Avant l'apocalypse?

Mis a jour : le jeudi 19 avril 2018 à 15:22

Mot-clefs: Guerre Répression Resistances antifascisme
Lieux: https://blogs.mediapart.fr/

Le président Macron apporte à Donald Trump son plein soutien pour faire la guerre en Syrie. L'aventure libyenne lui sert-elle d'exemple? Vaut-elle de risquer une confrontation militaire avec la Russie? A qui profite de mettre le monde au bord de l'apocalypse?

17-05-26-trump-macron-medium

On est habitué aux expressions fines et nuancées des tweets du président US. Il va déchaîner le feu et la fureur sur la Corée du Nord, il va effacer cette dernière de la carte, etc.. On a beau se croire blasé, on se laisse surprendre par l'inventivité de Donald Trump.

Cette fois encore c'est de la paix mondiale qu'il s'agit. Le grand humaniste qui siège à la Maison Blanche défie la Russie : ses missiles apporteront la paix et la démocratie en Syrie, même si cela doit dégénérer en escalade avec la Russie de l'affreux Poutine. Soyons en sûr, le bouton rouge de l'arme nucléaire US est encore plus gros que celui de Poutine.

Heureusement que notre président poète-philosophe-disciple-de-Paul-Ricoeur lui apporte le soutien de la France. En toute indépendance, évidemment. La France est déjà ficelée dans l'OTAN. Mais bien avant que son ami Trump ne soit président des USA, bien avant l'invitation de ce dernier au défilé du 14 juillet sur les Champs Elysées, le ministre de Hollande Emmanuel Macron avait offert une bonne partie de l'indépendance stratégique de la France à l'ami US en offrant – pour un plat de lentille – à General Electric les brevets et les usines d'Alstom. Alors, lorsque Trump siffle, le toutou frétille de la queue.

Le président-poète-philosophe-ni-de-gauche-ni-de-gauche a compris, comme l'ami Trump, que l'ONU, la légalité internationale, la paix mondiale ne sauraient se mettre en travers de sa route quand il s'agit de punir, au nom de l'amitié franco-US et de la démocratie, le dictateur syrien pour un bombardement chimique non prouvé, que des sceptiques disent supposé. La guerre froide avec la Russie est-elle suffisante pour détourner l'attention du bon peuple ? En France, les fonctionnaires, les cheminots, les hôpitaux, les Universités, les juges et les avocats, les EHPAD, les personnels d'Air France, les éboueurs, les retraités, etc., vont-ils arrêter leur mouvement ? Aux USA, les enquêtes sur les petites combines électorales de Trump avec ses anciennes maîtresses vont-elles être abandonnées ? Rien n'est moins sûr. Alors qu'une bonne guerre avec images télévisuelles terrifiantes, bombardements dits chirurgicaux, représailles russes suivies d'escalade franco-anglo-saoudo-US, et, si tout va bien, une ou deux bombinettes atomiques ici ou là,auraient un effet assuré pour calmer les perturbations sociales ou les enquêtes judiciaires gênantes.

On peut s'interroger...On peut supputer...A qui profite de mettre le monde au bord de l'apocalypse ?

A des dirigeants en proie à une contestation dangereuse chez eux ? Au lobby militaro-industriel ? A la Bourse et à Wall Street ? A tout ceux là simultanément ?Même au Figaro, on semble s'interroger, à en croire Caroline Galacteros, experte en études stratégiques, qui y explique « Pourqoi la France ne doit pas s'associer aux frappes en Syrie ». Le Figaro plus à gauche que le Président...

Au moins un aspect de cette crise doit flatter la fierté des Français : alors qu'aux USA le président élu ne peut déclencher une guerre sans l'aval du Congrès, le président français, lui, n'a de compte à rendre à aucune assemblée élue : voilà une belle et grande leçon d'efficacité monarchique : M. Macron peut lancer la France dans une aventure ou son peuple n'a rien à gagner, peut-être tout à perdre, sans qu'il n'ait d'autorisation à obtenir des élus de la Nation.

