Compte-rendu des comparutions immédiates - lundi 16 avril à Nantes

Mis a jour : le mardi 17 avril 2018 à 16:58

Mot-clefs: Répression aéroport notre-dame-des-landes
Lieux: Nantes

Publié par le groupe: Groupzad NDDL

7 personnes sont passées en comparution immédiate lundi 16 avril.

1 chopée sur la zad vendredi matin + 6 chopées en manif samedi à Nantes. 4 refusent la comparution immédiate dont la personne de la zad qui est maintenue en détention jusqu’à son procès le 18 mai. Les 3 autres refus de compas sont placés sous contrôle judiciaire, procès les 22, 23 et 24 mai. Les 3 qui ont été jugés ont pris de la prison avec sursis + dommages et intérêts aux flics + interdiction de Loire-Atlantique pour ceux qui ne sont pas d’ici. Tous sont accusés de violence sur personne dépositaire de l’autorité publique + refus de signalétique et ADN pour la personne de la zad. D’autres compas encore aujourd’hui à Nantes et Saint-Nazaire.

Courage aux potes, feu aux prisons

Ici un article du parisienqui donne plus de détails sur le déroulement des séances et le caractère absurde, aveugle et injuste de cette répression

Link_go https://zad.nadir.org/spip.php?article5592

Commentaire(s)

> La justice a décidé de frapper fort, très fort, pour écraser toute contestation à Nantes

- Depuis deux jours, des procès ont lieu contre les personnes arrêtées à Nantes et Notre-Dame-des-Landes, lors des manifestations contre les expulsions de la ZAD. Parmi eux, il y a cet homme de 48 ans, arrêté seulement pour avoir lancé quelques insultes à la BAC qui commettait des violences, samedi 14 avril, à Nantes. Le verdict ? 6 mois de prison, dont deux ferme ! De la prison ferme pour des mots.

- Il y a surtout ce jeune de 21 ans, arrêté dimanche sur la ZAD. Son casier est vierge. Il est accusé, sans aucune preuve, d'avoir vidé un extincteur en direction des gendarmes. Ce qui, formellement, n'est même pas une « violence », puisque la vapeur d'extincteur ne risque en aucun cas de blesser quiconque, et certainement pas des hommes en armure. Peu importe, le prévenu, de toute façon, explique que les gendarmes l'ont confondu avec un autre manifestant. La justice le condamne à 8 mois de prison ferme ! Oui. 8 mois de prison, sans preuve. Pour un acte non violent. Pour l'exemple.

- Ces dernières années, la police a blessé des centaines de personnes dans les manifestations à Nantes, avec ses armes. Parmi elles, 4 jeunes hommes ont été éborgnés après avoir reçu des balles en caoutchouc à l’œil, dans des manifs. Aucun policier n'a jamais été inquiété par la justice pour ces mutilations, dont ils garderont les séquelles à vie. Le tribunal de Nantes a requis une relaxe, et trois « non-lieu ».

Source: https://nantes.maville.com/actu/actudet_-zad.-interpelle-a-la-manif-un-sdf-en-pleurs-devant-le-tribunal_fil-3425654_actu.Htm