Pour ton combat et de celui de tant d’autres, sauvons la zone Est de la ZAD !

Mis a jour : le mercredi 7 février 2018 à 23:43

Mot-clefs: Ecologie Répression Resistances contrôle social aéroport notre-dame-des-landes / -ismes en tout genres (anarch-fémin…) précarité actions directes squat logement anti-repression exclusion chômage
Lieux:

 

ET TOI CHERE ABLA* (la femme de l'EST)

Si nous avons gagné la lutte contre l’aéroport, nous perdons la lutte contre son monde...

 

 

En effet sur la zone Est de la ZAD et autour de la D281, depuis 2012 et la résistance qui a permis à rebours l’annulation du projet, les expériences collectives d’un autre monde sont menacées par l’arrogance, le mépris, la volonté de contrôle et les stratégies politiciennes de zadistes appellistes et staliniens de la zone Ouest prêt à se compromettre et à jouer les flics sur la ZAD pour assurer leur petit avenir paysan dans les normes des assos légalistes et de l’État !

Abla, tu en aurais été dégoûté, en rage, mais malheureusement peu étonné, puisque tu as déjà vécu la tyrannie et l’hypocrisie manipulatrice de ces personnes.

Dans cette zone est pleine de vie, d’autonomie où la vie sauvage y est préservé par amour de l’incontrôlable, de ce qui échappe à l’égo et aux compromis, un appel à l’aide est lancé pour réoccuper et défendre cette zone !

Revenez, celles qui sont parties dégoûtées !

 

* Le film où Abla dénonce en 2015 les magouilles citoyennistes et appellistes aujourd’hui révélées au grand jour (voir articles sur Indymedia Nantes et le film sur ZAD Ici Aussi)

Commentaire(s)

> Ajouter lien du film

Sinon ça va rester cryptique pour beaucoup !

> Le lien du film

Le lien vers le site de ZAD Ici Aussi avec une présentation du film :

http://laterre.org/ZAD/zad-ici-aussi.html

Le lien direct vers le film :

http://ocmars.free.fr/Abla-zad-est-NDDL.mp4

> Le sauvage ou le contrôle ?

Abla et nombre de camarades de la zone est défendaient et défendent encore le côté sauvage de la vie.
A lire les naturalistes en lutte, on en est très loin et cela montre une idée de la nature, des espaces, de l'existence où la peur de perdre le contrôle nous fait dire et faire des choses qui sont loin de l'imaginaire tant défendu pour autant par ces mêmes personnes dans nombres de textes parues ces dernières années sur zad nadir ou dans d'autres sites.
Contre l'aéroport la victoire est certaine, mais contre son monde ? On est en train de la perdre...
Lire l'article et les commentaires laissés en réponse au communiqué des naturalistes :
https://nantes.indymedia.org/articles/40032

> un titre

J'ai l'impression que c'est un peu fourre-tout cette dénonciation. Je vis pas sur zone mais je suis passé plusieurs fois, en étant au contact de réalités assez différentes. Je n'ai pas passé de temps dans la zone est mais ai maté le docu RADI-CO qui est sorti récemment, ça m'a fait prendre conscience de ce qui s'y vivait, cette façon de vivre qui me parle aussi.
Je ne crois pas qu'il y ait un camp ou l'autre qui soit mauvais. On peut reprocher un certain élitisme d'une frange, ou des comportements qui ont pu être autoritaires d'un côté, de la violence qui ont pu venir d'un côté ou de l'autre (à force, on les entend les histoires). Je peux aussi remarquer qu'il y a une dissonance entre les communiqués qui sortent de la zad, au-delà des communiqués j'vais parler de l'image de la zad qui ressort par tout ce qui est de la communication autour de la zad, qui montre main dans la main squatteureuses schlag et/ou hippies et alternos potagers/culture intellectuelle Bac++, alors qu'en dehors des AG et autres moments de grande fête, ça se mélange mais vachement moins que ce que cette image reflète. En tout cas, j'ai rarement vu des moments du quotidien où les personnes très impliquées dans les orgas cotoyaient des gars, des meufs et d'autres à la roots, moins dans l'orga et la prise de décision collective, mais qui vivent tout autant sur cette zone que ces premières personnes (voire même plus diraient certain-e-s).

Là où je veux en venir, c'est que tout comme dans le modèle de vie en société qui domine dans nos cultures (ça m'évite de dire "en France", car c'est à la fois plus restreint et plus large que ça), la tendance est vachement au repli sur les gens qui nous ressemblent. Un des exemples qui contredit ça dans ce que je connais, c'est le milieu de la teuf, où tu peux voir la petite meuf de 18 ans fille d'un petit proprio taper du pied à cinq mètres du zonard habillé en fripes et bardé de badges à tout va. Que ça ferait du bien que les gens de l'est, les zonard-e-s, les punks hippies sortent de leur zone de confort pour boire un coup, fumer une clope, amener un goûter chez les intellos de la lutte. Que ça changerait que les personnes trop impliquées dans plein de trucs qui ont une énorme ampleur prennent le temps de sortir elleux aussi de leur zone de confort et de leur planning surchargé pour créer du lien avec celleux avec qui illes ne passent jamais de temps.