Email Email de contact:

Commentaire(s)

> Z A D I S T A N

indy devient la poubelle de mediapart (après avoir été celle de la propagande pro palestinienne) ?

> TROLLISTAN

indy ne sera pas la poubelle des va t'en guerre, des trump, macron, netanyahou, cohn bendit, bhl, goupil........

seules les guerres peuvent faire vivre ces crapules

> Quand les pro-guerre pètent les plombs

Instructive prestation de « Dany Le Rouge », alias Cohn-Bendit, sur la chaîne 5, lors de l'émission C Politique le lundi 09/04.

Je n'ai aucune sympathie pour Poutine, dont l'amour de la démocratie ne semble pas le point fort. Mais Daniel Cohn Bendit m'a fait comprendre à quel point je manque de fermeté pour m'opposer à cet ennemi du genre humain.

Daniel Cohn Bendit a des informations sûres et certaines : aucun doute pour lui, Trump et Macron, uniquement motivés par la justice et la défense des droits de l'homme, ont raison de menacer la Russie de représailles au sujet de l'espion russe empoisonné en Angleterre. Cohn Bendit considère sans doute comme moraux et utiles, eux, les assassinats politiques commis par les dirigeants US et français par drones ou autres moyens interposés. Il tient sans doute pour basse manœuvre de diversion les doutes de la justice anglaise qui ne trouve aucune preuve incriminant les services russes. Il est, avec Trump, Macron et autres pacifistes, à l'avant poste de la civilisation pour faire monter la pression d'une nouvelle guerre froide contre le danger russe.

Mais il considère que Trump et Macron, comme l'Allemagne d'ailleurs, font preuve de faiblesse contre l'ennemi à abattre, l'ignoble Poutine. Tout juste s'il n'a pas accusé ce dernier d'avoir commis des actes pédophiles dans sa jeunesse...Il faut, selon lui, boycotter le Mondial de foot, saisir les biens de tous les dirigeants russes en Europe et aux USA, multiplier les actes agressifs salutaires envers la Russie.

Je me suis par moment inquiété pour sa santé : il s'étranglait tellement de colère contre Poutine, l'ennemi du genre humain, que j'ai craint pour lui une apoplexie. C'était revigorant de voir un grand démocrate, fidèle à ses convictions libérales-libertaires de toujours, grand soutien de l'Europe libérale, grand soutien du président Macron pour ses attaques contre le code du travail, contre les services publics en général ne pas perdre le Nord face au danger russe.

En plein mouvement social de défense du service public ferroviaire par les cheminots, en pleine effervescence universitaire contre la mise en œuvre de la sélection sociale à l'université, en pleine mobilisation de défense du service public de Santé, Dany Le Rouge a bien compris qu'il ne fallait pas distraire une minute de son temps télévisuel pour émettre la moindre réserve à l'égard de son ami Macron.

Au moment ou l'ami Trump, par pur amour du genre humain, exige que chaque pays en Europe augmente son budget militaire à 2% du PIB, Cohn Bendit, écarterait sûrement avec mépris toute suggestion par des esprits malveillants que l'appel à la guerre froide contre la Russie fait bien l'affaire des lobbies militaro-industriels...

https://blogs.mediapart.fr/pascallederer/blog/100418/cohn-bendit-sur-c-politique-chaine-5-le-0904

> Les renégats de mai 68

Daniel Cohn-Bendit et Alain Geismar, têtes de gondole de Mai 68, avaient promis de ne pas s’exprimer à l’occasion du cinquantième anniversaire de cet événement. Ils n’ont pas pu s’empêcher de le faire collectivement dans un entretien avec Michel Wieviorka pour la revue Socio.

Ils voient dans Mai 68 ce qu’ils appellent trois dimensions : la dimension sociale, c’est-à-dire la grève générale qui a abouti aux accords de Grenelle, la dimension culturelle, « cette envie de vivre différemment » et la dimension révolutionnaire.

