report manif' de ce matin

Mot-clefs: Archives
Lieux:

 
A 11 h ce matin (12/06/03) les syndicats appelaient à un
rassemblement devant la pref'. Il y a eu d'abord les sempiternelles déclarations des délégués syndicaux... ouhai c'est enthousiasmant !!

L'intersyndicale de l'éducation nationale faisait passer un BAC (Brevet d'Aptitude au Collectif) mention RRS (résistance aux régressions sociales).

Ensuite une partie du cortège c'est dirigée devant le conseil général (situé à une cinquantaine de mètre). La on a revu les grands classiques genre lancers d'oeufs, tags, et fumigènes...

mouhai tout ceci est bien mou et me fait plutôt déprimer...

affaire à suivre notemment avec des actions cette apres-midi

Email Email de contact: ano_AT_numo.us

Commentaire(s)

> > report manif' de ce matin

C'es marrant de sentir ce desespoir dans le reportage de la manif de ce matin. moi je n'ai pas vécu la meme chose. J'ai meme trouvé cela motivant. alors que la manif ressemblait plutot à un rassemblement, il y eut des rencontres, et des discusions. De ces rencontres que l'on fait seulement dans les manifs. J'ai eu la joie de discuter avec des chomeurs, des ouvriers, des retraités, tout un tas de personne que je ne rencontre pas habituellement. Ca fait du bien à la gueule. Puis il y avait du blanc distribué gratuitement. et c'est cool de boire un muscadet en parlant à des inconnus. Enfin, le déplacement vers le conseil general était plutot sympas. ALors que certains lançait des petards, des fumigènes, des oeufs et quelques pierres, les autres les encourageaient en chantant. Quelques tags ont été fait. Une personne est meme monté sur l'enceinte du conseil géneral pour lancer ses poches de jus de betteraves. Les flics ont pointé leur nez et sont parti aussi sec quand des sacs de jus de betteraves leur sont tombés dessus. Plutot rigolo. A noter, c'était beaucoup des gars et des filles du privé qui étaient là, notamment ceux des secteurs les plus touchés par la regression sociale, et ou il est très difficile de faire grève : supermarchés, usines... Les responsables syndicaux n'ont pas trop chier pour calmer leurs "troupes". Il y a du changement dans l'air et les salariés sont de plus en plus énervés de faire grève et de ne pas etre écoutés.