Trump-Nétanyahou : Fauteurs de guerre et apprentis sorciers

Mis a jour : le vendredi 22 décembre 2017 à 14:34

Mot-clefs: Racisme Répression Resistances antifascisme
Lieux:

Ils disposent de la force, ils croient être les maîtres du monde.

Ils procèdent par la violence, par le fait accompli permanent, par le franchissement des lignes.

Ils disent haut et fort : « le droit international, on s’en fout ».

Pour bien marquer le nouvel ordre mondial qu’ils veulent imposer, ils ont déjà quitté l’UNESCO.

700955ccc736e87198a1e0fa12200a-1c0b4-medium

En affirmant que Jérusalem, dont l’occupation depuis 1967 a été déclarée illégale par tous les textes internationaux, est la capitale d’Israël, Trump relance la guerre et flatte sa base électorale chrétienne sioniste à laquelle il doit beaucoup. Son message aux peuples de la région est clair : « vous n’avez pas le choix, il y aura le « grand Israël » et quelques territoires disparates enfermés et non-viables qu’on appellera « État palestinien ». Trump donne l’ordre aux dirigeants pro-occidentaux du monde arabe de le suivre.

Nétanyahou l’a largement précédé. Il généralise la détention administrative comme actuellement contre Salah Hamouri, Khalida Jarrar et bien d’autres. Il légalise 55 colonies dites « sauvages ». Il prévoit d’étendre les limites de Jérusalem pour y inclure les principales colonies. Il démolit consciencieusement les infrastructures palestiniennes, y compris celles financées par l’Union Européenne. Il prépare une loi fondamentale faisant d’Israël l’État-Nation du peuple juif, faisant des 6 millions de Palestiniens qui vivent entre mer et Jourdain des parias étrangers et mettant en danger les Juifs du monde entier qui refuse ce délire tribal.

Nétanyahou vient à Paris et à Bruxelles les 10 et 11 décembre.

En 1948, quand Begin était venu aux États-Unis, Hannah Arendt, Albert Einstein et de nombreuses personnalités juives américaines avaient écrit au président Truman : « Begin arrive, c’est un terroriste, arrêtez-le ou expulsez-le ».

Nous disons la même chose au président Macron et à la ministre européenne Federica Mogherini : « Nétanyahou viole en permanence le droit international. Refusez de le recevoir. Cessez d’être complice. Pour arrêter ce rouleau compresseur qui mène à la guerre, il faut sanctionner l’État d’Israël au lieu de lui dérouler le tapis rouge ».

Plus que jamais le BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) est la réponse indispensable aux délires des politiques.

Nous appelons à manifester contre la décision de Trump et contre la venue de Nétanyahou.

A Paris, rassemblement place de la République à 14 h, le samedi 9 décembre.

Le Bureau national de l’UJFP, le 7 décembre 2017

http://www.ujfp.org/spip.php?article6051

Commentaire(s)

> -

Les pro-palesto expliquaient que Trump était moins sioniss' que H. Clinton !

On se marre

> Pas marrant

Je ne sais pas si Trump est un kamikaze capable de déclancher un holocauste nucléaire comme dit le rappeur Eminem mais ce qui est sur c'est que c'est un type givré qui n'a pas fini de foutre sa haine. Néanmoins la France" n'est pas mal lotie" avec ses marchands d'arme et leur VRP made in Breizh !

> les sionistes se marrent, les peuples trinquent ! écoeurant !

La réponse palestinienne à l’annonce des États-Unis de la reconnaissance de Jérusalem comme la capitale d’Israël

L’initiative illégale et anti-palestinienne de l’administration Trump inverse des décennies de politique officielle étatsunienne concernant Jérusalem et contredit le consensus international. La politique de Trump sur la Palestine souligne qu’il est plus que temps que le monde fasse concrètement pression sur Israël pour qu’il respecte les droits des Palestiniens en soutenant notre lutte pour nos droits et notre dignité.

La nouvelle vient de paraître que le président Trump prévoit de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, et qu’il annoncerait sa décision demain.

