Séparation du CRIF et de l'Etat pour combattre le racisme et l'antisémitisme

Mis a jour : le vendredi 9 mars 2018 à 12:04

Mot-clefs: Médias Racisme Répression Resistances antifascisme
Lieux:

Ce ou cet(te) article a été refusé d'après la charte. Un commentaire explique les raisons de ce refus.

Le 7 mars prochain se tiendra le "dîner du CRIF" où se pressent politiciens, journalistes, pipoles et surtout soutiens indéfectibles à la politique criminelle d'Israël. Car si le CRIF, heureusement, n'est pas "Représentatif des Juifs de France", il est à coup sur le "Conseil Représentatif d'Israël en France". Cette confusion prend en otage la République laïque et alimente sciemment l'antisémitisme.

Autocollant_se_paration_crif-3-894a3-1-medium


Emmanuel Macron, le Président français, envisage de "poser les jalons de l'organisation de l'Islam de France".

Certains s'étonnent, ou se scandalisent, que le Chef d'un Etat laïque se mêle du fonctionnement interne d'organisations religieuses.

En revanche personne n'imagine qu'il s'agit là de mettre en place, à l'image du CRIF, un lobby destiné à vanter les mérites de l'Arabie Saoudite ou des monarchies du Golfe.

Non bien sur. Car Israël est le seul cas connu où les dirigeants français affichent ainsi un soutien sans faille à un Etat religieux coupable de tant d'atteintes aux Droit Humains : racisme, colonisation, apartheid, massacres ... 

C'est aussi le seul cas où ce soutien se manifeste publiquement, et régulièrement, par l'allégeance au CRIF, officine désormais totalement inféodée à l'extrême droite israélienne. 

Pire, le CRIF tente aussi d'imposer à la France les méthodes totalitaires en vigueur en Israël. Ainsi son Président a récemment demandé aux dirigeants français d'inscrire dans la Loi le délit d'opinion en lieu et place de la liberté d'expression afin de qualifier d'antisémitisme (sic) la critique "excessive" d'Israël !

On tremble quand on sait les dérives récentes du gouvernement israélien et ses projets de loi dignes des pires dictatures. Le CRIF tentera-t-il aussi de les imposer en France ?

- expulsion de migrants vers l'Erythrée et le Soudan où ils risquent la mort

- "liste noire" d'organisations interdites d'accès en Israël (et donc en Palestine occupée !) pour leur soutien à BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions)

- peine de mort à l'étude pour les « terroristes », c’est-à-dire, dans le vocabulaire de l’extrême droite israélienne, les Palestiniens

- l'apartheid carrément inscrit dans la Loi du projet "Etat-nation" qui vise à faire des seuls Juifs des citoyens à part entière

Fort heureusement de très nombreux Juifs français refusent d'être assimilés à une telle entreprise et revendiquent au contraire des valeurs humanistes, démocratiques, conformes à leur Histoire et qui les rattachent à toutes les victimes du racisme. 

Mais l'immense majorité de nos compatriotes ne le saura pas. Saturés qu'ils sont par la propagande du gouvernement israélien, relayée par le CRIF, des media complaisants, et soutenue par les dirigeants français.

Manipulation de l'opinion qui s'accompagne de pressions, menaces, insultes envers ceux qui osent, courageusement, critiquer la politique israélienne, ou même tout simplement ... ne pas l'approuver !

La peur et l'autocensure se sont déjà installées et les voix dissidentes se font rares. C'est qu'il en faut du courage pour affronter une telle meute et risquer, in fine, l'accusation infamante d'antisémitisme.

Souvenons-nous que c'est justement l'antisémitisme qui est à l'origine de la création de l'Etat d'Israël. C'est l'idée que les Juifs seraient des étrangers dans leurs propres pays, incapables de s'intégrer en Europe ou ailleurs, et qu'ils devraient tout quitter pour s'installer en Israël/Palestine.

Les dirigeants israéliens le rappellent sans cesse aux Juifs du monde entier, rejoignant ainsi les extrême droites européennes et les mouvements suprématistes blancs américains.

Un rapprochement idéologique désormais assumé qui rassemble les racistes de tous poils. Avec un ennemi commun : les Musulmans.

Les Palestiniens sont les victimes désignés de cette haine et, ironie de l'Histoire, ce sont eux qui n'ont plus leur place dans leur propre pays (expulsions, camps de réfugiés, occupation, ghetto de Gaza, droits minorés pour les 20 % de palestiniens israéliens ...)

En se revendiquant comme l’« Etat des Juifs », Israël implique tous les Juifs dans ses crimes, occultant les vraies raisons de l'oppression des Palestiniens : impérialisme, nationalisme, racisme.  

Et, comme en d'autres temps maudits, accrédite ainsi l'idée d'une conspiration internationale qui vient nourrir l'antisémitisme.

