Besançon: Tags partout en soutien à la ZAD

Mis a jour : le mardi 12 juin 2018 à 14:39

Mot-clefs: Ecologie aéroport notre-dame-des-landes / actions directes squat logement
Lieux:

 

 

Dans la semaine du 31 mai au 7 juin, plusieurs tags ont été inscrits en solidarité avec les barricadier.e.s de la ZAD de NDDL, avec Maxime qui a perdu sa main à cause d'une grenade ainsi qu'avec toutes les personnes impactées par la répression.

 

Une-phrase-absurde-sur-de-la-belle-pierre-qu-il-faudra-nettoyer-photo-arnaud-castagne-1528365420-medium

Chcanes-medium

34770817_10216194472955984_2885429604355407872_n-medium

34750809_407310126451105_3193562712927895552_n-medium

34690200_10216193735097538_400282765779533824_n-medium

 

 

A divers endroits de Besançon, des dizaines de tags sont venus rappeler les mutilations des forces de l'ordre dans le bocage nantais et la lutte acharnée d'une partie des occupant.e.s contre la mainmise de l’État sur nos vies et nos plantations: sur la permanence LREM de la rue des Artisans, on pouvait lire « Ah ZAD ira, ZAD ira, les politicards à la lanterne... » sur le long de la façade. Un gros « ZAD » en noir a été inscrit sur la façade blanche écarlate de l'église du Sacré-cœur. Dans le même temps, l'église Saint-Joseph s'est fait décorer d'un « Plutôt agitateur que prêcheur » et d'un « ¨Pour Maxime ». La veille du rassemblement annoncé « Contre les violences d’État, pour des ZAD partout ! », trois statues ont eu leurs mains repeintes à la peinture rouge, comme cela a été fait à Rennes il y a quelques jours : Jouffroy d'Abbans sur le pont Battant, la fontaine du Doubs au carrefour de la rue Mégevand et de la rue Ronchaux, mais aussi l'Homme et l'Enfant dans la promenade des Glacis (à côté de la Gare Viotte). Enfin, les murs de la cathédrale Saint-Jean, ainsi que sa partie en chantier ont été recouverts de slogans: « ZAD vaincra ; ZAD partout ; la police mutile; Feu aux aménageurs » ou encore « Gendarmes assassins, cathos complices ».

D'autres inscriptions ont vu le jour sur la promenade au bord du Doubs.

 

En période estival et touristique, repeignons les centre-ville de nos rages, de nos solidarités acerbes contre le pouvoir et ses flics !

Cultivons notre aversion pour l'Etat et ses divers collabos !

Commentaire(s)