Alors que nous attendons l’annonce officielle, nous imaginons déjà les potentielles répercussions. Toutes les factions palestiniennes ont appelé à des journées de protestations de masse.

Le Comité National BDS palestinien (BNC), la plus grande coalition de la société civile palestinienne, dirige le mouvement mondial de BDS pour les droits des Palestiniens, a déclaré :

Le projet déclaré du président étatsunien Donald Trump de reconnaître Jérusalem occupée comme la “capitale d’Israël” est une tentative épouvantable de la part d’une administration étatsunienne xénophobe et raciste, dont la propre légitimité est au mieux précaire, de donner une légitimité au contrôle illégal de la ville par Israël. L’initiative illégale et anti-palestinienne de l’administration Trump inverse des décennies de politique officielle étatsunienne concernant Jérusalem et contredit le consensus international.

Les Palestinien.ne.s, soutenu.e.s par l’absolue majorité du monde arabe et par des millions de personnes de conscience à travers le monde, n’accepteront pas cette dernière soumission au programme extrémiste d’Israël. Nous devons persister à obtenir nos droits prévus par l’ONU et à mettre fin au régime d’occupation, au colonialisme de peuplement et à l’apartheid israéliens grâce à la résistance populaire et au mouvement international de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS).

Comme Dr. Hanan Ashrawi, s’exprimant pour l’Organisation de Libération de la Palestine, l’a dit, l’administration Trump “est en train de saper l’état de droit international, ainsi que la réputation, la sécurité et les intérêts américains à travers le monde.”

Cette reconnaissance serait, jusqu’alors, la forme de complicité la plus grave de l’administration au renforcement du régime d’apartheid israélien à Jérusalem et à l’accélération de son nettoyage ethnique des indigènes Palestiniens de leur ville.

Cela encourage le gouvernement israélien et les colons illégaux à voler et à détruire davantage de maisons palestiniennes, à exproprier davantage de terre palestinienne et à révoquer les droits davantage de Palestiniens qui sont chez eux à Jérusalem.

Cette dernière initiative de l’administration Trump encourage également Israël à continuer d’empêcher la plupart des Palestiniens des territoires occupés d’entrer dans Jérusalem occupée, y compris pour nous rendre sur nos lieux saints musulmans et chrétiens dans la Vieille Ville, rendre visite à nos familles et amis, avoir accès à des soins médicaux, et faire des affaires. Cette initiative rend légitime la séparation de nombreux Palestiniens de l’un de leurs cœurs culturels, spirituels et politiques.

Cela démontre encore davantage les liens étroits et la vision fanatique du monde entre l’actuelle et irrationnelle administration étatsunienne et son homologue israélienne d’extrême droite. Les deux administrations incitent au racisme et à la xénophobie e et les exploitent et craignent pour leurs intérêts politiques. Cela alimente également la croyance des Israéliens d’extrême droite, y compris les élu.e.s du gouvernement, qu’ils peuvent continuer de régner indéfiniment sur des millions de Palestinien.ne.s sans leur accorder liberté ni droit.

La politique de Trump sur la Palestine souligne l’importance vitale du mouvement BDS pour obtenir la liberté, la justice et l’égalité des Palestinien.ne.s.

Pendant des décennies, les États-Unis ont soutenu, excusé et préservé Israël de rendre des comptes pour sa politique de nettoyage ethnique des Palestinien.ne.s, volant notre terre pour y construire des colonies réservées aux Juifs, et niant aux Palestiniens leurs droits devant le droit international à Jérusalem et ailleurs.

Alors qu’il s’engage à financer les agressions militaires et les crimes de guerre d’Israël à hauteur de 38 milliards de dollars sur 10 ans, le gouvernement étatsunien continue de restreindre les financements sociaux pour l’éducation, la santé, l’emploi, la protection de l’environnement et autres besoins de base aux États-Unis. Ces graves restrictions affectent les populations les plus marginalisées du pays, particulièrement les personnes de couleur. Ce qui souligne encore davantage le besoin urgent de connecter la lutte palestinienne pour la libération aux luttes pour la justice raciale, sociale, économique et environnementale aux États-Unis et au-delà.