Pour les deux premières dimensions, le bilan leur semble positif. Mai 68 a permis d’entrer dans la « modernité culturelle et sociale », incarnée pour eux par Emmanuel Macron dont ils ont soutenu la candidature.

En ce qui concerne la dimension révolutionnaire, nos deux compères font un rapide mea-culpa, puis tombent à bras raccourcis sur « l’idéologie gauchiste révolutionnaire ». Cohn-Bendit estime que, de 1968 à 1974-1975, il est tombé dans le piège de la « révolution possible ». Geismar, qui a adhéré au Parti socialiste, dilue sa désertion en constatant que le P.S. tel qu’il l’a connu « avait absorbé énormément d’anciens militants gauchistes ».

Ceux qui ont trahi leurs idéaux de jeunesse trouvent généralement comme excuse qu’ils ne sont pas les seuls, que c’est une évolution normale.

Ils se trompent. Des révolutionnaires qui continuent de croire à l’édification d’une société libre et sans classes, ni riches ni pauvres, il y en a encore. Pour eux Mai 68 n’est pas mort. Ils ne participent pas à son enterrement. Ils n’ont pas déserté. Ils peuvent encore se regarder dans la glace et reconnaître les jeunes gens enthousiastes qu’ils étaient il y a cinquante ans. Ils savent aussi qu’ils ont été rejoints par d’autres qui partagent leurs convictions.

Loin d’incarner la modernité sociale, nos deux « renégats » sont les véritables « croulants ». « Cours, camarade, le vieux monde est derrière toi », disait-on en Mai 68. Cohn-Bendit et Geismar sont les dignes représentants de ce vieux monde fait d’injustices sociales, d’inégalités et de guerres.

Nous qui croyons encore en la révolution, nous qui étions en 1968 et dans les années suivantes des militants discrets mais actifs, nous leur dénions le droit de parler en notre nom. Conseiller Macron dans sa « casse sociale » leur suffira.

> Tiens, Poutine lui ne serait pas "pro-guerre"...

alors qu'il en provoque une tous les deux ans en moyenne ?

(Quant au troll rouge-brun qui pollue Indymedia, on espère que le ministère de la Vérité le rémunère tout de même quelques kopecks : il les mérite, c'est quasi un travail à plein temps qu'il fournit ici.)

> Les va-t'en-guerre à la manoeuvre

Le troll macro-cohn-bendiste et trumpo-compatible qui pollue Indymedia à plein temps n’a pas besoin d’être rémunéré : sa passion pour la guerre et l’Empire est authentique et donc désintéressée.

Triste de voir des pro-guerre faire la propagande de l’impérialisme sur un média à priori antifasciste.

> Le troisième larron du ralliement inconditionnel à l'Empire

Sur C Politique, BHL, qui collabora si bien, avec Sarkozy, au rétablissement de l'ordre et de la démocratie en Libye, explique pourquoi il faut apporter l'ordre et la démocratie en Syrie, cette fois avec Trump et MAcron, à coup de bombes.

Sur la 5, à C Politique, on aime le pluralisme, on favorise la diversité d'opinion. Ainsi, après Cohn Bendit, qui ne cache pas son amour pour Macron, on invite Bernard Henri Lévy, qui, lui, ne cache pas, pour Macron, son amour...

Le premier savait de source sûre que l'espion russe empoisonné en Angleterre était victime personnelle de Poutine. L'incapacité de la justice anglaise à le prouver ? Balayée, Dany n'en parle même pas.

Je n'ai aucune indulgence pour Bachar El Assad, c'est un dictateur qui utilise la violence et les tortures contre les démocrates syriens. Grâce au deuxième, notre BHL, j'ai compris qu'en fait je ne suis qu'un pacifiste bêlant...