Ainsi, ça éviterait d'avoir des jugements d'un côté, où les Bac++ pensent que les autres ne sont que dans le symbole, ne s'expriment que par la violence et sont pas assez stratégiques, et de l'autre côté, que les hippies, punks et zonard-e-s pensent que les intellos sont des staliniens qui veulent imposer leur façon de penser et de vivre la lutte.
Mon avis : l'État a bien foutu la zone en dictant son calendrier et en ne laissant pas à toutes les sensibilités de s'exprimer, ce qui a permis de marcher sur pas mal d'entre elles. D'un côté, il est bien naïf de croire qu'adopter des stratégies face à l'État, parlant à la diversité du mouvement, est vain et qu'on puisse défendre la zone non-motorisée juste en faisant un appel à la nature et à celleux qui veulent la défendre, et de l'autre, il a été maladroit et injuste de pousser vers une décision convenant à la majorité institutionnelle et paysanne du mouvement, lésant les personnes plus radicales sur le côté.
Et ouais, faire la révolution, c'est pas facile.

> heu attends un peu...

Hé mon coco!
Je rêve ou t'es en train de dire qu'à l'est y'a que des illettrés ?
T'es gentils et je comprends ton message mais là faut qu'on parle d'un truc.

Déjà t'a une différence énorme entre être intello et avoir un bac++
Ensuite c'est pas parceque t'habites dans les bois que tu réfléchis moins qu'un autre.

Les intellos de la lutte comme tu les appelles, leur caractéristique principale c'est pas qu'il sont intelligents avec diplôme. Non. Leur caractéristique principale c'est qu'il sont spécialisés dans la réflexion et qu'il nourrissent peu d'autres dimensions de la vie que le théorie politique.

Par contre ça veut pas dire que les autres n'ont ni stratégie ni théorie politique.

Ce qui caractérise la zone est, c'est qu'elle s'est construite autour de gens qui ont su résister aux expulsions. Une autre caractéristique frappante, c'est que presque personne n'était lié aux codes militants que l'on retrouve tellement ailleurs dans la zad.

Tu vois le topo? C'est resté bien entendu travers de la gorge de pas mal de gens. Ou quand la vie te demonte tes petites illusions élitistes...

D'où le déni, le gommage historique, le mépris permanent, la surdité volontaire, la non représentation et j'en passe.

C'est con parceque là t'avais des pures stratèges et de la théorie politique qui foisonne sous la main. Mais non messieurs égos ils ont pas aimé. Ils aimeront quand ce sera miseifié et donc intégrable dans leur petit spectacle. Halalala quelle misère.

> c'est plus plus

Juste pour en rajouter une couche:

Tous ceux qui déplorent la perte d'un grand symbole de la lutte avec la D281 et so on...

Ben quand elle était encore là, ils luttaient contre faut quand même le savoir!
Un des arguments majeur étant l'état des suspensions de leur voiture !

Mais maintenant qu'il l'ont rasé alors oui, c'était un grand symbole! Les cons, ça ose tout et c'est à ça qu'on les reconnaît.

Je vais te dire une chose: quand tu te pointes dans une agence hostile ou les principaux protagonistes semble dédié à rendre ton discours inaudible, alors oui tu sors de ta zone de confort.

Quand tu viens de la ville et que tu passes l'hivers en cabane avec flics à 6h du mat' à la barricade aussi.

Je dis pas que t'as complètement tord, mais je vois que tu sois estimes complètement l'ampleur du défi que l'on a su relever victorieusement pendant plusieurs années et les forces qu'il a fallut déployer pour cela.

Et le jeu en valait la chandelle, car ce qu'on a su faire c'est atteindre des centaines d'être au plus profond de leurs certitudes culturelles. Et fonctionner réellement sur des bases complètement neuves. Certains on su capter l'enjeux en quelques secondes, d'autre on vécu en face des années et n'ont toujours rien compris. (Intellos hm?)

Ébranler la vision du monde des êtres, ça demande bien plus que de manipuler des idées.

La zad, la route? Un prétexte, un décors.

> 1telÔ

Je ne suis pas sur qu'il y ait des tonnes d'intellos à l'acipa ou à l'adeca (en tout cas, ils ne sont pas mis en avant...)
Mais bon, les intellos qui s'organisent sur la zad, comme tous les intellos, n'ont pas plus de dispositions que d'autres pour maitriser leur égo, et sont par contre beaucoup plus maquiavéliques quand il s'agit de le satisfaire par la prise de pouvoir.
Leur capacité à créer de beaux discours en font hélas les rois de l'embrouille et il faut bien le dire d'assez bons stratèges. Ils sont très forts pour embobiner des personnes par ci par là dans les groupes qui se cotoient. Ils savent manipuler les un.e.s et les autres et leur farcir la tête. Ils maillent ainsi les différents milieux sur zone et font ensuite apparaitre une fausse représentativité.
C'est très dangeureux comme attitude. Leur réelle motivation est souvent dissimulée derrière un tas de discours faussement "généreux" alors que l'égoïsme les étouffe. Mais leur troupe marche droit derrière eux et les protège bêtement, toute contente de cotoyer du beau monde important... Les ptits chefs intellos appellistes sont en fait de vrais gourous. Ils ont les mêmes motivations secrètes et intimes, ils utilisent les mêmes ficelles.
C'est sur qu'on ne les retrouve pas forcément en grands nombre sur les baricades quand il s'agit de repousser les assaux! Ils connaissent très bien les mots qu'il faut dire pour y envoyer d'autres tout en restant planqués (en y faisant quand même des apparitions stratégiques).