1er mai : du monde dans les rues de Nantes

Mis a jour : le jeudi 2 mai 2019 à 22:02

Mot-clefs: Resistances luttes salariales gilets_jaunes
Lieux: Nantes

- 7000 manifestants. Deuxième tour sous les lacrymos. -

Cela fait un an que Benalla a été lâché dans Paris pour cogner des manifestants. Le signe d'un gouvernement mafieux et définitivement discrédité, d'un clan qui s'accroche au pouvoir par les moyens les moins avouables. Depuis, les Gilets Jaunes ont posé la seule initiative responsable et cohérente dans la période : tenter d'aller « chercher » le président dans son palais.

1-medium

2-medium

3-medium

4-medium

5-medium

6-medium

7-medium

8-medium

9-medium

10-medium

11-medium

12-medium

13-medium

Cette année, c'est donc un 1er mai important. A Nantes, il y a foule, alors que la révolte gronde depuis plus de 5 mois. Des milliers de manifestants s'élancent de la Place Bretagne aux alentours de 11H. Assez vite, un cortège de tête bigarré s'organise : une foule jaune et noire prend les devants, quasiment sans conflit avec les directions syndicales, et même soutenu par un grand nombre de syndicalistes.

Il y a du monde dans les rues, et l'ambiance est assez bonne. Le bar La Dérive a un char qui diffuse de la musique. La battucada rose joue des percussions. Les profs sont mobilisés. Le défilé est pluriel et joyeux, mais le parcours est, comme annoncé, très court. A plusieurs reprises, la manifestation s'arrête pour écouter des discours. Le rythme en prend un coup, mais c'est l'occasion de déployer une chasuble rouge cousue avec un gilet jaune, taille XXL, de plusieurs mètres de haut, à la croisée des trams, ou un gilet fluo de trois mètres de large sur un pont qui enjambe la Loire.

Le cortège finit calmement sur l'Ile de Nantes, pour aller manger des merguez devant la maison des syndicats. Sur tout le parcours, des dizaines d'affiches ont été collées, pour appeler à rejoindre la grande manifestation nantaise qui aura lieu samedi 11 mai. L'occasion d'une convergence des colères.

Les Gilets Jaunes en veulent plus. Ils se retrouvent dans le centre-ville, et repartent à 500 dans les rues. Mais le dispositif policier est beaucoup moins discret. Après une heure de marche, les forces de l'ordre se mettent à inonder les rues de gaz lacrymogène pour disperser le rassemblement sans sommation. Plusieurs personnes seront interpellées. En début de soirée, un apéro aura lieu sous les Nefs de l'Ile.

S'il y avait du monde dans les rues de Nantes, et dans le reste du pays – plus de 300 000 manifestants –, ce 1er mai n'aura pas permis de durcir le rapport de force avec le pouvoir. A Paris, l'ordre a été maintenu par la force. A Nantes, le défilé aura manqué d'inventivité. Espérons que la répression moindre cette fois ci aura redonné confiance et énergie aux participants pour les prochains rendez-vous.

Samedi 4 mai, retour sur les ronds-points. Le 11 mai, la semaine suivante, grosse manifestation à Nantes.

Link_go source

Commentaire(s)

> A Nantes, un 1er mai lourd d’espoirs

A Nantes, un cortège commun réunissant l'Alternative Libertaire et les comités NPA Rosa Luxembourg et NPA Nantes a su teinter la manifestation d’une couleur rouge. Il y eut près de 5000 manifestants, dont près de la moitié était organisée politiquement, le reste était en grande partie dans le cortège syndical et en jaune. Et si le premier tour se déroula sans encombre dans une ambiance chaleureuse, la place Commerce fut par la suite l’arène des luttes entre rangées de CRS et gilets jaunes combattifs. Car cette année, la marche était revigorée par des forces nouvelles qui surent réinvestir les outils de lutte.

Lorsqu’un Soudan s’embrase, que l’Algérie atteint une heure charnière, que le Vénézuela ploie sous les convoitises de toutes sortes et que le prix du pétrole ne cesse encore d’augmenter, l’ordre du monde semble chaque jour un peu plus ébranlé.
Le 1er mai, s’il est empêtré dans des traditions loin des luttes qui l’ont galvaudé, n’en demeure pas moins l’instant où plus que jamais, les travailleurs peuvent s’emparer de leur lutte et révéler ce qui fait l’injustice et la mort aujourd’hui, ce que l’on peut nommer sans faillir : le capitalisme.

Les semaines qui s’annoncent vont s’avérer cruciales et notre tâche alors sera d’épauler, de faire écho, d’oeuvrer aux côtés de tous ceux qui oseront se lever pour lutter. Et nous aurons seulement ces mots à la bouche: « Pour un monde sans patrons ni frontières. »