C'est qu'il leur faut l'alimenter cet antisémitisme ! Car la politique d'Israël étant indéfendable c'est lui qu'ils appellent à la rescousse pour en affubler tous ceux qui, de près ou de loin, manifestent une opinion critique.

Le procédé est indigne, ignoble, et de plus une insulte à la mémoire des vraies victimes de l'antisémitisme qui a fait des millions de morts en Europe ! 

Nous devons combattre sans relâche la politique israélienne et refuser l'importation de ses deux produits phares que sont le racisme et l'antisémitisme ! 

Nous devons exiger du gouvernement le respect de la laïcité, des valeurs de la République et des prises de position courageuses pour la paix et l'égalité. 

La présence du Chef de l'Etat et de Ministres aux côtés du CRIF alimente les haines, les communautarismes, et apporte le soutien de notre pays à des dirigeants d'extrême droite. Elle est contre nature et doit cesser.

Le siècle précédent a vu la fin du nazisme, de la colonisation, de l'apartheid sud-africain, des combats loin d'être gagnés d'avance ! 

Mais c'est heureusement le sens de l'Histoire et il en sera de même pour la paix en Israël/Palestine. La croissance impressionnante du mouvement BDS à travers le monde en est le meilleur signe d'espoir !

Claire Vérilhac

"Un jour pourtant, un jour viendra, couleur d'orange
Un jour de palme, un jour de feuillages au front
Un jour d'épaule nue où les gens s'aimeront
Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche"

Poème de Louis Aragon chanté par Jean Ferrat (refrain)

https://blogs.mediapart.fr/register/blog/260118/separation-du-crif-et-de-letat-pour-combattre-le-racisme-et-lantisemitisme

Commentaire(s)

> *

en voilà un beau slogan complotiste et antisémite

> za1ef6zeaffeméef6ezaf

CONSPIRACY WATCH PUBLIE

ERIC ZEMMOUR [RACISTE]

PIERRE-ANDRE TAGUIEFF [RACISTE SEXISTE]

MICHAEL SHERMER [LIBERTARIEN ACCUSE DE VIOL]

NI CONSPI NI CONSPIRACY WATCH NI CONSPIRACISTS !!

> rien n'a changé depuis l'année dernière

Comme chaque année le CRIF tient aujourd'hui son dîner où se pressent les politiciens en mal d'électeurs. L'an dernier, le premier ministre Manuel Valls, Bernard Cazeneuve, Najat Vallaud-Belkacem, Jean Vincent Placé et Emmanuel Macron y étaient. Nul doute qu'en cette année électorale ils seront encore nombreux à venir soutenir la politique d'Israël au milieu des people et des caméras.

Le CRIF (Conseil Représentatif des Institutions juives de France) tient depuis 32 ans ce dîner qui est devenu très couru.
Sont déjà annoncés cette année : François Hollande, François Fillon, Benoît Hamon, Jean Christophe Cambadélis, Xavier Bertrand, Anne Hidalgo, François de Rugy, Myriam el Khomri, Nadine Morano, Claude Bartolone ...

L'ambition de cette organisation est clairement affichée : porter une voix politique auprès du pouvoir. Dès sa création, le CRIF a voulu s'inspirer de l'exemple américain de l'"American Jewish Committee" pour exister en tant que lobby.

Les politiques, eux, l'utilisent comme une tribune. Le plus souvent pour afficher leur soutien à la politique d'Israël espérant en retour les voix sionistes.

Comme Manuel Valls l'an dernier qui y avait fait polémique en affirmant que «l'antisionisme [était] synonyme de l'antisémitisme».

Des propos scandaleux mais qui rejoignent parfaitement la propagande du CRIF et de ses soutiens.

Car au fil du temps le CRIF est devenu l'ambassade occulte d'Israël et de sa politique d'apartheid, de colonisation, de massacres ...

Alors saluons ceux qui refusent d'y participer, les rares hommes politiques dignes de la République :

- François Bayrou, qui a déclaré en 2012 ne plus y participer, souhaitant éviter les «réunions communautaires, quelle que soit la communauté qui invite».

- Jean-Luc Mélenchon (mais qui n'y est pas invité, voir dans les commentaires) : «cette réunion communautariste, qui n'a rien à voir avec les Juifs de France»

Rappelons en effet que les Juifs de France sont rassemblés dans de nombreuses organisations, en particulier au sein de l'UJFP (Union Juive Française pour la Paix), qui ne tient pas de dîner mondain mais qui rassemble les Juifs militant pour la paix, ici comme au Proche Orient.

https://blogs.mediapart.fr/register/blog/220217/diner-du-crif-la-haine-toujours-au-menu

> Le CRIF ne représente pas les Juifs de France. Il nous mène à la catastrophe

L’UJFP s’adresse solennellement aux Juifs de France.

