Maintien de l’ordre : ultra-violence institutionnelle, ce qu’ils n’avoueront pas

Mis a jour : le samedi 22 décembre 2018 à 12:27

Mot-clefs: anti-repression gilets_jaunes
Lieux: paris

Samedi, nous étions sur les Champs Élysées avec quelques centaines, peut-être quelques milliers de gilets jaunes. Au cours des semaines précédentes, l’État s’est consciencieusement essayé à la contre-insurrection. Décryptage de la répression contre les mobilisations de gilets jaunes par le collectif Désarmons-les.

Ce qui lui a fait peur, c’est la spontanéité et la détermination d’un mouvement sans chefs ni représentants. Face à un mouvement qui ne dépassait pourtant pas en violence certains mouvements sociaux précédents, il a donc choisi volontairement la voie d’une répression féroce.

1– L’État a jeté un nombre considérable de grenades à effet de souffle GLI F4 (dernier palier d’intervention de la riposte graduée avant l’usage des armes à feu) alors qu’il n’y avait pas ou peu d’engins incendiaires en face (artifices ou cocktails molotov).

  • résultat, au moins 5 personnes (deux à Paris, deux à Bordeaux et une à Tours) ont eu la main arrachée et des dizaines d’autres ont été sévèrement blessées par des GLI F4.

2 – L’État a contourné la suspension par le préfet de Paris depuis plusieurs années des Lanceurs de balles de Défense LBD 40 pour en faire un usage massif sur les gilets jaunes, distribuant jusqu’à 10 LBD au sein d’une même unité (ont-ils tous été habilités et formés en dernière minute ?).

  • résultat, au moins 6 personnes ont été éborgnées et des dizaines d’autres sévèrement blessées par des balles de plastique de 40 mm. Les policiers quant à eux, ont été réhabitués à l’idée d’ouvrir le feu sur la population, comme lors des grèves ouvrières de la fin du 19 ème siècle.

3 – L’État a déployé des moyens d’intimidation sans précédent, notamment des centaines de policiers mobiles en tenue civile, dissimulés par des casques et des cagoules et appartenant à des unités non identifiables, une quinzaine de chars blindés, des unités de cavalerie et des brigades motocyclistes en “voltigeurs” armées de LBD 40 (désormais reconnus comme des armes “à effet psychologique”, destinées à blesser de manière aléatoire pour faire peur à la foule)

Les images de la brigade motorisée armée de LBD 40 :

#Paris Les motards de la police équipés de LBD40 interviennent.#GiletsJaunes #ActeV #Acte5 #ChampsElysees #15Decembre pic.twitter.com/VJ79txGhUn

— Stéphanie Roy (@Steph_Roy_) December 15, 2018

Les images des brigades en civil tournées par “local team” :

Parigi, flashball sparate contro i gilet gialli: raffiche di proiettili di gomma
par Local Team

Décryptage de cette vidéo (en jaune, les violences et abus répertoriés) :

Visée laser et grenades de désencerclement prête à l’usage Visée au LBD à courte distance et à hauteur de tête Coup de pied pour écarter les journalistes Utilisation offensive (non défensive) de la grenade de désencerclement en dehors d’un danger imminent pour la brigade Grenade de désencerclement prête à être utilisée en dehors d’un danger imminent pour la brigade Indicatifs de police enlevés et utilisation d’un vieux modèle de LBD expérimental (2007), taser à la ceinture (non prévu pour le maintien de l’ordre) Tenue civile inadaptée et visée à hauteur de visage sans genou au sol Explosion accidentelle d’une grenade de désencerclement : démontre leur utilisation hors impérieuse nécessité Tenue civile inadaptée et visée à hauteur de visage sans genou au sol Casque de moto inadapté Jet de grenade de désencerclement par dessus l’épaule, au dessus des collègues en dehors d’un danger imminent pour la brigade Pour rappel : les précautions d’utilisation de la grenade de désencerclement

4 – L’État a eu recours à une pression médiatique continue pour discréditer le mouvement et diffuser des injonctions à renoncer au droit de manifestation, mettant l’accent sur les accidents routiers et décès supposément provoqués par les blocages, mettant en avant de faux représentants choisis arbitrairement par l’État lui-même, avant d’utiliser de manière éhontée et cynique les événements macabres de Strasbourg pour rendre les gilets jaunes responsables du détournement des forces de l’ordre de leur mission antiterroriste (stratégie utilisée en 2015-2016 lors de la COP 21 et de la révolte contre la loi Travail)

  • l’objectif principal de ces manœuvres était de terroriser la population et d’inciter les manifestants à rentrer chez eux plutôt que de se révolter pour leur avenir et leur dignité.

5 – L’État a arrêté préventivement des milliers de personnes, y compris à l’occasion de barrages routiers et de contrôles à des kilomètres en amont des lieux de manifestation, puis judiciarisé la répression en poursuivant des centaines de personnes pour leurs intentions supposées, plutôt que pour leurs actes : saisies dans les coffres de véhicules d’objets désignés comme des armes par prédestination (dans l’ordre de quantité : matériel médical, masques à gaz, casques, artifices, boules de pétanque, outils, pots de peinture…)

  • la finalité de cette “méthode proactive” est de produire une atmosphère d’inquiétude et de criminaliser un mouvement à ampleur nationale en lui prêtant des intentions séditieuses et une puissance de frappe qu’il n’a pas forcément.

Conclusion : l’État français a voulu faire la démonstration du fait qu’une nouvelle ère s’est ouverte, intraitable et austère, au cours de laquelle les acquis et illusions démocratiques du passé doivent être oubliés ou abolis, cédant la place à une gouvernance agressive et violente digne de l’ancien régime. Ne doutons pas que cette mise en scène du maintien de l’ordre servira aussi à ce que la France s’impose sur le marché de l’armement et de la sécurité, afin d’exporter encore et toujours son “savoir faire” mortifère à l’étranger.

L’opinion des gouvernements actuels, c’est que le Capital et ses logiques élitistes et liberticides doivent régner de façon incontestée, quel qu’en soit le prix en vies humaines et au sacrifices de tous les mythes fondateurs de la démocratie.

Ce que le peuple (en gilet jaune ou non) doit comprendre de ce mois passé, c’est que l’État est prêt à tuer à nouveau au nom de l’ordre établi.

Au peuple de prendre des mesures en conséquence.

trouvé là : https://desarmons.net/index.php/2018/12/18/maintien-de-lordre-ultra-violence-institutionnelle-ce-quils-navoueront-pas/

lu sur :

Commentaire(s)

> Mais non, mais non

Les gilets jaunes c'est l'extrême droite,des révolutionnaires l'ont dit!

Les flics ne taperaient pas sur l'extrême droite quand même ?