[ZAD NDDL] RD281 : Appel à protéger les lieux de vie

Mis a jour : le mercredi 14 février 2018 à 10:49

Mot-clefs:
Lieux: nddl ZAD

Ce ou cet(te) article a été refusé d'après la charte. Un commentaire explique les raisons de ce refus.

On vient de vivre une semaine d’occupation militaire, fouilles des lieux de vie, contrôles, harcèlement et surveillance par drone, hélico, appareils video et micro directionnels.

On appelle à ce que des gens viennent montrer leur soutien aux habitant.e.s au bord de la route et protéger leurs lieux de vie. Dans ce cadre on ne veut pas d’actions contre les flics qui pourraient mettre en danger ces mêmes habitant.es.

Suite à des discussions collectives, on était plein à se mettre d’accord le samedi 29 dans une réunion appelée largement pour que les trvaux aient lieu dans de bonnes conditions. Nous ne voulons plus de la présence policière, et nous voulons de la transparence autour des étapes de travaux et les rapports environnementaux, et aussi qu’ils respectent leurs engagements avec les naturalistes en lutte.

Merci de votre soutien !

Des occupant.e s réuni.es le 11/02

Flash info sur https://zad.nadir.org

Commentaire(s)

> triste spectacle

Donc, si je comprend bien, on doit venir au bord de la route dire qu'on est pas contents, et regarder la DIR Ouest défricher avec les keufs, parce que soyons clairs, c'est pas en montrant nos jolis minois que ça va empêcher la maréchaussée de protéger le chantier de débroussaillage. Il me semble qu'on à jamais demandé gentiment quand il s'agissait d'empêcher toutes sortes de travaux sur la ZAD, ça à maintes fois été l'occasion de poursuites champêtres avec la bleusaille.
Donc soit on assume un rapport de force qu'à mon avis on est tout à fait capables d'établir, soit on continue à faire les marioles et faudra pas venir pleurer quand la route sera débroussaillée façon avenue Haussmannienne et que tout le monde se fera botter le cul un beau matin parce qu'on aura eu peur de se le faire botter avant. c'est hautement pathétique comme stratégie, et à force de flipper des expulsions si on réagit, bah on fait rien, et on se fait expulser à la fin.
Alors tout ce baratin c'est bien beau, mais quand ils vont se décider à attaquer des lieux de vie (ce qu'ils font déjà, mais tant qu'on touche pas directement aux habitats faudrait feindre que c'est pas le cas), on devra toujours être résolus à ne pas commettre "d'actions contre les flics"?

Un appel à la désobéissance (sit-in sur la route, s'attacher aux haires) en cas de non respect des conditions négociées serait le minimum des choses. on a autre chose à foutre que venir assister de manière impuissante au défrichage.

Je nous ai connus plus courageux que ça, allez un p'tit effort.

> Article refusé.

doublon de https://www.nantes.indymedia.org/articles/40099

Les commentaires ne sont pas autorisés pour article.