Donald Trump vient de violer un peu plus le droit international en reconnaissant Jérusalem comme capitale d’Israël et en mettant fin pour longtemps à toute perspective de paix fondée sur l’égalité des droits et la justice au Proche-Orient.

Il confirme son alignement complet sur les Chrétiens sionistes américains (qui sont des antisémites) et sur un gouvernement israélien d’extrême droite qui a totalement libéré la parole raciste ou la déshumanisation de « l’Autre ».

La dernière déclaration du CRIF demandant que la France imite Trump est ahurissante.

Le CRIF est issu de la résistance. Il a été fondé avec le souci de représenter les Juifs de France dans toute leur diversité après le génocide nazi. Cette diversité était encore perceptible quand Théo Klein en était le président (1983-89). Théo Klein a rompu avec le CRIF en 2012.

Le CRIF est devenu, à l’image de l’AIPAC aux Etats-Unis, une officine totalement inféodée à l’extrême droite israélienne. En 2001, l’ancien président Bush avait déclaré « la guerre du bien contre le mal », le mal étant les Arabes, les musulmans, le Tiers-monde. Le CRIF essaie d’enrôler les Juifs de France dans ce camp-là, ce qui est une rupture complète avec leur histoire. L’histoire des Juifs de France, c’est la lutte pour l’émancipation. Elle est marquée par l’acquisition de la citoyenneté pendant la Révolution Française, par l’Affaire Dreyfus pendant laquelle les Juifs ont reçu le soutien de la partie progressiste de la société française, par la résistance juive au nazisme, par l’engagement massif de Juifs dans des combats pour l’égalité et la justice sociale.

Faut-il énumérer les actes les plus scandaleux et les déclarations racistes du CRIF ?
En 2002, l’ancien président du CRIF Cukierman a déclaré que le score de Le Pen était « un message aux musulmans leur indiquant de se tenir tranquilles ». Le 31 décembre 2016, William-Gilles Goldnadel, par ailleurs avocat de Florian Philippot et Patrick Buisson (qui a dirigé pendant des années le torchon antisémite « Minute ») explique que : « des colonies de peuplement, contre l’avis des autochtones, il y en a en Seine Saint-Denis. Un Juif est moins étranger en Judée ».

Faut-il rappeler les campagnes haineuses contre Jean Ferrat (dont le père a été assassiné à Auschwitz) accusé d’avoir écrit une chanson antisémite (Nuits et Brouillard !) ? Ou la campagne contre Charles Enderlin accusé d’avoir « trafiqué » les images sur la mort du petit Mohammed al-Dura à Gaza en 2000 ?

Faut-il rappeler ces « dîners du CRIF » où les responsables politiques qui le souhaitent s’y rendent, mais se doivent de faire allégeance et où les rares autres responsables qui osent émettre le moindre doute sur la politique israélienne se font instantanément traiter d’antisémites ?

Non seulement le CRIF soutient une politique raciste contre les Arabes et criminelle contre les Palestiniens, mais cette politique est totalement suicidaire pour les Juifs que le CRIF met sciemment en danger. Cette politique tourne délibérément le dos à la demande légitime de sécurité à laquelle elle prétend répondre.

Quand Nétanyahou explique aux Juifs de France que leur pays, c’est Israël et qu’ils doivent partir, on est ahuri du silence d’approbation du CRIF : aucun antisémite depuis Vichy n’avait osé dire aux Juifs qu’ils n’étaient pas chez eux en France. Est-ce la position du CRIF ? Le CRIF soutient-il la loi qui va être présentée à la Knesset faisant d’Israël l’Etat-Nation du peuple juif, excluant les Palestiniens et transformant les Juifs de France en étrangers dans leur propre pays ?

Quand Nétanyahou fait une déclaration totalement négationniste (21 octobre 2015) à savoir qu’Hitler ne voulait pas exterminer les Juifs et que c’est le grand Mufti qui lui aurait soufflé cette solution, on est stupéfait par le silence du CRIF, qui prétend pourtant défendre la mémoire du génocide.

L’UJFP s’adresse aux Juifs de France : vous avez une histoire, une mémoire, des identités multiples. Votre place n’est pas au côté d’une officine raciste qui soutient inconditionnellement l’occupation et la destruction de la Palestine. Officine qui essaie de vous séparer des victimes du racisme quotidien.

Si vous n’êtes pas persuadés que la politique du CRIF est immorale et tourne le dos à toutes les valeurs juives, soyez persuadés qu’elle vous met sciemment en danger.

La place des Juifs de France, c’est d’être au côté de toutes les victimes du racisme ou du colonialisme, c’est d’être pour le « vivre ensemble » et l’égalité des droits. En France et au Proche-Orient.

http://www.ujfp.org/spip.php?article6053

> Article refusé.

Publication complotiste et antisémite.

Les commentaires ne sont pas autorisés pour article.