent. Vous purriez tout autant commencer par le faire au lieu de donner des leçons sur Indymedia !