Angers: risque d'expulsion, besoin de soutien

Mis a jour : le jeudi 2 mai 2019 à 22:05

Mot-clefs: / squat logement
Lieux: Angers trélazé

Bonjour à toutes et à tous,

Un huissier de justice s’est présenté le 30/04/2019 au squat ouvert récemment au 24 rue des Perreyeux à Trélazé, qui nous a informé que des personnes sdf que nous suivons ont été jugées sans le savoir par le Tribunal de Grande Instance d’Angers pour l’occupation de ce batiment appartenant a un grand promoteur immobilier. Dans ce lieu d’habitation, des personnes vivant à la rue ont trouvé refuge, dont une partie venait de la Grande Ourse puisqu’elle devenait expulsable au 31 mars. Ces personnes cherchaient simplement à fuir la violence d’une expulsion, elles se retrouvent à nouveau menacées, et ce sans même avoir pu être informées de la procédure les concernant.

59667068_2297039603903614_4068837319405207552_n-medium

Elles ont été jugées sans le savoir ; la seule raison que nous voyons aujourd’hui pouvant justifier d’une telle procédure, c’est qu’il n’aurait pas été possible d’identifier les personnes qui ont trouvé refuge dans ce batiment. Cependant, l’huissier a bel et bien relevé les noms qui étaient affichés sur la porte lorsqu’il est arrivé la premiere fois pour constater l’occupation. En pleine journée, nombreuses sont les personnes qui étaient absentes, mais l’un des habitants a pu se présenter en personne à l’huissier, ainsi que quelques bénévoles qui les accompagnent. Les preuves d’habitants identifiables sont là : rendez vous avec le maire de la ville, mail au propriétaire pour lui proposer un bail précaire, demande d’acces a l’eau et au ramasage des dechets – qui ont par ailleurs étaient refusés par le maire et par Angers Loire Métropole (ce qui constituent une atteinte grave aux droits des personnes sur site).

Les conditions du déroulement de cette procedure témoignent au mieux d’une opacité grave de notre justice ; au pire d’une erreur et / ou d’une malhonnêteté qu’il s’agit aujourd’hui de démêler – aux conséquences bel et bien dramatiques. A cela s’ajoute l’inhumanité – et l’illégalité grave – dans laquelle s’inscrit la mairie de Trélazé et l’agglomération d’Angers Loire Métropole, en empêchant l’accès à l’eau et à la salubrité en organisant un blocage systématique de l’accès à des conditions de vie minimalement décente.

Nous avons donc décidé d’appeler à une occupation massive et en continu de ce batiment situé au 24 rue des Perreyeux, à coté du village santé à trélazé ; nous invitons toutes et tous à nous rejoindre, et l’enjeu et réel : une mobilisation massive – et qui a commencé dès ce mercredi 1er mai – nous permettrait de temporiser une expulsion immédiate, tout en nous permettant de rétablir une procédure “normale”, c’est-à-dire contradictoire, où les personnes pourraient faire valoir leur droit, bénéficier de la défense d’un avocat, et disposer d’un délai pour espérer trouver des conditions normales de relogement, et ne pas se retrouver une fois de plus contraint à retourner à la rue et ses violences.

Il nous semble – et c’est une évidence – absolument inadmissible que ce genre de fait se produisent : c’est une attente grave a la liberté de se défendre et de faire valoir ses droits.

Dans ce cadre nous invitons tout les personnes qui le désirent, à venir nous rejoindre dans une ambiance militante et festive. Il est important de rappeler qu’une intervention de la police pourra avoir lieu à tout moment, de 6h à 22h. Il est donc indispensable d’en tenir compte. Egalement il est important de prévoir nourriture et eau (car nous n’avons pas d’acces direct a l’eau) et, si vous souhaiter dormir sur les lieux, vous munir de sac de couchage, couette et de tapis de sol. Il est possible également de s’installer en extérieur, en camion ou en tente.
Un point info & conseils aura lieu à 18h30 tous les jours, tout du moins jusqu’à dimanche pour le moment.

Nous esperons vous voir nombreux et ainsi que nous puissions acceder a un jugement tout simplement equitable. Un toit c’est un droit !