[Street Medics Nantes] Manifestation contre Macron et son monde, 26 mai 2018

Mis a jour : le mercredi 24 avril 2019 à 22:26

Mot-clefs: Répression luttes salariales / précarité lutte étudiant-e-s lycéen-ne-s mouvement exclusion chômage
Lieux: Nantes

Publié par le groupe: GroupStreet Medic Nantes

La manif est partie animée du miroir d'eau les poings levés, gantés ou peints de rouge en soutien a Maxime qui a vu sa main arrachée par une grenade de la gendarmerie.

33806429_2245382128821763_2366905083246936064_n-medium

33690989_1723116981107682_473453675470127104_n-medium

Arrivé devant la préfecture, le cortège est copieusement arrosé de grenades lacrymogènes. La lance à eau était également de la partie, mais les flics visaient apparement davantage à décaper les banderoles et il n'y a à ce niveau heureusement pas de blessé.e.s.

Plus loin a hauteur de la place du cirque, la police attaque le cortège avec des lacrymogènes et plusieurs tirs de LBD, dont au moins un tir dans le thorax. On dénombre également une crise d'asthme avec nécessité de ventoline ; une plaie importante face interne de la cuisse avec brûlure, probablement dûe à l'impact d'une grenade lacrymogène ; une plaie du cuir chevelu par impact d'un palet de lacrymogène ; une coupure à la main et une brûlure à la main par palet lacrymogènes.
Et beaucoup, beaucoup de gaz.

La manifestation dépasse ensuite Bouffay pour poursuivre vers le miroir d'eau, mais brutalement les gendarmes mobiles lancent une charge latéralement, complètement gratuite et très violente sur le cortège de tête à coup de matraque. Il y a eu également usage sans modération de la gazeuse à main directement dans les visages et plusieurs tirs de LBD dont au moins un au pied. Une personne a été orientée vers les urgences pour suspicion de fracture des os de la main suite à des coups de matraque ; Nous avons dû écarter quelques personnes de la manif car sérieusement matraquées ou souffrant du gaz sans que leur état ne nécessite toutefois une orientation vers les urgences.

Après un temps pour se remettre au miroir d'eau, la manifestation repart pour se diriger vers le CHU mais est bloquée par un cordon de GM. C'est à ce moment là qu'un facho, juste derrière les GM, accompagné d'un groupe et clairement protégé par les flics, lance une bouteille en direction de la banderole et ses porteurs. Alors qu'il se trouve juste à leur niveau, les flics ne l'interpelleront pas, ils préféreront envoyer des grenades lacrymogènes vers les manifestant.e.s. Personne n'a heureusement été atteint par la bouteille mais plusieurs personnes ont dû être soignées pour les gaz.

Quelques minutes plus tard, toujours au miroir d'eau donc, une charge supplémentaire est lancée contre les manifestant.e.s à hauteur du camion de la CGT. Beaucoup de gazés mais pas de blessé.e.s décomptés à ce moment là.

Bien que réprimée et cible des fachos, la manif est restée déterminée avec un nombre limité de blessé.e.s. On pense à Maxime et tout les autres blessé.e.s sur la ZAD et ailleurs. Flics, fachos, hors de nos vies.

Commentaire(s)

> Les CRS ont les détestent

J ai vu une vidéo où les CRS ont fait une tentative de charge, et les manifestants, pourtant non proteges, les ont fait fuir en criant "CASSEZ VOUS !!!CASSEZVOUS !!"et ils ont fait marche arriere et sont partis dans le petite rue perpendulaire (tout au bout de celle ci en plus) !!!!!!C'ETAIT HÉROÏQUE. ..VIVE LES BRETONS et les autres aussi bien sur