La Fabrique du SDF

Mis a jour : le mercredi 27 février 2019 à 19:37

Mot-clefs: / précarité exclusion chômage
Lieux:

La Fabrique du SDF ou comment éradiquer les pôvres

La fabrique du sdf


Nous  les appellons SDF .Sans domicile fixe . Déjà commence l'hypocrisie car on peut être SDF et avoir un domicile mobile (Péniche ,voilier, Camion plus ou moins aménagé,roulotte, caravane,etc... ) et par conséquent avoir un toit et ne pas être à la rue .

L'appelation "Sans toit" serait donc plus exacte et surtout plus réaliste.
Donc ce qualificatif hypocrite concerne les SANS toits (voir le film d'Agnès Varda Sans toit ,ni loi sorti en 1985), celles et ceux qui ont été dépossédé de tout par cette societé inique dirigé par l'Etat..
Leur reste la survie .
On ne choisit pas, comme certaines crapules de la caste politique le laissent entendre de se retrouver à la rue . On s'y retrouve suite à enchaînement de circonstances .

Tout est pourtant incrit dans la loi pour qu'il n'y ait personne à la rue, mais les "fabriquants" de loi,grassement rémunérés, sont les premiers à ne pas les respecter .
Etat de droit ,disent ils ? Un seul droit : Celui de crever dans la rue ! Car la rue tue tous les jours
2017,  510 morts. La plus jeune : 16 ans puisque des enfants sont à la rue ! La plus vieille : 81 ans ....
2018,  524 ...Toujours plus !
Le droit au logement c'est à dire avoir un toit est une fumisterie .Il suffit de demander un logement pour le constater .Ensuite le logement il faut payer le loyer avec des APL en baisse qui couvrent de moins en moins le loyer ,l'eau ,l'elec.....12 millions de personne se chauffent mal ou pas du tout .On parle de précarité énergétique ...........
Concernant les demandes,les bailleurs sociaux se foutent littéralement de la gueule des personnes
La dame de 71 ans qui dort dans sa voiture comme tant d'autres, sur la commune de Levallois-Perret ,le fief du saigneur Balkany, demande un logement depuis 15 ans.....
Tous les ans bien sur il lui faut qu'elle renouvelle sa demande .... Les exigences de l'Etat en matière de bureaucratie (nombre de pièces justificatives demandées) illustre bien une stratégie de mise en danger de la personne car en plus d'être pôvre ,il vous faut le prouver et ce tous les ans ! Dossier RSA,dossier de çi ,dossier de ça .
Stratégie du découragement qui paye : la moitié des ayant droit au RSA ne le demande pas .Un vrai succès pour l'Etat
Cette situation intolérable est bien supporté par une large majorité non impactée et qui détourne les yeux de l'horreur.
Lâcheté et déni de l'insoutenable réalité dominant toute forme de révolte pourtant légitime
Le secteur social et associatif cogère la misère sociale et la fabrique du SDF peut ainsi fonctionner.
La nombre de logement vide(2 600 000)est tout aussi indécent que le nombre de personnes à la rue( le chiffre de 140 000 en 2012 en augmentation de 50% par rapport à 2001 étant largement dépassé ).
N'importe quel maire,premier officier de police de la municipalité, peut selon la loi de réquisition des logements fournir un toit à une personne mais aucun ne le fait car l'indifférence et le mépris de la caste politique au service des riches sont de mise et ce dans le moindre village ou la politique sociale est reléguée.
Les petits et grands monarques ne manquent pas en France !
Celles et ceux qui échappent à la rue qui tue ont de la chance .
En ce moment comme des milliers de nouveaux retraités je n'ai plus de revenus depuis 2 mois....
Ne plus avoir de revenu, ça devient banal!

Une personne au RSA à qui des ordures l'ont supprimé, c'est une mise en danger de la vie .
La fabrique du SDF dans toute sa "splendeur" !
Cerise sur le gâto mes APL ont diminué sans explications sans augmentation de revenus ...Ca pourrait être risible si ...


A 62 ans me voilà à dépendre de mon vieux papa qui a une bonne retraite...
Et si le vieux papa était pôvre ? Et si le vieux papa n'était pas là ?
.
J'écris ce texte plein de HAINE légitime contre la caste politique responsable de l'organisation de la misère et dont le monarque vient même d'aller voir"en vrai" les SDF avec le Samu,social,histoire de se donner bonne conscience alors que les crédits à l'hébergement d'urgence sont diminués(Moins 57 millions sur 4ans dont moins 20 millions pour 2018.....
C'est une véritable banalisation du mal (Ana Harendt) qui est en marche dans l'indifférence et il n'y a pas de raison que celà cesse puisqu'une large majorité y consent .

L'injustice sociale ,l'injustice au sens large est le résultat de l'oppression des dominants sur les dominées .

Face à cette guerre,battons nous !


Je conclurai sur la définition de l'opprimé de Christiane Rochefort

"Il y a un moment où il faut sortir les couteaux. C'est juste un fait. Purement technique. Il est hors de question que l'oppresseur aille comprendre de lui-même qu'il opprime, puisque ça ne le fait pas souffrir : mettez vous à sa place.
Ce n'est pas son chemin. Le lui expliquer est sans utilité. L'oppresseur n'entend pas ce que dit son opprimé comme langage mais comme un bruit. C'est la définition de l'oppression [....]

L'oppresseur qui fait le louable effort d'écouter (libéral intellectuel) n'entend pas mieux. Car même lorsque les mots sont communs, les connotations sont radicalement différentes.
C'est ainsi que de nombreux mots ont pour l'oppresseur une connotation-jouissance, et pour l'opprimé une connotation-souffrance.
Ou : divertissement-corvée. Ou loisir-travail. Etc.
Aller donc communiquer sur ces bases."

C'est ainsi que la générale réaction de l'oppresseur qui a "écouté" son opprimé est, en gros : mais de quoi diable se plaint-il ? Tout ça c'est épatant.

Au niveau de l'explication, c'est tout à fait sans espoir. Quand l'opprimé se rend compte de ça, il sort les couteaux. Là on comprend qu'il y a quelque chose qui ne va pas. Pas avant.

Le couteau est la seule façon de se définir comme opprimé. La seule communication audible.[...]"

 

 

Commentaire(s)