Contre tous les pouvoirs

Mis a jour : le jeudi 29 mars 2018 à 11:08

Mot-clefs: actions directes
Lieux: paris

Rue des Ternes, Paris, nuit du 27 mars. Une voiture avec plaque diplomatique part en feu.

Nous nous opposons à tous les états et à tous les nationalismes, même "opprimés" parce qu’ils seront toujours prêt à devenir des oppresseurs à leur tour.

L’agression turque (et djihadiste) contre Afrin est horrible, mais cela ne nous fera pas ranger derrière les bannières du nationalisme kurde (même sous couverture municipaliste libertaire).

Au nationalisme, au collectif, à tous les partis (même imaginaires, informels ou classistes) nous opposons l’action directe individuelle ou en petits groupes.

Un pensée pour les anarchistes emprisonné.e.s par tous les états. Solidarité avec les compagnon.ne.s sous procès en Italie pour l’opération scripta manent et les compagnon.ne.s des CCF en Grèce. Une pensée pour Cristal et l’autre personne récemment envoyées en taule suite à l’expulsion du Bois Lejuc. Et nous n’oublies pas Krème : tiens bon, poto

Les amis de... Ernestr Coeurderoy

Commentaire(s)

> source

visiblement la source est ici :
http://grenwtbfmktcindy.onion/2018-03-28-Contre-tous-les-pouvoirs

> solidaires ?

Faire de l'ironie sue des personnes qui passent en procès en ce moment même... pffff...