Il est plus que temps que le monde fasse concrètement pression sur Israël pour qu’il respecte les droits des Palestiniens en soutenant notre lutte pour les droits et la dignité.

Rappels :

Jérusalem Est est reconnue par les Nations Unies comme une partie indissociable du territoire palestinien occupé, et aucun autre état dans le monde ne reconnait Jérusalem (Est ou Ouest) comme étant la capitale d’Israël.

L’annexion par Israël de Jérusalem Est est illégale selon le droit international. Lorsqu’Israël fit passer en 1980 une Loi Fondamentale qui déclarait Jérusalem, “complète et unie,” “capital d’Israël,” le Conseil de Sécurité de l’ONU adopta la Résolution 476 déclarant que les “mesures qui ont altéré le caractère géographique, démographique et historique ainsi que le statut de la Ville Sainte de Jérusalem sont nulles et non avenues et constituent une violation flagrante de la Quatrième Convention de Genève relative à la Protection des Personnes Civiles en Temps de Guerre et constitue également une obstruction grave à l’instauration d’une paix d’ensemble, juste et durable au Moyen-Orient.”

La Résolution 181 (II) de l’Assemblée Générale de l’ONU désigne Jérusalem comme un tout et ses environs comme “un corpus separatum sous un régime international spécial,” administré par l’ONU.

Depuis qu’il occupe militairement Jérusalem Est en 1967, Israël a dépouillé plus de 14 000 Palestinien.ne.s jérusalémites de leur droit à vivre dans leur ville natale. Israël a réclamé la ville et annexé sa partie Est lors d’une initiative maintes fois condamnée et jugée illégale par les Nations Unies et la communauté internationale. Israël délivre rarement à des Palestiniens les permis nécessaires pour pouvoir construire dans la ville, et soumet les Palestiniens à des pratiques violentes et racistes et à une discrimination généralisée quand il s’agit d’éducation et autres services municipaux.

Le Comté National BDS palestinien (BNC) est la plus grande coalition de la société civile palestinienne. Il dirige et soutient le mouvement mondial de Boycott, Désinvestissement et Sanctions pour les droits de Palestiniens.

https://www.bdsfrance.org/la-reponse-palestinienne-a-lannonce-des-etats-unis-de-la-reconnaissance-de-jerusalem-comme-la-capitale-disrael/

> Une péripétie sans intérêt pour les exploités !

Que peut-on avoir à faire de cette histoire de déplacement de l’ambassade américaine à Jérusalem ? Il suffit d’examiner les propos de ceux qui s’en offusquent pour voir leurs arguments.

« Le droit international, on s’en fout »? Mais nous aussi, on s’en fout, nous les exploités et opprimés de la planète entière ! Le droit international, ce n’est que les règles - informelles ! - de la diplomatie, autrement dit les règles que sont censés respecter tous les tyrans, dictateurs, requins et crocodiles du marigot capitaliste mondial ! Ça at toujours été le droit du plus fort, et rien d’autre !

L’UJFP, bien dans sa ligne de défense de la démocratie, regrette visiblement que Etats-Unis et Israël aient quitté l’UNESCO. Mais l’ONU et ses dépendances n’ont jamais été là encore que le champ clos et « diplomatique » des règlements de compte impérialistes entre nations. Qu’est-ce que les exploités ont à défendre là-dedans ? J’aimerais qu’on me le dise…

En fait, ce que l’UJFP reproche à Trump, c’est d’avoir cédé à sa base électorale de petits-bourgeois réacs et bigots contre les intérêts du Hamas dont la base électorale est composée de petits-bourgeois réacs et bigots. Au moins, les choses sont claires et on arrête l’hypocrisie diplomatique : les Etats-Unis annoncent au monde qu’ils - enfin, Trump surtout - n’ont plus l’intention de participer à la mascarade diplomatique, mais que les piliers du populisme - utilisation de la violence presque systématique, règlement des affaires à court terme, réponse toujours simple à des problèmes compliqués - seront maintenants ouvertement utilisés dans les rapports internationaux !