BHL a si bien su avec Sarkozy restaurer la tendresse et les droits de l'homme en Libye, qu'il voudrait renouveler l'exploit en Syrie. Heureuse coïncidence c'est aussi ce que veulent Trump et Macron ! BHL ne contient pas son indignation devant l'utilisation, ces derniers jours, d'armes chimiques par Bachar El Assad contre des civils, femmes ou enfants, dans la Ghouta. BHL, grâce sans doute à ses amis dans les services secrets, n'a aucun doute : Trump et Macron l'affirment, c'est donc irréfutable. Que la France fasse la guerre en Syrie, comme jadis en Libye, voilà la noble et généreuse tâche que s'assigne BHL-Le-Philosophe-Que-Le Monde-Nous-Envie. BHL le sait : la destruction de l'Etat libyen a été une bénédiction pour le peuple libyen, et même aussi pour toute une tripotée de djihadistes qui manquaient cruellement d'armes : enfin libérés de l'infâme Kadhafi par l'heureuse collaboration de Sarkozy et BHL, ils ont pu se ravitailler dans les arsenaux libyens : les peuples du Sahel adorent cet épisode.

La veille, Cohn Bendit s'étranglait de fureur contre la faiblesse occidentale à l'égard de Poutine. BHL, lui, sait se maîtriser. Très en colère, mais sans risquer l'apoplexie, il exige, sûrement instruit par l'exemple libyen, qu' on fasse de même en Syrie. La guerre, rien que la guerre, mais toute la guerre. D'ailleurs, Poutine n'est-il pas l'allié d'Assad ? Or BHL est sévère pour Poutine : il a très bien vu que Poutine est un nouveau Mussolini doublé d'un nouvel Hitler. Pas de nouveau Münich face à Poutine ! BHL ne l'a pas dit, mais pétri de pensée philosphique, il sait ce que parler veut dire : comme face au monstrueux Assad, face à Poutine, la seule négociation c'est la guerre.............

> Bernard-Henri Levy, le VRP de la guerre, et ses idiots utiles gauchistes

Et le plus ignoble, ce que cet affreux personnage, ce messager de la guerre et de la mort, veut nous faire croire qu'il en appelle à la guerre en Syrie pour sauver les vies des enfants et des civils innocents, en oubliant que c'était déjà le refrain qu'il nous avait servi pour pousser à la guerre en Irak et en Libye !

Quel culot, quelle imposture, quel ignoble individu que ce sinistre pseudo philosophe qu'est Bernard-Henri Levy !

Non satisfait d'avoir appelé en 2003 à la guerre désastreuse menée contre l'Irak par l'Amérique de Georges Bush qui a fait plus d'un million de morts ;

Non satisfait d'avoir influencer la politique étrangère de la France en 2011, et conseiller à Nicolas Sarkozy d'attaquer la Libye aux côtés de la GB et des Etats-Unis qu'ils ont fini par détruire, avec au passage l'assassinat du guide libyen Mouammar Kadhafi, ce qui facilitera la dissémination en Afrique Subsaharienne de son arsenal militaire dans les mains des groupes terroristes, situation qui va favoriser par la suite le développement du terrorisme dans tout le Sahel avec son cortège de morts ;

Le voilà qui vient nous resservir sa même musique funèbre pour inciter le chef de l'Etat, Emmanuel Macron à s'engager dans une guerre aux côtés des américains pour bombarder cette fois-ci la Syrie, comme si ce pays n'était pas suffisamment bombarder et n'avait pas payer un lourd tribut en termes de vies humaines anéanties sous les bombes du tyran Assad et de son allié russe, sans oublier les bombardements américains et ceux des autres membres de la coalition.

Et le plus ignoble, ce que cet affreux personnage, ce messager de la guerre et de la mort, veut nous faire croire qu'il en appelle à la guerre en Syrie pour sauver les vies des enfants et des civils innocents, en oubliant que c'était déjà le refrain qu'il nous avait servi pour pousser à la guerre en Irak et en Libye !

Autre point inadmissible, ce que ce philosophe de la guerre semble oublier que les guerres auxquelles il avait appelé tout comme celle en cours en Syrie, ont eu pour conséquences des vagues d'attaques terroristes qui ont endeuillées notre pays, nos voisins européens et continuent aujourd'hui encore d'ensanglanter le monde musulman.

