Le génocide arménien nié par les uns et instrumentalisé par les autres

Mis a jour : le jeudi 18 octobre 2018 à 17:50

Mot-clefs: antifascisme
Lieux: arménie france

Lors d'une conférence donnée à la Mosquée Abou Dhar de Dunkerque le 5 octobre 2012, le prédicateur Hassan Iquioussen a nié avec jubilation le génocide arménien : "Si la loi [contre le négationnisme] était passée, je n’aurais pas pu dire que le génocide arménien n’existe pas, parce que la loi me condamne, alors que là, je peux m’éclater". (...)

Ces propos immondes ont resurgi depuis la mort de Charles Aznavour, relayés sur Twitter par les réseaux d'extrême-droite français qui ne perdent pas une occasion de se servir du génocide arménien et de sa négation - dont ils se moquent - pour propager la haine de l'Islam et des musulmans.

Notre site reprend ici notre billet "Hassan Iquioussen et la négation jouissive du génocide arménien", publié dimanche matin sur notre profil Facebook et repris par la suite avec notre accord, par le site Conspiracy Watch.

En revanche, la Ligue de Défense Juive - qui s'est cru autorisée à reprendre également cette tribune sans notre autorisation - n'a visiblement pas compris qu'elle fait partie des violents réseaux d'extrême-droite que nous dénonçons ici. La négation du génocide arménien et son instrumentalisation cynique sont les deux faces d'une même perversion morale et intellectuelle.

  • Hassan Iquioussen et la négation jouissive du génocide arménien

Lors d'une conférence donnée à la Mosquée Abou Dhar de Dunkerque le 5 octobre 2012, le prédicateur Hassan Iquioussen a nié avec jubilation le génocide arménien : "Si la loi [contre le négationnisme] était passée, je n’aurais pas pu dire que le génocide arménien n’existe pas, parce que la loi me condamne, alors que là, je peux m’éclater".

Voici la transcription complète du passage concerné :

« 500 000 Arméniens ont fait pression sur l’ex-président de la France, Sarko, pour qu’il vote une loi pour condamner les Turcs, pour un péché qu’ils n’ont pas commis, on est bien d’accord ? Le pseudo-génocide arménien. La loi n’est pas passée, on peut donc dire que ça n’existait pas. Si la loi était passée, je ferme ma bouche. Vrai ou faux ? Si la loi était passée, je n’aurais pas pu dire que le génocide arménien n’existe pas, parce que la loi me condamne, alors que là, je peux m’éclater. Regarde, je parle : il n’y a pas eu de génocide, et j’ai les preuves historiques qu’il n’y a pas eu de génocide. »

Ces propos immondes ont resurgi depuis la mort de Charles Aznavour, relayés sur Twitter par les différents réseaux d'extrême-droite français qui ne perdent pas une occasion de se servir du génocide arménien et de sa négation - dont ils se moquent - pour propager la haine de l'Islam et des musulman-e-s. Pour mémoire, Marine Le Pen était farouchement opposée à la loi pénalisant en 2011 la négation du génocide arménien.

Quel que soit le courant détestable qui a remis cette semaine en lumière le négationnisme de Hassan Iquioussen, il est nécessaire de prendre conscience de l'influence qu'a ce prédicateur de l'UOIF auprès des jeunes musulman-e-s de fRance :    ses vidéos sur YouTube font des millions de vues.  On relèvera aussi ses assertions conspirationnistes concernant tous les attentats qui secouent le monde occidental depuis le 11 septembre 2001. Hassan Iquioussen est bien évidemment également connu pour ses déclarations haineuses à l'encontre des Jui-f-ve-s.

Sa page Facebook annonce un voyage "culturel" à Istanbul du 23 au 29 octobre 2018, organisé par l'Institut Les Clés du Savoir, avec le "professeur" Hassan Iquioussen en invité d'honneur. Ce sera - à n'en pas douter - très instructif...

Vidéo:

Mosquée de Dunkerque : Hassan Iquioussen nie le génocide arménien

Mosquée de Dunkerque : Hassan Iquioussen nie le génocide arménien from GK Chesterton on Vimeo.

https://vimeo.com/245613528


Lire aussi :

Hassan Iquioussen et la négation jouissive du génocide arménien Par Séta Papazian | 7 octobre 2018

Ligue de défense juive — Wikipédia

Commentaire(s)

> bonnet blanc et blanc bonnet

c'est bizarre qu'après avoir dénoncé la récupération par la LDJ, on ne fasse pas de même pour Conspiracy Watch, au contraire, on se félicite de la diffusion par Conspiracy Watch

Pourtant, les deux se valent. ça laisse pas beaucoup de doutes sur la partialité de ce texte qui ne dénonce que les musulmans et une caricature d'extrêm droite.

> -

ça devient pénible ces attaques contre conspiracy watch, à croire que des conspirationnistes ami-e-s des fachos musulman-e-s qui sont sur indymedia ont la dent-dure

> Jordi Vidal -Résistance au chaos - 2002

« Dans les conflits qui viennent, les défenseurs de l’Islam évoqueront sans doute un racisme anti-islamique. A ce glissement sémantique, il n’y a qu’une réponse : l’Islam est une idéologie, au même titre que le capitalisme, le nazisme, l’hindouisme, ou le catholicisme. Or, il n’y a pas de racisme antinazi.

En s’attaquant au fondamentalisme religieux, les luttes de l’antimondialisation doivent être dominées par un antiracisme radical. Le combat implacable contre le fanatisme religieux doit être mené en solidarité avec ceux qui en subissent les ravages.

La condamnation d’une idéologie religieuse redonne aux femmes et aux hommes qu’elle aliène leur statut, non plus de croyants, mais d’êtres humains.

La violence faite aux immigrés et aux réfugiés est une violence faite à tous les hommes : elle ne supporte aucune excuse. Le ventre de la bête est toujours fécond. »

> On préfère Dominique Vidal à Jordi Vidal

"Quatre décennies plus tard, la France vit à l’heure de la querelle du voile. Celle-ci ne saurait cependant devenir l’arbre qui cache la forêt : une poussée d’islamophobie. Héritières de la mentalité coloniale, les croisades d’un Michel Houellebecq ou d’une Oriana Fallacci ne mériteraient que le mépris si elles n’alimentaient une spirale de violences contre des mosquées, des boucheries hallal et, plus grave encore, des personnes. Sans oublier les humiliations quotidiennes...

Ces faits et bien d’autres, le petit livre de Vincent Geisser (2) ne se contente pas de les relater : il s’efforce, le plus souvent de manière convaincante, d’en analyser les causes et d’en pointer les responsables. D’abord ceux qu’il appelle les « hérauts républicains », Alain Finkielkraut en tête (3), dont la laïcité sourcilleuse fait bon ménage avec les pires stéréotypes. Puis les médias, qui mettent en scène une « menace musulmane » incarnée par certains leaders qu’ils diabolisent (4), tandis qu’ils en encensent d’autres. Viennent ensuite les « experts de la peur », tel Alexandre Del Valle, dont l’auteur décortique l’étrange métamorphose. Dernière catégorie : les musulmans... islamophobes, sous couvert d’« islamistophobie »."

https://www.monde-diplomatique.fr/2003/11/VIDAL/10510