> Si Afrin tombe … il sera trop tard

Pendant plus de 6 semaines, nous avons dû regarder l’Etat turc attaquer et occuper, avec des groupes islamistes comme ISIS et Al-Qaida, Afrin, la région la plus occidentale du Rojava. Dans cette campagne d’extermination, les envahisseurs ne se sont pas interdits le bombardement délibéré de civils ni l’utilisation d’armes chimiques. Les mercenaires islamistes et les soldats fascistes turcs laissent une trace de dévastation, de pillage, de viol et de meurtre, ils pratiquent un nettoyage ethnique du territoire des Kurdes. Jusqu’à présent, plus de 300 civils et de nombreux militants ont donné leur vie, des dizaines de villages ont été détruits et des centaines de milliers de personnes ont dû quitter leurs maisons.
Malgré la résistance déterminée du peuple d’Afrin et de ses unités de défense YPG / YPJ / SDF, l’armée turque parvient à gagner du terrain chaque jour. Alors que l’offensive turque a été bloquée dans la zone frontalière du canton pendant le premier mois, ces dernières années, d’importantes petites villes comme Raco et Shera ont été conquises par les envahisseurs. Leur destination est Afrin City, l’endroit où les civils ont fui les villages et les petites villes qu’ils ont conquis jusqu’à présent.
Ceci est rendu possible par l’utilisation massive des technologies modernes de l’OTAN telles que les avions de combat, l’artillerie, les chars et les drones. La guerre d’agression fasciste-islamiste contre Afrin n’est pas seulement la tentative d’Erdogan de détruire le mouvement de liberté kurde ; Alors que la Russie ouvre la porte à l’armée de l’air turque et que le régime syrien Assad est de facto inactif, l’OTAN soutient activement cette guerre avec des renseignements, des technologies militaires, des armes et des munitions provenant des usines occidentales. Les messages hypocrites des palais du pouvoir ne peuvent cacher le fait que cette guerre n’est rien d’autre que la prise en compte des dirigeants par la révolution du Rojava. C’est un compte rendu de la tentative de contrer le système capitaliste avec une alternative autodéterminée de démocratie radicale, de libération des femmes, d’égalité réelle entre les sexes et d’écologie sociale.
En tant que gauche radicale en Europe, nous devrions être conscients de la signification historique de ces jours. L’attaque contre Afrin est une tentative de détruire le projet révolutionnaire le plus prometteur de notre génération. La révolution Rojava n’est pas seulement la seule perspective émancipatrice significative au Moyen-Orient, mais aussi l’une des dernières lueurs d’espoir pour un autre monde.
Comme aucune autre révolution des dernières décennies, Rojava nous a inspirés et nous a montré à quel point la lutte pour la libération d’une société peut être radicale et belle. La résistance héroïque de YPG et de YPJ à Kobani et l’auto-organisation de la population à l’initiative des femmes auto libératrices jettent un sort sur des milliers de gauchistes, anarchistes, socialistes et féministes. Dans le monde entier, cette révolution a été discutée, admirée et solidaire, des centaines de personnes se sont rendues au Rojava et ont participé à la résistance contre Daech et à la construction d’une nouvelle société. En dépit de toutes les contradictions, le mouvement Rojava, avec sa détermination, son attachement au peuple et la mise en œuvre concrète de nos utopies, est devenu le point focal le plus important de la lutte mondiale contre le capitalisme, le patriarcat et le racisme.
Aujourd’hui, ce projet se tient dos au mur. La guerre contre Afrin est une lutte pour l’existence ou la non-existence de la révolution au Rojava. Si Afrin tombe, Minbij tombera aussi. Avec une victoire de l’Etat turc à l’ouest de l’Euphrate, l’impérialisme américain repensera sa stratégie régionale et envisagera de céder le nord de la Syrie aux milices islamistes affiliées à la Turquie sous l’étiquette ISA et Al-Qaida / Al-Nusra. Ce ne serait pas seulement le début du nettoyage ethnique et la fin sanglante de la révolution Rojava, mais aussi le début d’une nouvelle phase dans le développement du fascisme turc comme source de l’islamisme mondial – les rêves d’Erdogan du nouvel Empire ottoman avec lui Sultan en tête n’aurait plus de contrepartie. La dictature à l’intérieur serait consolidée pendant des décennies, l’expansion coloniale serait étendue à l’extérieur. Le Moyen-Orient serait entraîné plus profondément dans le chaos de la guerre et de l’anéantissement sans une force capable de développer une alternative émancipatrice.
Le fait que les événements au Moyen-Orient aient un impact direct sur les processus politiques et sociaux, aussi bien en Europe que dans d’autres parties du monde, n’a pas seulement été démontré par les attaques de Daech ces dernières années. La montée du racisme, du sexisme et de l’antisémitisme dans les sociétés européennes, le nouveau militarisme et les appels de plus en plus nombreux à l’État autoritaire et donc au retour de la droite radicale sont directement liés à cela. Nous devons être conscients que les conditions dans lesquelles nous, la gauche radicale, luttons dans les centres du pouvoir sont également façonnées par l’équilibre international du pouvoir. Et il en est de même des conditions politiques dans les métropoles du capitalisme, qui influencent les conditions dans lesquelles nos amis se battent à Afrin.
Les habitants de Rojava sont toujours debout, YPG / YPJ / SDF sont opposés à ces développements. Et cette résistance n’a jusqu’ici eu du succès que parce que les gens ont décidé de tout donner pour cela. Cependant, ils ne pourront pas se défendre contre la supériorité brutale de l’armée turque attaquante et de leurs assistants islamistes sans le soutien international. Mais malgré des semaines de protestations mondiales, les Etats d’Amérique du Nord via l’Europe vers la Russie tiennent leur décision cruelle de mettre fin à cette révolution, et semblent avoir scellé le destin du peuple du Rojava. La résistance en Afrin ne réussira que si nous sommes prêts à tout donner, même si c’est le plus précieux.
Nous ne continuerons pas à regarder cette injustice passivement. Nous ne laisserons pas les gens de Rojava et nos camarades combattants seuls, parce que la guerre contre Afrin est tout autant une guerre contre nous. L’attaque turque contre Afrin est la poussée politique, économique et militaire de l’OTAN au cœur de nos luttes révolutionnaires, de nos rêves et de nos espoirs. Nous ramènerons cette guerre là où elle est approuvée, soutenue, légitimée et produite. Nous allons augmenter les coûts pour ceux qui profitent de cette guerre. Nous demanderons des comptes à ceux qui endossent le meurtre de civils et les légitimerons comme une « guerre contre le terrorisme » supposée. Et nous ferons en sorte que le public européen assourdi écoute et rappelle à nos sociétés que nous avons tous une responsabilité vis-à-vis de ce que les gouvernements font en notre nom.
En ce sens, nous appelons toutes les forces émancipatrices du monde entier à rompre le silence et à donner une voix au peuple du Rojava que personne d’autre ne peut ignorer. Si ce n’est pas nous, qui d’autre pourra rappeler à nos sociétés leurs responsabilités? La situation à Afrin est une menace existentielle pour toutes nos perspectives révolutionnaires – quand, sinon maintenant, est-il temps de tout risquer ? Si Afrin tombe, ce sera trop tard. Seulement si nous donnons tout, nous serons en mesure de tout gagner
.
Les actions de solidarité passées avec la résistance à Afrin ont été justes et bonnes. Nous saluons tous les camarades qui organisent, manifestent et mènent des actions directes depuis des semaines. Ce sont des moments importants, mais ils ne suffisent pas. Dans la situation actuelle, le silence meurtrier et le soutien de la Turquie fasciste par la communauté internationale nous obligent à d’autres moyens. Nous devons exercer notre droit d’auto défense de nos espoirs.
Les actions directes ne peuvent pas être seulement une intervention concrète dans la machine de guerre et de propagande de l’Etat turc et de ses auxiliaires, mais elles ont beaucoup plus de potentiel pour attirer l’attention sur l’urgence extraordinaire de la situation. Brûler des consulats turcs, saboter des compagnies d’armement et des actions militantes de masse contre les symboles du régime capitaliste et impérialiste briseront le silence et les atrocités du fascisme turc ne seront plus ignorées. Le système en Europe se nourrit de nous pour engager et étourdir, apaiser les conflits et les contradictions – laisser cette fausse illusion de paix sociale s’enflammer. Montrons aux dirigeants que nous allons résister aux attaques avec les habitants de Rojava et défendre par tous les moyens la révolution au Rojava, qui est aussi notre révolution.
Nous appelons lundi 12 mars 201 pour commencer cette campagne militante partout où nous pouvons frapper les dirigeants: Radicaux, créatifs et courageux, vous impliquer et organiser des actions locales comme un prélude à une résistance qui montrera aux puissants de ce monde qu’Afrin est pas seul. Comme les Rojava, nous disons aussi: “Ensemble nous nous battrons, ensemble nous perdrons, ou ensemble nous gagnerons”.
Afrin ne tombera pas!
Biji Berxwedana Afrin!
Vive la solidarité internationale!