Pourquoi se mobiliser contre ce déplacement de l’ambassade américaine ? Parce que la « nation arabe » est contre ? Cette « nation » a toujours été un mensonge, elle revient à mettre les prolétaires des pays dits « arabes » sous la botte de leurs dirigeants ! Parce que la Palestine n’a plus de capitale et que c’est le signe d’une annexion pure et simple ? Les prolétaires n’ont pas de patrie, on ne peut pas leur enlever ce qu’ils n’ont pas ! Parce que Jerusalem est la ville « trois fois sainte » et que ce sont les Juifs qui se l’alpaguent ? Les arguments des curés, rabbins et imams sont de toute façon un tissu de mensonges, et en tant qu’exploités et opprimés ces personnages ainsi que le mensonge religieux n’ont d’autre but que de nous faire avaler la pilule de l’exploitation et de l’oppression ! Aucun intérêt non plus.

Donc, qu’avons-nous à perdre, nous, exploités et opprimés, dans cette histoire ? Tout, si nous nous en préoccupons…

> faites-nous rire

A défaut de la moindre empathie pour les Palestiniens victimes d'un nettoyage ethnique, les sionistes pourraient avoir un minimum de sens de l'humour :

Les Palestiniens reconnaissent le Texas comme faisant partie du Mexique

JERUSALEM – En réponse à la reconnaissance de Jérusalem comme capital d’Israël par le Président Américain Donald Trump, l’Autorité Palestinienne a annoncée qu’elle reconnaissait le Texas comme étant un état du Mexique violemment annexé par les Etats Unis dans les années 1840.

“Le territoire au Nord et à l’Est du Rio Grande est très important pour le peuple Mexicain,” a expliqué un porte parole de l’Autorité Palestinienne. “Avant que les Americains ne s’intallent et imposent l’esclavage, le Mexique contrôlait ce territoire. Puis, le Président Polk a envoyé ses armées pour envahir le reste du territoire Mexicain, et forcer le pays à abandonner la Californie, le Nouveau Mexique, la plus grande partie de l’Arizona, le Nevada, l’Utah et une partie du Wyoming et du Colorado. Nous reconnaitront peut-être bientôt ces états comme faisant partie du Mexique également.”

Le Président Palestinien Mahmoud Abbas dit qu’il espère que cette nouvelle approche des relations Américano-Mexicaines aidera a apaiser les tensions entre les deux pays au niveau de l’immigration et de la sécurité.

“Nous comprenons que l’état du Texas est sacré pour beaucoup d’Américains, mais ils doivent comprendre qu’une solution à deux états n’était pas faisable.” a expliqué Abbas.

“De plus, la plupart des habitants du Texas parlent espagnol”

Le consulat Palestinien de la ville de Mexico sera bientôt déplacé à Houston pour formaliser officiellement le territoire saisi comme étant une part du Mexique.

http://complots-faciles.com/blog/2017/12/07/palestiniens-reconnaissent-texas-faisant-partie-mexique/

> Pour répondre à 19h50

On peut rire, effectivement, mais le porte-parole de l'UJFP et du Hamas qui nous relaie cette prose n'a toujours pas expliqué POURQUOI on devrait se mobiliser pour dénoncer le déplacement de l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Jerusalem !

Tout comme il a toujours été muet sur les perspectives politiques de sa défense de « l'autodétermination de la Palestine », tout comme il ne chante pas sur les toits qu'il DÉNONCE tous les mouvements sociaux contre l'Etat, que ce soit en Palestine ou en Israël. On se souviendra très sérieusement par exemple qu'il est contre toutes les grèves en Palestine, de même qu'il a dénoncé le mouvement des Occupy Tel-Aviv, qui n'avait que faire du déplacement de l'ambassade américaine mais se préoccupait beaucoup de la misère qui frappe les jeunes prolétaires aussi bien juifs qu'arabes en Israël !

Pour finir, ce qu'il cite à mon propos n'est aucunement un argument : c'est juste la conclusion. Pour les arguments que j'avance, il évite évidemment soigneusement d'y toucher, vu son incapacité à les contredire.

> Commentaires cachés et modé à priori

Ici aussi des commentaires d'habituels trolls ont été cachés. Vu l'ambiance la modération des commentaires est passée en à priori.