Enfin, dernier point de l'imposture et de l'hypocrisie de cet apôtre de la guerre, ce qu'on ne l'entends jamais appeler à la guerre sur d'autres terrains de conflits que ceux du monde musulman.

En effet,il a été curieusement très silencieux face au génocide des rohingyas devant lequel il a semble-t-il été en manque d'informations au sujet de cette tragédie qu'il découvrait, et quand bien même il a fini par la découvrir, on ne l'a pas vu endossé son costard de VRP de la guerre pour demander une intervention militaire contre la junte militaire tortionnaire et son égérie de la démocratie, le prix Nobel de "sa" paix, Aung San Suu Ki, qui se sont rendues coupables de crimes contre l'humanité pour la mort de milliers de personnes appartenant à cette minorité musulmane de Birmanie victimes des exactions toujours en cours de l'armée et des moines bouddhistes extrémistes.

Et que dire de sa position au sujet de la politique de colonisation de l'Etat sioniste d'Israël contre le peuple palestinien dont le calvaire dure aujourd'hui depuis 70 ans ?

Que ne l'a-t-on pas vu parcourir les plateaux de télévisions et les émissions radios, sans oublier ses nombreux écrits dans la presse et les réseaux sociaux pour justifier l'injustifiable, soutenir aveuglement l'innommable, accorder son soutien et sa solidarité à l'oppresseur au mépris des souffrances de l'oppressé, et fermer les yeux toute honte bue, devant ce qui est à ce jour la plus insupportable oppression d'un peuple dans le monde, la plus insolente atteinte au droit international et aux droits de l'homme tout simplement, sans que pour autant il ait appelé un jour à la mise en place d'une coalition militaire pour mettre fin aux crimes de guerre et aux crimes contre l'humanité perpétrés depuis 70 ans par l'Etat sioniste d’Israël contre le peuple palestinien !

Au regard du bilan de ses "engagements", la décence incombe à cet intellectuel qui a déshonoré la philosophie et sa fonction, de se taire à défaut de s'excuser pour les nombreux morts auxquels ses appels à la guerre ont mené.

Et comme il semble être en manque de décence et de capacité d'auto-critique, il appartient aux médias d'en avoir, en évitant de l'accueillir régulièrement comme ils le font, et servant en ce sens, de caisse de résonance à ses campagnes de VRP de la guerre.

https://blogs.mediapart.fr/abdourahmane/blog/110418/bernard-henri-levy-le-vrp-de-la-guerre

> La loi du plus fort

Macron et ses acolytes avaient besoin de ces frappes pour faire oublier leur gestion intérieure catastrophique. Et maintenant, va-t-on envoyer des missiles sur la ZAD sans l’accord de l’ONU ? Nos mégalomanes dangereux vont-ils nous expliquer pourquoi ils ne bombardent pas l’Arabie Saoudite pour l’extermination de la population civile yéménite, et au contraire participent à son armement ?

« Est ce qu'il serait anormal que les va-t-en guerre Trump, Macron et May fournissent aux citoyens que nous sommes, les preuves de l'implication de l'armée syrienne dans ces attaques chimiques, avant de bombarder des Syriens ? Et ceci d'une manière plus fiable que les éprouvettes de destruction massive brandies par Colin Powell en 2003 à l'ONU.

Pour info, à l'heure où Macron n'a pas peur de dire à une infirmière désespérée par ses conditions de travail, qu'il ne peut rien faire car il n'est pas le père Noël, il faut savoir que l'heure de vol du Rafale est à 40.000 euros et le missile A2SM à 200.000 euros pièce.

On imagine combien vont nous coûter les rodomontades guerrières et assassines de Macron pour nous distraire de NDDL, de la casse de la SNCF et des universités. Entre 1 et 5 millions d'euros. De quoi remettre sur pied quelques hôpitaux et Ephad !!!

Maintenant nous allons voir si cette "coalition" déshonorée va oser nous donner le chiffre des victimes innocentes qu'elle aura tuées et blessées. »