Des cellules radicales au coeur de la bête
8.3.2018

> pour 13:14

Tes "personnes qui passent en procès en ce moment même" sont plutôt dans un échange courtois avec la court à propos de notes au Bac, en bons bourgeois qu'ils sont !

> :

C'est n'importe quoi de mettre des commentaires qui n'ont rien à voir sous des communiqués ... je vois pas d'ironie dans le texte, donc faut arrêter cette mauvaise foi ridicule et mesquine !

> contre la récup

C'est "Ernest Cœurderoy". Quand on a lu ses livres, on est généralement capable de citer son nom correctement, sauf quand la citation ne sert qu'à faire de la pseudo-érudition de salon. D'ailleurs le lien entre Cœurderoy et cette attaque reste encore à faire pour que ce ne soit pas seulement du namedropping...

Peut être est-ce en qualité de médecin, de journaliste, de socialiste qu'on lui rend hommage ici ? Ou bien d'intellectuel ?

Celui ci n’était d'ailleurs aucunement partisan de "l’action directe individuelle ou en petits groupes", puisque collectiviste, proudhonien et républicain.

> Contre les profs

Bientôt des cours de littérature sur Indymedia !
Ce ton de petit prof est tout à fait antipathique, et vraiment grotesque dans de tels circonstances.
Et ça parle d'érudition de salon, mais tu t'es regardé ?? Aristocrate !

Tu as lu Coeurderoy, c'est bien, comme quoi y en a qui apprécient la prose des collectivistes républicains, puis t'en tires une certaine fierté visiblement ...

> et ça recommence

bientôt des communiqués de revendication long comme le bras pour des tags dans les toilettes d'un bar ?

Puis les propositions de bonnes solutions sur la manière de s'organiser, bizarrement ça sonne un brin théorique.

Bref, de bon débats de toubabs tout ça.

> .

Y a pas de "ça recommence", parce qu'il y a toujours eu, continuellement, des actions et leurs communiqués (et il y en aura toujours) .. être d'accord ou pas avec la méthode, c'est le problème de chacun, par contre profiter de l'anonymat d'indy pour discréditer ces méthodes c'est non seulement très problématique, mais c'est un sacré mauvaise timing de le faire maintenant, alors qu'il vient juste d'y avoir des perquis' dans trois villes différentes en lien avec exactement le même genre d'actions, et leurs communiqués, et que des gens sont en taule.

> Commentaires cachés

Ca troll, alors on a pris le temps de cacher quelques commentaires.